Dragon Quest VII bientôt en Europe, trois ans après le Japon

Compte-rendu par Lost Spirit, le

Sorti à l'origine en 2000 sur l'illustre PlayStation, Dragon Quest VII : La Quête des vestiges du monde a eu droit à un remake sur 3DS sorti... En 2013 au Japon. Trois ans plus tard, le jeu sort ENFIN de la contrée au soleil levant pour débarquer en Occident le 16 septembre prochain.

Je voudrais vous parler un peu de Yuu Miyake. Il est le producteur exécutif de la saga, apparemment introuvable sur Internet en dehors d'articles parlant de lui et d'une page Wikipédia concernant un homonyme compositeur de la série Katamari. Y a de quoi être perdu, mais voilà : contrairement aux apparences, le mec n'est pas inconnu au bataillon et est même particulièrement important. Grâce à différentes interviews qu'il a accordées à certains sites spécialisés et à ses déclarations lors de la Treehouse Nintendo de cet E3, on y voit un peu plus clair sur le bordel que sont les sorties de Dragon Quest hors du Japon.

Initialement, les producteurs du septième épisode de la licence étaient réticents à faire traverser le jeu hors des frontières du Japon. Pour cela plusieurs raisons, certaines compréhensibles, d'autres un peu plus bizarres. La première était celle de la traduction, comme l'expliquait Yuu Miyake dans un article de Polygon l'été dernier :

Nous voulons les faire sortir, nous le voulons vraiment ! Les jeux de la saga Dragon Quest ont beaucoup de textes, donc le temps et le coût qu'il faut pour les adapter, et bien le faire, sont assez conséquents. En terme de budget, nous devons penser vraiment dur pour savoir si nous allons récolter l'argent en retour pour une sortie occidentale.
Cela a toujours été une décision difficile. Mais plus vous nous dites
[que vous le voulez], plus les voix se font entendre, plus il y a de chances que nous le fassions.

Les producteurs sont donc à l'écoute des fans occidentaux mais, comme pour n'importe quel business moderne, veulent être sûrs d'avoir un retour sur investissement avant de se lancer dans une adaptation qui aurait pu leur coûter du temps et de l'argent. Une justification totalement compréhensible. Et en l'occurrence, celle-ci concernait l'intégralité des jeux Dragon Quest qui ne sont pas sortis hors du Japon, pas seulement l'épisode VII (ou VIII, qui se rapproche de l'Occident petit à petit lui aussi).

Dans une nouvelle interview de Yuu Miyake à Polygon parue à l'occasion de l'E3 2016, il avance d'autres raisons... Un peu plus spéciales :

Il y a deux raisons principales. La première, c'est qu'au Japon, la Famicom était cette sorte de moment où les jeux vidéo sont entrés dans les familles, quand les gens ont vraiment commencé à les amener chez eux. En Occident, on pense que c'est plutôt au moment de la Playstation que les consoles de salon ont commencé à prendre, avec Final Fantasy qui avait donc cette base… et a donc pris le cœur des joueurs.
Les joueurs adultes le regardent et le voient comme un jeu pour enfants. Quand vous jouez au jeu, c'est un peu compliqué pour les enfants d'y jouer, mais c'était un peu pénible pour les plus grands d'entrer dans l'histoire.
La série a une nature japonaise en elle, une nature culturelle, que les gens au Japon vont saisir sans problème. Localiser le jeu a clairement été un défi pour faire en sorte d'avoir le même sentiment, la même chaleur.

Il ajoute finalement que l'opus tant attendu Dragon Quest VII a finalement été approuvé pour l'Occident grâce au soutien des fans qui n'ont pas cessé de demander une adaptation en postant des messages, en envoyant des lettres au producteurs, etc. Et donc voilà.

La saga interne de l'arrivée de Dragon Quest VII enfin résumée, on peut passer au résumé de ce qui a été présenté lors de la Treehouse Nintendo d'il y a deux jours. Et on a appris pas mal de choses, en fait. Au-delà de l'évidence même des graphismes améliorés par rapport à la version PlayStation, beaucoup de choses ont changé depuis 2000.

Si le gameplay de base de la saga reste le tour par tour quasi immuable, le jeu d'origine ajoutait une nouvelle fonctionnalité qui était celle de pouvoir changer les "Vocations" des personnages. Il s'agit tout simplement de Jobs, comme dans certains Final Fantasy ou comme dans Bravely Default/Second plus récemment. Il y en a 54 en tout, chacun pouvant évoluer à mesure que les combats s'enchaînent. Parmi ces vocations, il y en a une qui fait beaucoup écho au gameplay de Dragon Quest Monsters Joker (Nintendo DS), à savoir le fait de "persuader" les ennemis (dont 127 complètement inédits à ce remake pour un total de 457 montres ; rien que ça) que l'on rencontre de rejoindre nos rangs et de possiblement se battre avec notre équipe de personnages.
Un radar a également été ajouté pour permettre au joueur de trouver plus facilement les fragments de cristaux dispersés partout dans le monde qui permettent d'aller dans le passé.

Comme pour beaucoup de jeux 3DS, la fonctionnalité StreetPass sera également exploitée, via les pierres streetpass. Lorsque l'on amène ces pierres dans le village des migrants, cela permet de débloquer de nouveaux donjons et de nouvelles scènes pour étoffer le scénario. Il est également possible de créer un groupe de monstres et de se les échanger entre joueurs et créer un donjon inédit. Comme l'explique l'un des intervenants, si vous créez un groupe avec uniquement des monstres métalliques, cela peut vous donner un monde lui aussi entièrement métallique. Plutôt pas mal.

D'un point de vue autre que le gameplay, la principale modification se concentre sur le scénario qui a été largement remanié pour l'améliorer. Lors de la Treehouse, l'un des producteurs du jeu a expliqué que DQVII était donc plus comme une succession d'épisodes aux scénarios liés qu'un scénario-fleuve d'un roman.

Je vous laisse avec la question la plus nawak posée par la "présentatrice" de la Treehouse : "Quel goût ont les slimes ?". Réponse : Si vous prenez l'essence du slime et que vous la mettez sur votre peau, vous aurez un teint parfait. Mais vous risquez d'être un peu collant alors évitez d'essayer. *rires*

Les conseils beauté de DraQue, une merveille.

Pour rappel, la sortie est prévue en Europe le 16 septembre prochain !

Étiquettes : , ,

Partager :  

Une réaction ?

Commentaires(4)

  • Onimaro
    Onimaro le

    Mon premier DraQue si je le prends !

  • Lost Spirit
    Lost Spirit le

    Oni > Franchement je suis presque tenté mais ça a l’air quand même un peu vieillot… J’ai beau aimer les RPG, le tour par tour finit par lasser pas mal, surtout quand t’as des jeux plus récents qui utilisent une autre recette (Xenoblade notamment).

  • Yohmi
    Yohmi le

    Moi justement j’aime pas les modes de combat un peu hybrides voire carrément « temps réel » (le prochain Final Fantasy par exemple, je déteste ce style) donc je suis bien content qu’il y ait encore des titres avec du pur tour par tour. Je n’ai jamais joué à un Dragon Quest non plus, et ça donne envie. Peut-être sur NX, ou alors je passerai directement au XI…

  • Onimaro
    Onimaro le

    J’aime autant les tour par tour que les temps réel, donc ça devrait le faire ! :D