Nintendo Switch : silence radio et chute en bourse

Nouvelle par Bidoman, le

Le calme après la (petite) tempête. C'est un peu l'impression du jour, après l'annonce de la Nintendo Switch. Sans forcément espérer un flot incessant de nouvelles informations, on pouvait s'attendre malgré tout à un peu moins de retenu dans la communication de Nintendo.

Il n'en est rien. Une petite vidéo de 3min30, et c'est tout. Quelques éditeurs tiers sortent de leur silence, mais sans faire de vague. Il apparaît clairement que Nintendo les tient sans doute dans sa main par une clause de confidentialité : gare à celui qui ébruitera des infos avant le coup d'envoi donné par le grand manitou de Kyoto.

Et ce coup d'envoi, quand sera-t-il ? Je vous en parlais brièvement dans cette news, il se pourrait que ce ne soit pas avant... l'année prochaine.

En effet, selon des informations recueillies par le Wall Street Journal, Nintendo ne communiquerait plus sur sa console avant 2017 !

"Nintendo : pas d'autre annonce officielle pour cette année concernant : 1) les jeux 2) les spécificités techniques, y compris le zonage.

Takashi Mochizuki, reporter au Wall Street Journal, fait ici référence à une rumeur ayant circulé très vite hier sur la toile, concernant la possible absence de zonage pour la Nintendo Switch (et donc la possibilité d'acheter des jeux japonais pour y jouer sur une console européenne, par exemple). Rien n'est confirmé jusqu'ici, Nintendo tient à garder le silence jusqu'à l'année prochaine.

Que penser de cette stratégie ? Elle peut autant être profitable que négative. Profitable car elle laisse le champ libre aux derniers titres Wii U et 3DS en cette fin d'année. D'ailleurs, Nintendo a bien levé le doute sur ce point : la Switch est avant tout une console de salon, et ne remplacera pas la 3DS... ni la Wii U ! Une récente déclaration de Nintendo confirme au magazine Famitsu que la Switch ne remplace pas au sens strict la Wii U, elle représente quelque chose d'autre, d'unique... On reconnait bien là les formulations typiques de Nintendo.

Bref. Ne pas parler de la Switch jusqu'à 2017 assure un Noël certainement mou, mais sans doute moins que si la console était dévoilée en intégralité. De là, on peut extrapoler en se disant que les annonces concernant la Switch seront tellement énormes qu'elles pourraient pousser les gens à attendre mars pour investir, compliquant la fin d'année pour les autres consoles Nintendo. Or, il n'est pas question que des jeux comme Pokémon Soleil et Lune, Super Mario Maker 3DS ou encore Just Dance 2017 et Darksiders : Warmastered Edition sur Wii U (ouais, y a que ça sur Wii U, c'est chaud) pâtissent d'un étouffement médiatique et sortent dans l'anonymat. Dans un sens, c'est malin : on finit 2016 tranquillement avec ces quelques gros jeux, et on attaque 2017 en tournant la page, sur du neuf et sur une Switch qui sera décortiquée en détail.

Mais la stratégie peut s'avérer dangereuse d'un autre côté, car la longue attente, qui semblait enfin terminée hier soir, est vouée à recommencer jusqu'à la prochaine annonce... Comme si Nintendo jouait à l'épicier et ne révélait des bribes d'informations qu'au compte-gouttes. De quoi augmenter les frustrations et disparaître à nouveau de l'esprit des consommateurs durant les prochaines semaines. En même temps, difficile de faire autrement sans rien présenter à Noël. Toujours est-il que la communication de Nintendo devra être agressive et parfaitement planifiée dès le début 2017 : ce sera le moment, enfin, de lâcher du lest et de tout balancer de manière régulière jusqu'à la sortie en mars. Moins de 3 mois pour convaincre, c'est possible mais compliqué. Une communication régulière, comme actuellement avec Pokémon Soleil et Lune, sera indispensable pour préciser le concept et convaincre vraiment les gens de repasser à la caisse moins de 3 mois après avoir assassiné les portefeuilles à Noël.

En attendant, Nintendo joue avec les nerfs de ses actionnaires. Hier, l'action de Nintendo à la bourse de Tokyo a grimpé de plus de 5%, atteignant plus de 27 000 yens avant la diffusion de la vidéo. Et ensuite, patatras : effondrement de plus de 6,55%, ce qui place l'action plus bas qu'en début de semaine... On peut donc dire sans se tromper que l'annonce de la Switch n'a pas rassuré les actionnaires, bien au contraire.

Pourquoi ? Certainement parce que 3min30 de clip ne sont pas suffisants pour présenter correctement le concept en détail, et cette communication n'est pas adaptée à la demande des actionnaires. Relativisons toutefois : la chute n'est pas si catastrophique, et l'action Nintendo se maintient depuis début septembre vers les 26 000 yens, après un été beaucoup plus compliqué aux alentours de 22 000 yens, et six premiers mois de l'année dans une situation très embarrassante, oscillant vers les 14 000 yens.

Comme toujours, tout est une question d'échelle : beaucoup de journalistes font aujourd'hui leurs choux gras avec la chute de l'action Nintendo. Mais cette baisse ne doit pas faire oublier que l'action est actuellement bien plus haute que la moyenne annuelle !

Du coup, avant de se renfermer dans son silence, Nintendo a bien daigné distiller quelques dernières informations concernant la Switch. Ainsi, on apprend dans Famitsu que la Switch ne sera pas compatible avec les cartouches 3DS, ni avec les disques Wii U. Cette insistance sur le support physique laisse supposer à certains que le téléchargement éventuel des jeux de ces deux consoles n'est cependant pas à exclure. De même, la société déclare avoir conçu la console pour que l'on puisse y jouer le plus longtemps possible : de là, vous extrapolez ce que vous voulez concernant l'autonomie. Enfin, Nintendo a dit ne pas vouloir faire de commentaire sur la possibilité d'accueillir des jeux mobiles sur Switch. Là encore, que faut-il en penser ? Il faudra attendre encore quelques mois avant d'en savoir plus...

Étiquettes :

Partager :  

Une réaction ?

Commentaires(8)

  • PepMint
    PepMint le

    Il me semble qu’à l’annonce de la DS, Nintendo avait annoncé qu’elle n’avait pas vocation à remplacer le/la gameboy. Et pourtant…

  • Bidoman
    Bidoman le

    Bien vu, PepMint ! C’était pour éviter de faire trop d’ombre à la Game Boy Micro, qui est arrivé après. Mais on connait tous la suite : d’ailleurs, la Micro n’avait pas vraiment de raison d’être.

    Après, là, c’est plus délicat, vu que la Switch n’entend pas se positionner comme console de portable, ni de salon, mais comme une nouvelle façon de jouer. Du coup, il est très possible que Nintendo dise ça pour éviter de faire de l’ombre à la remplaçante possible de la 3DS, sans doute déjà en préparation. Après, effectivement, seul l’avenir décidera : si la Switch est un succès et que les développeurs s’engagent dans cette voie en délaissant la 3DS et les portables classiques, on peut assister justement à un rapprochement définitif entre portable et salon, pour ne former plus qu’une seule grande branche unique.

  • Zvarrit
    Zvarrit le

    Ou alors, c’est pour éviter de faire de l’ombre à la New 3DS ( :niais: ), pour reprendre tes propos.
    J’adore la courbe de actions Nintendo : on peut y voir le “OH PUTAIN ZELDA” de l’e3. :mrgreen: Et finalement, il s’en sorte plutôt bien pour l’année du coup.

  • Smartiris
    Smartiris le

    Nouvelle définition du minimum syndical, par Nintendo : annoncer début 2016 que de grosses annonces seraient faites vers la fin d’année. Avec pour résultat, un teaser de 3 minutes, suivi d’une confirmation que ça sera silence radio jusqu’à l’année prochaine.

    Si ils font ça, c’est vraiment s’imposer des contraintes pour que dalle. Seul Pokémon fera vendre des consoles en cette fin d’année, inutile de se retenir sur les annonces. Étaler les annonces est une chose, aller dans le mur en est une autre.
    C’est dommage, car le concept m’intéresse bien. Et au moins il n’y a pas de gimmick à la con du genre tactile pré-smartphone, wiimote ou gameplay assymétrique.

  • Troll
    Troll le

    C’est pas Zelda c’est Pokemon Go la hausse. Et l’autre hausse c’est Mario Run.

  • Bidoman
    Bidoman le

    Oui, la hausse spectaculaire intervient un mois après l’E3, c’est effectivement Pokémon GO. Zelda n’a eu strictement aucun impact sur l’action Nintendo… Ça en dit long sur les intérêts du marché : le jeu mobile, et rien d’autre.

    Du coup, d’un point de vue purement capitaliste, la Switch aurait tout intérêt à supporter les jeux mobiles, ou du moins à accueillir un service dans ce goût-là.

  • Zvarrit
    Zvarrit le

    Au temps pour moi. :niais:
    Ceci dit du coup, pour rassurer les actionnaires suffiraient que la partie écran de la Switch ai des spécificités de type tablette. Ce qui m’étonnerais pas d’ailleurs, ce serait prodigieusement stupide de leur part de ne pas le faire.

  • Kayin
    Kayin le

    A mon avis, il y aura surement un mécanisme qui permettra à la NS de détecter tes jeux WiiU/3DS et proposer le téléchargement gratos sur l’eshop. Je crois qu’il y a déjà un truc similaire sur One pour la rétrocompatibilité avec la 360.