NintenDomaine : la passion du jeu vidéo Nintendo

NintenDomaine à la pointe de la technologie:



Y a vraiment que Fanboo pour sortir un demi-roman analytique sur le pseudo d'un mec.
Lost Spirit, qui commence à cerner le personnage

Jouer ou dormir, il faut choisir !


Akin, le 20/10/2012 à 14h57

L'actu Doctissimo du jour !

On le sait tous ici : jouer à Cooking Mama vous transforme en psychopathe malade fou dangereux qui bute les grand-mères au fusil sniper parce que vous êtes incapable de faire la distinction entre le réel et le virtuel.

Les études vont et viennent en se contredisant. Les plus récentes portaient sur l'agressivité des joueurs, apparemment plus enclins à avoir des réactions brutales faces à diverses situations. Personne ne s'est encore posé la question de la patience (car après-tout, un jeu vidéo, c'est un jeu d'action/réaction où l'immédiateté prévaut souvent sur la réflexion). Enfin bon, là n'est pas la question.

Aujourd'hui, c'est l'Australie qui nous envoie le résultat de ses recherches. Flinders University of Australia a mené une étude sur des adolescent et étudiants qui avaient accès ou non aux jeux vidéo le soir et qui bénéficiaient tous des mêmes conditions de repos et de confort.

Sans surprise, ce test a démontré qu'une utilisation prolongée du jeu vidéo avant d'aller se coucher nuisait à la qualité du sommeil.

Jusque là tout va bien, c'est relativement admis par la plupart des joueurs. D'ailleurs à titre personnel j'en ai encore fait les frais cette nuit.

Mais là où l'étude pousse un peu plus loin, c'est qu'elle analyse cette dite perte de qualité. Et ça peut devenir inquiétant si on y regarde bien.

Premier constat : le joueur s'endort plus lentement (environ 39 minutes avant de s'endormir). Ca peut paraître anodin puisqu'on se sent généralement très bien dans son lit. Mais ce sont autant de minutes qu'on ne passe pas à dormir, et ça peut avoir une incidence sur la suite. Je vous en reparle après.

Deuxième constat : le joueur se réveille plusieurs fois au cours de sa nuit. Est-ce un sommeil plus léger (le moindre bruit provoque l'éveil) ou un sommeil fragmenté (on s'éveille à la fin de chaque cycle) ? Ca je n'ai pas la réponse. Mais ça peut également avoir des conséquences.

Troisième constat : le temps dédié au sommeil paradoxal est réduit d'une douzaine de minutes en moyenne chez un joueur ayant eu une session de 2h de jeu avant d'aller dormir. Soit une réduction de moitié du sommeil paradoxal. Et là ça devient plus grave.



Pour ceux qui n'y connaissent rien, le sommeil est composé d'une succession de cycles composés de différentes phases : sommeil léger (30 minutes - on se sent bien), sommeil profond (1 heure - les muscles se détendent) et sommeil paradoxal (20 minutes - on mémorise les informations).

Tout cycle commencé doit être terminé pour que le sommeil soit réparateur. En gros, si on se réveille en cours de cycle, c'est comme si on n'avait pas dormi (d'où l'importance de s'endormir en fonction de l'heure à laquelle on doit se lever !!).
En revanche, si on se réveille à la fin d'un cycle, on peut très bien se lever et se rendormir par la suite ce n'est pas bien méchant. On n'aura probablement pas assez dormi (et le sommeil ne se récupère pas), mais on se sera reposé.

Le sommeil paradoxal, qui nous intéresse aujourd'hui, c'est le moment où le cerveau classe, trie, archive, défragmente et fait un scan-disk. On le sent souvent passer : c'est le moment où l'on rêve, bouge, transpire... L'absence de ce sommeil paradoxal peut avoir, à court terme, des effets néfastes sur la mémorisation, l'attention et la concentration. Mais plus grave encore : son absence ou sa mauvaise qualité peut avoir, sur le long terme, des conséquences irréversibles sur le comportement : troubles psychiques, maladies mentales ; ou sur le fonctionnement même de notre cerveau.



Ca fait réfléchir, mine de rien !


Commentaires
Un commentaire ?

Pseudo :







Recopiez l'image ci dessus :




Itooh | Membre
Ah, enfin quelque chose de bien écrit sur cette étude ! Partout où elle a été relayé, les articles étaient limites contradictoires et vraiment vagues.

Par contre, il me semble que la même étude relativise la gravité des effets du jeu-vidéo sur le sommeil par rapport à d'autres activité simulantes (télévisions, par exemple). Faudrait avoir la publication officielle de l'étude, mais j'ai cru comprendre selon une source que parmi les 17 sujets testés, certains regardaient un film tandis que d'autres jouaient…
Fire Rafou | Membre
Mouais, bizarre.
Je dors parfaitement bien, il ne me faut pas plus de 10 minutes une fois allongé pour m'endormir et je fais mes 6-7h en toute sérénité.
Je suis l'exception qui confirme la règle ou pas ?
Akin | Membre
Rafou > Le tout est de savoir quelles sont les causes de ce sommeil troublé. Si c'est "physique" (genre le contact avec la lumière de l'écran) ou si c'est "mental" (genre l'excitation ou la sollicitation des capacités de logique etc.). Quoi que l’accoutumance peut certainement amoindrir les effets.
whiteZORA | Membre
Et quels jeux ? Perso après du league of legend j'ai pas envi de dormir, mais après un jeu "normal" (où l'on est le seul joueur, genre Zelda) j'ai aucun problème, je dirais même, une petite session de final fantasy theatrhythm, ça aide
Raster Link | Membre
Je pense plutôt que c'est mental. Parce que jouer à l'heure où l'on doit se coucher doit nous stimuler alors qu'au contraire on devrait lentement passer en mode veille avant de dormir.

C'est un peu comme un moteur brûlant qu'on voudrait ouvrir pour réparer sans lui avoir laissé le temps de refroidir. Pas sûr qu'on parvienne à le réparer correctement (sauf si on aime se brûler).

Pour ma part, je dors pas assez quand je travaille le matin, et une fois le week end arrivé, je dors trop. Quand je me réveille, je me sens toujours fatigué, j'ai pas envie de me lever et je tourne en rond.
Ce qui a pour effet de me rendormir partiellement, puis quand je me réveille pour de bon, j'ai mal au crâne, comme en ce moment. Mais c'est bien chiant parce que ni medic ni repos n'en vient à bout... je dois attendre.
Kayin | Membre
Bah si ce sont des sessions de jeu de 2h avant de se coucher sur un jeu bien prenant c’est clair que ça aide pas trop à dormir. J'ai payé les frais quand j'étais étudiant pour avoir joué comme un taré à PSO sur GameCube. Ptet pour ça que j'ai de gros problème de concentration et de mémorisation ces derniers temps. A cause de ça je suis obligé de faire du rab à mon taf et ça c'est pas cool du tout.

Pourtant j'ai jamais eu de gros problème de sommeil. Là en semaine j'ai pas le tps d'allumer une console le soir du fait d'arriver chez moi un peu tard, me faire à manger et ranger. Après t'as envie que d'une chose c'est faire un gros dodo

Au pire si j'ai un gros jeu à faire mais ça sera max 45 min pas plus sur console de salon.
Elendin | Membre
Ce n'est pas vraiment relatif au jeu vidéo, j'ai déjà eu plusieurs fois le cas de figure que tu décris ici en jouant au jeu vidéo, en lisant un livre, en travaillant (dissertations dossiers etc...), ou alors même en période de trouble ou d'excitation (style être dans le doute sur ton avenir ou attnedre le lendemain avec impatience pour une raison x ou y).
En général, ces troubles du sommeil intervient quand ton cerveau est à la fois plébiscité pour le repos et pour une chose diverse.
Du coup le manque de sommeil peut effectivement avoir une conséquence néfaste sur ton physique ou ton psychisme, parceque ton cerveau est en manque de repos; cela dit ces conséquences ne se manifestent que si ce manque de sommeil est présent depuis un temps assez long ( quelques jours environ, il me semble que ça dépend des personnes).
Du moins ce n'est que mon point de vue.
Onimaro | Membre
On n'en sait que trop peu sur le sommeil, alors ce n'est pas une étude sur seulement 17 adolescents (ce nombre n'est pas précisé ici mais avec aussi peu de personnes le résultat ne sera pas du tout significatif) qui va nous apprendre grand chose...
Itooh | Membre
Onimaro > Pour une étude sur la santé, 17 personne c'est largement suffisant. Si sur cet échantillon, on constate les même effets (autrement dit, si l’expérience est reproductible) , c'est qu'il y a quelque chose.
Pour des études d'opinions ou de statistiques, c'est différent. Mais quand il s'agit d'un phénomène, disons, physique, c'est parlant. Si je veux tester un médicament que je fabrique, et que je constate que sur 17 sujets d'expérience, y en a que 3 qui ont survécu (les autres se sont dissous), on peut se permettre de faire des déductions. :P
Onimaro | Membre
Non, pour les études de santé (épidémiologiques), 17 sujets, ce n'est clairement pas suffisant. D'autant plus qu'on ne connait pas les critères d'inclusion et de non inclusion : les sujets ont-ils de l'hypertension ? une hypothyroïdie ? Quel est leur mode de vie (quelles études, mangent-ils "bien" ? Ont-ils eu des maladies congénitales ? Des détails qui peuvent jouer sur le sommeil.
Il faudrait bien plus de gens (une étude comparative randomisée de forte puissance = une étude avec pleeeeeeeein de sujets, et aussi des méta-analyses d'essais comparatifs randomisée) pour en conclure quelque chose. Et encore, peut-on établir un lien de causalité ? Si ça se trouve lire un bouquin passionnant juste avant de se coucher a exactement le même effet (soi-disant) que jouer à un jeu vidéo.
sknot | Membre
N'importe qui ayant essayé de lire un livre avant de dormir pourra témoigner que ça AIDE à dormir : les yeux se ferment tout seuls parce que ça demande à la fois de se concentrer sur ce qu'on lit et d'en intégrer le sens.
A l'inverse, les jeux vidéo (tout comme le surf sur Internet d'ailleurs) maintiennent éveillés avec un écran rétro-éclairé qui fait office de soleil de nuit.
On peut s'endormir à moitié sur son livre alors qu'on en est à la 2e page, le poser doucement sur sa table de nuit et s'endormir aussi sec. Avec un écran c'est très différent.
Onimaro | Membre
Je m'en fous du n'importe qui, je veux des statistiques. Je peux tout aussi bien te rétorquer que moi (n'importe qui) ai déjà lu des bouquins de minuit à 5h du mat' et que même après l'avoir posé, j'avais du mal à m'endormir.

De plus l'histoire du bouquin n'était vraiment pas mon argument principal, j'ai parlé de bouquin, j'aurais pu parler de n'importe quelle autre activité. Pour l'histoire du soleil de nuit je suis d'accord mais si tu lis le bouquin dans le noir tu as bien besoin d'une lampe-torche pour le lire...
whiteZORA | Membre
ps: Utilisez "Flux" pour que la lumière de votre ordi ne vous crèves pas les yeux le soir les enfants.
Valink | Membre
whiteZO'> Je savais pas que ça existait ce genre de logiciel, mes yeux te disent merci !
sknot | Membre
Onimaro : pas besoin de statistiques pour prouver qu'une feuille de papier non rétro-éclairée te fait plus facilement somnoler qu'un écran qui te pète la rétine à 20cm... Et c'est pas parce qu'un jour t'as été insomniaque et que lire un bouquin n'a pas aidé que ça invalide ce fait évident ! De même, une lampe pour éclairer ton livre, c'est là aussi beaucoup moins agressif pour les yeux : la lampe n'est pas dirigée contre ta face.
Sinon je sais que c'était qu'un exemple pour illustrer tes critiques sur la qualité de l'étude (avec lesquelles je suis globalement d'accord, d'ailleurs), c'est juste que c'était un très mauvais exemple
Elendin | Membre
c'est pas parce qu'un jour t'as été insomniaque et que lire un bouquin n'a pas aidé que ça invalide ce fait évident !

Personnellement je ne suis pas insomniaque et il m'arrivait souvent (et m'arrive toujours d'ailleur) qu'un livre m'empêchait de dormir car j'étais absorbé par son contenu, comme il m'arrive aussi de m'endormir comme une masse devant mon pc ou un jeu vidéo.
Bref c'est pourquoi je défend le fait que ce genre de troubles démontrés ici ne sont pas relatifs uniquement au jeux vidéos.
sknot | Membre
Non mais suffit de taper "écran sommeil" sur google hein. C'est pas nouveau, c'est reconnu depuis longtemps (n'importe quel médecin de campagne mettra en garde contre les effets néfastes des écrans) et y a même des études qui disent pourquoi les écrans d'ordinateur/de télévision sont particulièrement mauvais pour le sommeil. Faut arrêter de comparer ça à un livre, c'est complètement débile !

En l'occurrence la raison scientifique est que, comme je l'avais dit plus haut, l'écran de PC agit comme soleil de nuit. La rétine, stimulée par la lumière bleue de l'écran, envoie des signaux au cerveau qui lui font croire qu'il fait encore jour, ce qui augmente l'attention et diminue l'effet de somnolence. Ca perturbe le rythme circadien et inhibe la sécrétion de mélatonine, hormone indispensable du sommeil.
Et la raison pour laquelle les écrans sont particulièrement nocifs à cet égard en comparaison des autres sources de lumière artificielles, c'est justement la nature bleue de leur lumière : les longueurs d'onde de cette gamme (~460-480nm) sont les plus excitatrices pour l'oeil humain.

Et si vraiment ça suffit pas, une étude sur le sujet : Evening exposure to a light emitting diodes (LED)-backlit computer screen affects circadian physiology and cognitive performance (chronobiology.ch/publications/Cajochen_LED_2011.pd- - f)

Nan et puis bon suffit de regarder autour de soi pour en avoir l'illustration : les gens n'ont jamais aussi peu dormi qu'aujourd'hui. Y a 60 ans les gens ne se couchaient pas sans raison à 3h du mat après avoir éteint leur PC. Ils se couchaient vers 10h-minuit parce qu'ils étaient naturellement crevés !
Onimaro | Membre
L'exemple du bouquin était mal choisi certes mais ce n'est pas du tout ce que je voulais dire à travers mes messages. Ce que je critique c'est la qualité de l'étude (la manière dont ça a été fait, tout ça, cf mon premier post), et donc son analyse et son interprétation.
Test Yoshi’s New Island sur Nintendo 3DS
Test Donkey Kong Country Tropical Freeze sur Wii U
Test Nes Remis sur eShop Wii U
Test Assassin’s Creed IV Black Flag sur Wii U
Partenaires :
- Advance Wars Experience - All Soluces - All-Nintendo - GamerObs - Next Nintendo - Nintendo Wii - Wiiz - WireJess -