NintenDomaine à la pointe de la technologie:



En France y'a autant de plouc que d'anti-plouc
(Caradox, qui a choisi son camp)

Pokemon version Blanche 2
Pokemon version Noire 2

Pokémon version Blanche 2 & Pokémon version Noire 2

Comment ? Une suite chiffrée à un jeu Pokémon de la saga principale ? Et il sort sur DS alors que la 3DS est en vente depuis un an et demi ? C'est complètement fifou, ça ! Mais est-ce assez fifou pour craquer une nouvelle fois et repartir gambader dans Unys ? À vous de voir.

Rédigé par Kwev
Dresseur version 2
15/09/2012

On va passer brièvement sur le scénario du jeu puisque j’attends la sortie de prison de mon professeur de japonais depuis plus de 20 ans maintenant. Par conséquent mon niveau n'a sensiblement pas augmenté depuis l'aperçu de Noir et Blanc premiers du nom. Donc, de ce que j'ai cru comprendre : quelques années après les événements des premières versions, on incarne un nouveau gamin qui veut lui aussi jouer au concours de celui qui a la plus grosse pendant qu'une nouvelle Team Plasma plus fidèle à Ghetis qu'à N a décidé que les meetings et les lâchers de Pokémons, c'est pour les fillettes, et qu'il est bien plus intéressant de mener des actes terroristes en détruisant des villes depuis un bateau volant. Croyez-le ou non, c'est plutôt proche de la vérité ! M'enfin on va plutôt s'intéresser au reste.

Pokémon version Blanche 2 & Pokémon version Noire 2
Là, par exemple, je crois qu'ils disaient du mal de maman.
Dans le doute, je les ai tous défoncés.

Si traditionnellement, le mot "suite" se traduit par "plus de tout" dans le monde du jeu vidéo, Pokémon versions Noire 2 et Blanche 2 dérogent à cette règle. Disons le tout de suite, il n'y a que très peu d'ajouts et de nouveautés. Le moteur graphique est le même, l'interface de jeu aussi. Il n'y a aucun nouveau pokémon si ce n'est des nouvelles formes pour cinq ou six d'entre eux. Les anciennes villes composent au bas mot 80% du territoire de ces versions et sont strictement identiques à ce qu'elles étaient auparavant. Du coup, les maîtres d'arènes sont majoritairement les mêmes et du même type (bien que les intérieurs des arènes aient été redessinés). Ça va jusqu'aux PNJ qui n'ont pas changé de place pour certains, comme le renommeur de pokémons.

Mais du coup, c'est quasi tout pareil ? Bah oui. Alors ça vaut pas le coup de jouer à ces versions-là, si ? Eh bah si ! Les innovations sont là où on ne les attendait pas forcément et certaines vont vite se révéler indispensables. En voici quelques-unes, dans l'ordre croissant d'importance à mes yeux.

Tout d'abord, à défaut d'avoir compris quelque chose au scénario, j'ai au moins pu constater qu'il y en avait un. Il y a eu un véritable effort de fait quant à la mise en scène puisque la progression de l'histoire ne se fait plus en parlant à un type campé sur ses deux jambes au milieu de la route. Utilisant enfin l'avantage principal qu'offre la 3D, les développeurs jouent avec les angles de vue (bon, c'est léger, hein), se permettent des travellings en plein dialogues, mêlent de grands sprites animés aux décors et vont jusqu'à réaliser des cinématiques avec le moteur du jeu. Oui, "des cinématiques" au pluriel et pas simplement une bestiole légendaire qui apparaît.

Ensuite, les nouveaux lieux, car il y en a tout de même ! S'il y a seulement trois petits villages au début et deux nouvelles villes sur la fin, on trouve surtout beaucoup de nouvelles grottes et de nouveaux sentiers. Les trois premières zones du jeu sont isolées du continent principal, assez petites et on peut sans problème les comparer à toute la zone qui va du Bourg Palette à Argenta en passant par Jadielle mais pas par la forêt de Jade. Une fois le pied posé sur le "vrai" Unys, les nouvelles zones se font beaucoup plus rares mais restent parfaitement cohérentes avec le monde initial, tout en y ajoutant de la variété. Honnêtement, j'ai été assez déçu tout de même sur ce plan. On nous isole dans de nouveaux petits villages au début du jeu pour donner l'impression qu'il y a eu du boulot de fait mais on déchante complètement une fois le pied posé sur le continent où tout y est pareil ou presque. L'évolution de l'univers entre les deux versions semble quasi-nulle et pour continuer les comparaisons avec les versions précédentes, c'est comme si Pokémon Or n'avait eu que deux nouvelles villes avant de nous renvoyer à Kanto : la nostalgie n'est pas là car entre nos deux visites d'Unys, on a rien visité d'autre et cet Unys-ci n'a pas assez changé pour présenter un réel intérêt.

Pokémon version Blanche 2 & Pokémon version Noire 2
C'est beau mais c'est loin. Dommage qu'on ne puisse jamais y aller.

Dans la famille des innovations plus pratiques, il y a tout plein de nouveaux gadgets cool qui savent se montrer indispensables, à commencer par le retour du Pokématos, ou du moins d'un objet qui a plus ou moins les mêmes fonctions, dont le téléphone qui permet de harceler notre mère, nos rivaux et d'autres dresseurs croisés sur la route à n'importe quelle heure du jour et de la nuit. Vraiment nouveau et diablement utile, le Pokédex embarque désormais une fonction de recherche par zones ! Elle indique quels pokémons déjà rencontrés peuvent être capturés dans chacune des zones du jeu, toutes divisées en trois sous-catégories : monstres rencontrés dans les herbes, dans l'eau où en pêchant. Si toutes les bestioles d'une zone ont été rencontrées, un symbole apparaît à côté du nom de la zone tandis qu'un autre symbole apparaît si on les a toutes capturées. Il y a d'autres petits outils du genre, sans compter ceux dont je n'ai pas saisi l'utilité, la faute au japonais, mais je vous laisse découvrir tout ça.

Mais là, on attaque le gros du gros : l'innovation majeure du jeu, celle qui lui donne tout son intérêt est celle que j'attendais le moins de la part d'un jeu Pokémon. Si les versions Noire et Blanche avaient révisé la formule de calcul de l'expérience gagnée au combat pour forcer les joueurs à utiliser une équipe hétérogène souvent au niveau de son adversaire, Noir 2 et Blanc 2 va plus loin et comptent bien vous apprendre à ne pas vous fier qu'aux types et aux niveaux de vos bestioles puisque la difficulté est rehaussée de dix crans d'un coup.

Oui, un jeu Pokémon difficile. J'ai du mal à y croire moi-même mais tout plein d'éléments montrent que la difficulté était la priorité des développeurs.

Pokémon version Blanche 2 & Pokémon version Noire 2
Ceci est une arène. Paraît que c'était écrit à l'entrée mais moi je me suis fait avoir en demandant un autographe au leader du groupe.

Pour vous donner un ordre d'idée relatif aux premières heures de jeu : depuis Noir et Blanc, on ne gagne que très peu d'expérience en battant un pokémon de niveau inférieur au notre, surtout s'il est sauvage. De fait, le leveling en prend un sacré coup et on peut pas trop compter sur des heures de combat dans le même lopin de terre pour devenir balèze et progresser plus facilement dans le jeu. Dans Noir et Blanc 2, avant de battre le premier maître d'arène, on ne croise que des pokémons sauvages de niveau 5 maximum, faisant donc osciller le niveau de notre équipe entre 7 et 9. Le hic, c'est que le premier maître d'arène a des pokémons niveaux 13. Et la différence de level, en terme de puissance pure, on la sent passer. D'autant plus qu'il possède des pokémons de type Normal et que les pokémons Combat ne se bousculent pas au portillon en début d'aventure.

Et tout le jeu est comme ça ! On se fait surclasser par tous les dresseurs importants et je n'avais jamais été habitué à voir autant de combat perdus. Bien entendu, la barrière de la langue joue un petit peu (je suis incapable de savoir quel est le prochain monstre que va envoyer mon adversaire, je ne peux donc pas changer en conséquence) mais il n'y a pas que ça : ils utilisent bien plus d’objets de soins, de baies et d'objets tenus !

Les dresseurs classiques ne sont pas en reste car ils vont vous forcer à faire le plein de Super Potions dont il faudra user et abuser entre deux combats plutôt que de courir jusqu'aux Centres Pokémon et se retaper toute la route à la moindre altercation. On note aussi que les combats triples et rotatifs sont enfin intégrés au jeu puisqu'un dresseur lambda peut très bien vous forcer à en livrer sans vous demandez votre avis alors que seulement trois PNJ vous proposaient ce type d'affrontement dans les versions originales Noire et Blanche.

Pokémon version Blanche 2 & Pokémon version Noire 2
Inezia continue à cultiver son melon et est bien partie pour passer devant Cynthia dans le domaine.

Mais le must c'est le casting du jeu. Sérieusement, une version de Pokémon où les premières bestioles sauvages que l'on croise sont des Psykokwaks, des Smogos ou des Elekids... C'est tout con mais c'est juste génial ! Ça nous prouve au passage qu'on a pas besoin de nouveaux pokémons quand il y en a déjà tellement et qu'on en connait sur le bout des doigts que si peu. Il faut d'ailleurs savoir que l'on rencontre des pokémons de toutes les générations du début à la fin du jeu, sans avoir à passer par la Ligue et que de nombreux pokémons ont vu leurs panels d'attaques modifiés.

C'est là qu'est l'intérêt principal de ces suites : nous forcer à aller chercher plus loin et bousculer nos habitudes, puisqu'on ne peut plus utiliser les pokémons classiques que l'on connaît si bien et que l'adversaire est, sur le papier, bien plus puissant que nous. Pour ceux qui comme moi n'avaient juré que sur la force brute et les attaques directes jusqu'ici, il va falloir apprendre à utiliser au mieux les altérations d'états, les contres, les Abri et autres Voile Miroir. Je n'ai toujours pas trouvé d'utilité à Trempette, mais pour le reste, j'ai appris à créer de vraies stratégies.

Et si jamais vous me prenez pour un noob à la lecture de ces lignes et que vous vous dites que le jeu n'est probablement pas si difficile que ça, sachez que les développeurs étaient visiblement d'accord avec vous puisqu'en terminant la Ligue, on nous offre la possibilité de recommencer le jeu depuis le début... dans une version difficile ! Et là, tous les pokémons de tous les dresseurs du jeu gagnent 2 à 7 niveaux, ils tiennent bien plus souvent des objets (Vive Griffe, Grelot Zen, etc) et le stocks de Potion Max de leurs dresseurs sont doublés. On veut toujours jouer les courageux ?

Pokémon version Blanche 2 & Pokémon version Noire 2
Le jeu est tellement hardcore qu'on doit faire Surf... SUR DE LA LAVE !

En bref, Pokémon Version Noire 2 et Version Blanche 2 n'apportent au final rien de véritablement nouveau mais ils ont été créés de manière à mettre bien plus en relief les profondeurs et les richesses déjà présentes de la série. Est-ce que c'est suffisant pour l'acheter ? Si vous aimez la difficulté, oui. Autrement, il est trop tôt pour le dire car je suis certainement passé à côté de pleins de choses, d'autant que ce qui apportait beaucoup au charme de Noir et Blanc, c'était le travail des traducteurs.

Quant à savoir si le jeu conservera cette difficulté dans les prochains épisode, au risque de plaire un peu moins au grand public... rien n'est moins sûr.

Kwev

Test Yoshi’s New Island sur Nintendo 3DS
Test Donkey Kong Country Tropical Freeze sur Wii U
Test Nes Remis sur eShop Wii U
Test Assassin’s Creed IV Black Flag sur Wii U
Partenaires :
- Advance Wars Experience - All Soluces - All-Nintendo - GamerObs - Next Nintendo - Nintendo Wii - Wiiz - WireJess -