NintenDomaine à la pointe de la technologie:



Sa m'a tuer
Coolman, probablement tué par Sa Raddad



Paris Games Week 2011
Impression du salon

Sur NDM, on préfère vous parler de jeux plutôt que d’architecture et de logistique. Pourtant, il va bien falloir en toucher deux mots. Pour sa deuxième édition, le tout jeune mais néanmoins puissant salon organisé par le syndicat des éditeurs de logiciels et de loisirs (le SELL) nous a montré les jeux à venir pour quiconque était prêt à 3 heures de queue et aussi bien d’autres choses.
Cet article sera malheureusement sans photos, tout simplement parce que sans batterie, un appareil photo fonctionne beaucoup moins bien.

Rédigé par Fire Rafou
11/11/2011

Le Paris Games Week

Je ne vais pas vous refaire un historique du salon, Fro vous en a écrit un très bien l’an dernier. Avec sa petite année d’existence, on peut dire que le Paris Games Week a écrasé la concurrence des salons de l’an dernier. Le Micromafia Games Show premier évènement grand public français n’a même pas retenté la pitié de l’an dernier, où ils en était même venu à faire des concours de cosplay. Cette année, tel le roquet face à l’ours, ils sont partis vers les cinémas de France pour diffuser des trailers des prochains jeux à venir. Intéressant... Quant au Festival du Jeu Vidéo, il a carrément disparu.

Pas facile de lutter contre un syndicat et surtout, quel est l’intérêt pour un éditeur de consacrer du budget pour un autre évènement, sachant que la majeure partie du public ira au PGW ? Puis, de notre côté, personne n’est assez fou pour revivre des week-end comme celui-ci, où l’on passe plus de temps à faire la queue qu’à jouer. Vous l’avez tous dit, même nous : « Trop d’monde, mes couilles, j’y vais pas l’an prochain ». Au final, tout le monde y retourne, moi le premier, parce qu’en un an, on oublie. Alors forcément, personne n’ira se farcir trois salons comme ça en l’espace d’un mois et il aura suffit d’une année pour que le vainqueur soit désigné.

Le Paris Games Week s’est posé au moment où le public français était prêt à passer une journée dans un salon réservé au jeu vidéo. L’an dernier, il s’est fait connaître grâce à une communication agressive et une idée géniale. En distribuant des entrées gratuites à tout va, ils ont attiré l’attention de tous les kékés et autres rapiats intéressé pour jouer au dernier Call of Duty pour pas un rond. Croyez-moi, ça en fait du monde et c’est pas un hasard si les entrées étaient offertes sur le site PlayStation.
En deux ans seulement, ce salon a donc réussi a atteindre des chiffres d’affluence à la hauteur d’une Japan Expo (180 000 personne cette année pour ce PGW 2011), et à susciter l’intérêt des gros sites français, comme Gamekult, chose que Micromafia n’avait jamais réussi.

M’enfin passé ce lustrage de phallus, 180 mille types, ça fait quand même un sacré paquet de personnes et ce n’est pas le bureaucrate qui en subit les conséquences, mais le joueur.

J’ai trouvé que l’agencement de ce salon était particulièrement mauvais, effet notamment accentué par un plafond très bas, augmentant l’impression de confinement. Heureusement pour nous, le stand Nintendo était assez vaste et la circulation y était aisée, mais ailleurs, entre les estrades dédiées aux jeux de danse et les énormes box pour les jeux déconseillés au moins de 18 ans, c’était impossible de circuler librement. Ne nous sommes allés qu’une seule fois dans la deuxième moitié du salon et nous n’y avons plus remis les pieds. Entre la PSVita, Call of, et Battlefield, c’était un véritable kéké land où nous ne pouvions même pas circuler. Inutile de mentionner les files d’attente, dépassant les deux heures. J’ai encore du mal à concevoir que l’on puisse attendre aussi longtemps pour jouer à un énième jeu de guerre copié collé du précédent et dont la bêta était dispo librement et gratuitement il y a deux semaines...
Outre les heures de queue, la sortie du salon étant définitive, on a pu observer vers midi une masse de gens, manger par terre comme des chiens. Il serait hypocrite de ma part de dire que c’est lamentable, car pour une fois, il n’y avait personne au grec du coin.

Comme toujours, la superficie du salon est donc encore une fois son problème majeur. Malgré le tapage médiatique, les dirigeants ont encore sous-estimé l’ampleur de cet évènement. Pour comparaison, la Japan Expo 2011, c’est 200 000 visiteurs pour un peu plus de 100 000m². le Paris Games Week, c’est 180 000 visiteurs, pour 24 000m². Y a comme un soucis non ?

Histoire de mettre un point final à ce bilan de deuxième édition, j’ajouterais qu’il serait peut-être intéressant de développer davantage des stands boutiques. Vu que les éditeurs sont devenus trop rapiats pour distribuer des goodies, autant nous permettre de pouvoir les acheter. Bien évidemment, à trente balles le t-shirt, ils iront se le mettre où je pense. Il faut dire que mis à part les cadors comme la Fnac, le prix du mètre carré n’est absolument pas accessible. Faut voir si le Paris Games Week est prêt à passer de salon vitrine à salon communautaire.

Les jeux sur consoles Nintendo

Les jeux présents au Paris Games Week ont, pour la plupart, leur petit aperçu sur NintenDomaine.

Super Mario 3D Land a eu le droit à deux aperçus, un suite aux infos de l’E3, l’autre suite à l’essai de la démo fin Juin dernier.

Mario Kart 7, Mario et Sonic aux jeux Olympiques de Londres et Rayman Origins sont dans un précédent article sur les jeux multijoueurs du Paris Games Week.

The Last Story et Pandora’s Tower ont été essayés par Cara-chan dans l'article Paris Games Week 2011 - L'aventure japonaise sur Wii en 2012.

Luigi’s Mansion 2, suite à la démo que nous avons pu tester fin Juin dernier.

Kid Icarus : Uprising, dans un article de Sia et Akin.

Kirby's Return to Dreamland, suite à l’essai d’une démo en Juin dernier par Sia.

The Legend of Zelda : Skyward Sword, dans un aperçu de Akin datant du mois de Mars.

Et les autres, on s’en fout !

Fire Rafou

Test Donkey Kong Country Tropical Freeze sur Wii U
Test Nes Remis sur eShop Wii U
Test Assassin’s Creed IV Black Flag sur Wii U
Test de Batman Arkham Origins sur Wii U
Partenaires :
- Advance Wars Experience - All Soluces - All-Nintendo - GamerObs - Next Nintendo - Nintendo Wii - Wiiz - WireJess -