NintenDomaine à la pointe de la technologie:



Je veux bien devenir gay pour toi
Tomayo, qui sent qu'il va regretter d'avoir écrit cette phrase



Tales of Phantasia

A jeu mythique, remake mythique (en mon humble avis). C’est donc avec joie que le port GameBoy Advance de ma Nintendo DS (c’est surtout moi qui étais joyeux mais bon…^^) accueille ce jeu qui m’aura fait baver et fait voir de toutes les couleurs. Aussi, comme ce jeu m’a fait tellement baver de plaisir, je le dis dès maintenant, je lui mets 20/20 voilà na !

Rédigé par Lost Spirit
2/02/2007


On pourrait croire que le truc rouge est de la lave, mais en fait,
c'est des nuages avec le coucher de soleil.

HISTOIRE

Avant de débuter le jeu à proprement parler, on nous sert une petite intro vraiment pas mal où on en apprend plus sur le comment le méchant du jeu s’est fait vaincre et emprisonné dans une sorte de tombe scellée à la magie. Douze ans plus tard...

L’histoire débute dans le petit village de Toltus où Cless, le héros coule des jours paisibles avec ses parents. Le petit Cless, qui a quand même dix-sept ans, part pour la chasse avec son ami Chester dans la forêt avoisinant le village. Après avoir vaincu le gibier sous forme d’un combat de boss, nos deux héros entendent le son de la cloche du village, utilisée seulement lorsqu’un danger menace. Ils se dépêchèrent donc de rejoindre le village pour voir ce qu’il se passait. Lorsqu’ils arrivèrent, ils découvrirent leur village dévasté, les habitants face contre terre. La mère de Cless ayant encore assez de force pour parler, lui dit que les hommes qui ont attaqué le village étaient à la recherche du pendentif qu’il avait reçut pour ses quinze ans.

Cless décida d’aller à la ville d’Euclid pour se cacher chez son oncle et sa tante, laissant Chester se débrouiller pour faire une tombe décente aux villageois. Mais il s’avéra un tout petit peu plus tard que son oncle avait été menacé par les hommes qui recherchaient le pendentif de Cless et donc il fut livré à ces hommes et emprisonné. En prison, Cless rencontra Mint, une fille de guérisseuse également emprisonnée, avec sa mère (qui est morte, mais ça elle ne le sait pas) pour les même raisons que Cless. Car en fait, ces pendentifs sont les clés qui ont servit à sceller le grand méchant du jeu, le roi magicien Dhaos, dans sa tombe.

Après s’être échappé de prison avec Mint, Cless s’évanouit pour des raisons mystérieuses (en même temps, Mint c’est une Babe…) et se retrouva dans la maison d’un des hommes qui ont scellé Dhaos : Morrison. Il expliqua à Mint et Cless que leurs parents étaient avec lui lorsqu’ils ont vaincu Dhaos. Après moult dialogues, Morrison s’en alla pour empêcher la libération de Dhaos. Cless et Mint tentèrent de le suivre, mais il le leur interdit. Bien évidemment, ces deux mauvais enfants n’obéissent jamais et ils partirent donc l’aider. En chemin, ils croisèrent Chester qui vint avec eux. Après quelques péripéties, nos héros se retrouvent face à Dhaos, mais n’étant pas assez puissant, Morrison les envoya dans le passé pour chercher de puissants mages qui pourraient vaincre Dhaos, laissant Chester derrière eux.

Le jeu comporte aussi des passages comiques, comme par exemple une scène dans des sources d’eau chaude, où une des protagonistes fait le voyeur et regarde dans la partie des mecs, et pour se venger, un des garçons va regarder dans celle des filles. Ce passage m’a fait énormément penser à une scène dans Tales of Symphonia. Comme quoi, on voit bien que c’est du même éditeur, et de la même saga.


Le faux méchant face au vrai méchant qui se demande ce qu'il se passe, et les gentils derrière.

GRAPHISMES

Je n’ai jamais vu les anciennes versions (celles sur Super NES et sur PlayStation) mais il paraît que la version GameBoy Advance se rapprocherait de celle PlayStation... Mais faut dire que c’est assez beau. J’ai vite été sous le charme. Les personnages sont mignons à souhaits (ils sont en SD, Super Deformed), les paysages sont bien détaillés dans l’ensemble, la carte du monde est vraiment bien faite, bien qu’un peu plate, mais ça reste mieux que celle de Tales of Symphonia sur GameCube. Pendant les combats, les personnages sont plus détaillés, et leurs mimiques vont parfaitement avec l’ensemble. Les décors sont pour la plupart magnifiques, très colorés, très magiques.

Les animations hors combats rendent bien, on arrive à comprendre ce qu’elles sont censées représenter, je dis ça parce que parfois on comprend pas grand chose, car lorsqu’on fait un pacte avec un esprit originel, une sorte de triangle de couleur clignotant tourne autour de l’esprit puis rétrécit pour aller dans le personnage qui invoque... Au début on se demande ce qu’il se passe, mais vers la fin de la (première) animation comme ça, on comprend ^^ Bien sûr, il n’y a aucun ralentissement (comme d’hab quoi).

En ce qui concerne les animations dans les combats, les attaques au corps à corps et à distance sont pour la plupart, ni trop banales, ni trop originales, au contraire, les techniques spéciales donnent vraiment l’impression de massacrer l’ennemi (mais quand c’est l’ennemi qui en utilise, ça donne vraiment l’impression qu’on va se faire déchiqueter ^^’). Seul petit défaut notable, les grosses magies (les magies qui utilisent beaucoup de PM, et les invocations). Lorsqu’elles sont utilisées, l’action se fige pendant tout le long de l’animation, peut être pour profiter de la beauté de certaines...


Voici à quoi ressemble un pacte d'invocation.
Quand je vous disais que c'est bizarre la première fois qu'on voit ça.

GAMEPLAY

Eh bah là, vous savez quoi ? C’est la partie la plus marrante du jeu ! Et même et même que si vous n’avez jamais joué à son petit frère sur GameCube, Tales of Symphonia, eh ben que c’est même encore plus marrant ! Mais pour ceux qui y ont joué, bah ça reste marrant quand même ^^ (bon alors là, c’était ma période fêlé qui ressort, je vous prie de m’excuser ^^’).

Eh ben on va commencer par le gameplay sur la carte du monde et dans les villes, qu’en pensez-vous ? D’ailleurs je ne sais même pas pourquoi je vous demande votre avis puisque c’est moi qui décide...
Sur la map du monde, le seul bouton qui sert, quand on n’a pas encore obtenu de moyen de transport, est la croix directionnelle. Vous pouvez aller en avant, arrière, de gauche à droite et aussi en diagonale. Pour le seul moyen de transport que l’on peut contrôler, les Oiseaux-Tech, des sortes d’oiseaux mécanisés qui ne peuvent voler sans une certaine quantité de magie ou d’électricité, on utilise toujours la croix directionnelle et les boutons A pour avancer et B pour s’arrêter.
Dans les villes et donjons (et aussi bateaux pour certaines fois), la croix directionnelle est toujours autant utilisée que pour les autres déplacements cités précédemment, et le bouton A est utilisé pour parler aux gens, pour faire défiler les dialogues (tout comme le bouton B) et pour valider ses choix. A l’inverse, le bouton B sert à annuler des choix.
Dans les menus c’est l’utilisation classique bien évidemment.


La même invocation, quelques combats plus tard...

Et pour finir, le clou du spectacle : les combats (avec un marteau pour enfoncer le tout).
Raaah mais qu’est ce que c’est bien !! Le système de combats utilisé dans ce jeu était une petite révolution, mais maintenant ça ne l’est plus trop, il n’empêche qu’il soit toujours excellent.
Ici, pas de tour par tour, mais une sorte d’Action-RPG dans une sorte d’arène sur fond de l’environnement qu’on traverse, avec le système de LMB (linear motion battle) où les personnages combattants se déplacent sur une ligne imaginaire qui va droit sur les ennemis, il est donc impossible de tourner s’amuser, mais on peut faire demi-tour si jamais on ne le sent pas trop.
Pour fuir, c’est assez simple, mais pas toujours très rapide contre certains ennemis : il faut que le personnage que l’on contrôle se colle contre un des bouts de l’arène. Une jauge apparaîtra et lorsqu’elle sera remplie, c’est la débandade.
Tout comme dans Tales of Symphonia, le joueur peut choisir le personnage qu’il souhaite contrôler, ce qui je dois dire est assez marrant cependant, les autres personnages ne sont pas vraiment très simples à contrôler, car c’est le héros principal qui est optimisé pour jouer. Chaque personnage a son type de techniques : Cless, le héros possède des techniques d’épéiste qui laminent ses ennemis, certaines sont assez impressionnantes ; Mint, la guérisseuse possède uniquement des sorts de soins et de soutien, et ses attaques au corps à corps ne sont pas vraiment efficaces ; les deux mages, Klarth et Arche utilisent des magies assez spectaculaires et réussies et infligent pas mal de dégâts. Il y a également un archer, et une ninja.
Seul petit défaut : les mouvements, attaques ainsi que les techniques spéciales sont parfois imprécises et malheureusement, on ne peut pas corriger nos erreurs de manipulation. La prise en main n’est pas vraiment instinctive au début mais on s’y habitue.


Si vous avez pas assez d'argent pour le payer, vous êtes coincés.

MUSIQUES et SONS

Les musiques de Tales of Phantasia ont été composée par un grand, même si je ne connais pas sa taille. Eh oui, comme tout les Tales of, Namco demande à Monsieur Motoï Sakuraba de faire les musiques de leur jeu. Et comme d’habitude, c’est sublime. Moins qu’un Baten Kaitos mais sublime quand même.

Petite anecdote qui ne sert peut être à rien : quand je me suis battu pour la première fois contre un esprit originel en mettant la musique, j’ai remarqué que le thème de ces combats était le même que celui de Tales of Symphonia. Et donc comme je suis plus ou moins nostalgique, ça m’a rappelé des souvenirs (mais ça m’en a fait d’autres aussi). Une autre pour la route, qui est pas grande du tout : tellement c’était beau, bah j’en avais deux ou trois dans la tête à chaque fois ^^’

Ah et puis il y a aussi les voix ! En plein combat, les personnages poussent des cris signifiant qu’ils portent une attaque normale. Sinon, ils crient le nom de la technique qu’ils utilisent pour faire pour staïle je pense. Et en fin de combat, celui qui a porté le dernier coup (qui a tué le dernier ennemi quoi) a le droit de dire une phrase qui lui est propre (même que c’est lavé avec mir laine machine pour que ça soit doux -_-‘) mais c’est toujours la même phrase par contre...


Moment tragique : le héros vient de perdre ses parents...

DURÉE de VIE

Pour une fois, je suis content de la durée de vie d’un RPG sur GBA. Rendez vous compte : moi qui suis un éternel insatisfait (bien sûr ce n’est pas vrai, c’est pour le style), j’ai été satisfait par la longueur de ce jeu. Yahou ! C’est la fête, champommy pour tout le monde !

En fait, moi j’ai réussi à le finir en trente-cinq heures et quelques minutes en comptant le combat final qui dure, il faut le dire, assez longtemps (même trop longtemps). Ce qui est assez raisonnable, il faut le reconnaître. Il n’empêche qu’il dure encore plus longtemps, en sachant que je ne m’attarde pas vraiment à faire les quêtes annexes, quoique j’ai du en faire une ou deux.

Quand on a fini le jeu, un mini jeu bonus avec Arche (la magicienne aux cheveux rose) est débloqué. Il est marrant mais assez vite fait, et surtout, assez ennuyeux. Le but du jeu est simple : effectuer des missions de n’importe quelle nature pour obtenir un remerciement des gens que vous avez aidés, pour rester en vie (oui parce qu’il faut savoir qu’une voyante a dit à Arche qu’elle mourrait dans les cinq minutes si elle n’obtenait pas assez de remerciements). Personnellement, je ne l’ai jamais fini car je me suis vite lassé, bien que le « scénario » soit assez marrant. Bref, c’est un mini-jeu qu’on peut recommencer autant de fois que l’on peut, si on en a le courage ^^


Je me demande comment il fait pour pas crever avec cette chaleur et son équipement...

EN BREF...

Tout d’abord je voudrais remercier Namco pour avoir enfin sorti ce magnifique jeu sur nouvelles consoles Nintendo en Europe. Sinon, je serais vraiment passé à coté de quelque chose (et vous aussi cher lecteur). Tout comme pour le portage des deux premiers Final Fantasy sur cette même console, j’ai vraiment pris du plaisir à découvrir les prémices d’une saga pas comme les autres.

GRAPHISMES : 15/20
Non mais qu’est ce qu’ils sont enchanteurs !! C’est un bonheur de jouer avec une beauté pareille (mais c’est pas une babe, désolé Frostis :P). Ce petit cocktail de personnages en SD tout mignons et de décors fins et détaillés est détonnant.

GAMEPLAY : 17/20
Quasi parfait. A l’époque c’était une petite révolution, mais aujourd’hui cela reste vraiment très innovant et plein de fraîcheur, tout comme son descendant, Tales of Symphonia. Seul bémol, la prise en main en combat pas évidente au début ainsi que les quelques petits dérapages qui peuvent arriver lors des attaques.

HISTOIRE : 18/20
L’histoire est très prenante et donne envie à chaque nouvelle découverte d’avancer plus dans le jeu pour savoir la suite du scénario. Je me demande encore comment ils ont fait pour trouver un scénario aussi prenant chez Namco...

MUSIQUES et SONS : 19/20
Mon coup de cœur du jeu. Elles sont tout simplement subliiiimes ! Petit moment d’extase lorsque j’ai redécouvert le thème du combat contre les esprits. L’absence d’un sound test est à déplorer (et ça me fait bien c**** qu’il n’y en ait pas). Et pis J’ai pas à justifier cette note ! C’est du Motoi Sakuraba quand même !^_-‘

DURÉE de VIE : 15/20
Elle est franchement acceptable, même si ce n’est pas un grand exploit… Avec certaines quêtes annexes qui peuvent durer assez longtemps selon la personne, et avec le mini-jeu que j’ai évoqué précédemment que l’on peut recommencer autant de fois que l’on veut, la durée de vie peut être rallongée à au moins quarante heures.

NOTE FINALE : 18/20
Eh ben non ! Je n’ai pas mis la note parfaite ! Tout simplement parce que j’aime pas mettre des 20/20 (mais j’aime bien quand on m’en met un, hu hu). Je peux vous assurer que je n’ai jamais regretté son achat, c’est même un de mes jeux préférés. Alors si vous aimez les RPG qui sortent de l’ordinaire, avec un scénario bien prenant, des personnages attachants, un peu comme Tales of Symphonia, alors je vous le conseille vivement.

Lost Spirit
Roi des Smilies débiles


Test Donkey Kong Country Tropical Freeze sur Wii U
Test Nes Remis sur eShop Wii U
Test Assassin’s Creed IV Black Flag sur Wii U
Test de Batman Arkham Origins sur Wii U
Partenaires :
- Advance Wars Experience - All Soluces - All-Nintendo - GamerObs - Next Nintendo - Nintendo Wii - Wiiz - WireJess -