NintenDomaine à la pointe de la technologie:



Mon frère joue à Metroid Prime qu'avec le scanner, il tire jamais
Le petit frère de Bidoman



Geist

Dès les premières images du jeu, on a su que Geist ne parviendrait jamais à nous faire oublier que Rare a été racheté par Microsoft et que par conséquent, on n'aurait plus jamais de Perfect Dark sur nos consoles de salon Nintendo. Cependant, l'enjeu était de taille : la GameCube étant dépourvue de bon FPS (les James bond sont tous aussi mauvais les uns que les autres et les Metroid Prime se vantent de ne pas entrer dans cette catégorie), il fallait vraiment frapper un grand coup. Nintendo est donc parti démarcher avec un excellent dossier pour un jeu au potentiel tout aussi bon. Si le choix du développeur, N-Space, connu pour ses grosses daubes, a tout d'abord suscité pas mal de questionnements quant aux priorité de notre éditeur favori, le résultat final, lui, semble avoir été injustement lapidé par la presse. Comme j'aime bien le jeu, je vais remettre de l'ordre à ma façon :-p

Rédigé par Akin
10/11/2005


Tiens mais... c'est vous qu'on voit sur la photo, non ?

HISTOIRE

Avant même d'entrer dans la description détaillée du jeu, un simple coup d'œil sur l'histoire nous permet d'en apprendre beaucoup sur le gameplay, pas révolutionnaire mais aussi rare qu'excellent, de ce jeu tant de fois repoussé.

John Raimi est un chercheur américain, spécialiste en menaces chimiques et biologiques. Sa renommée est mondiale et ses mécènes peuvent aussi bien être des universités que des grandes entreprises ou même des gouvernements. Un jour, alors qu'il consultait son courrier électronique sur son méga ordinateur super hi tech, il apprend que son ami et collègue Thomas Bryson, envoyé en mission d'infiltration dans une société françoyse, a donné des nouvelles par la biais du CR-2, un groupe d'élite anti-terroriste couvert par le gouvernement des États Unis. Les informations de Bryson sont très importantes :

La société Volks, dans laquelle il est infiltré, se trouve quelque part dans le Sud de la France et mène d'un côté une activité parfaitement légale en matière d'armement militaire, vendant ses produits au plus offrant. Mais de l'autre côté, dans des laboratoires secrets, ils mènent des expériences biologiques sur un virus nommé Z (Z parce que les virus T, G et X ont déjà été déposés par d'autres compagnies ^^). En qualité d'expert anti menaces virales, Raimi est envoyé avec le commando d'élite pour aller récupérer l'ami Bryson et transporter des preuves concrètes de sa découverte. Malheureusement, alors que la mission touchait à sa fin et que même un monstre assez étrange a été réduit au silence, l'un des membres de l'équipe, terrorisé par les alarmes, les tirs et les interventions des gardes de Volks, change subitement de comportement et tue lâchement ses co-équipiers. Raimi se prend également un coup, mais ne meurt pas.

    Quand il se réveille, il se trouve accroché à une gigantesque structure métallique. Les yeux fixés vers le sol, il voit une ouverture se créer et un rayon éblouissant en sortir. Il se sent très vite mal à l'aise et s'endort une nouvelle fois, son âme séparée de son corps.

Cette fois, son réveil est beaucoup plus original. Il se trouve dans un petit univers tout joli tout beau tout mimi où des petits lapins courent à 0.5 mètres à la minute, où tout semble ralenti, mais où tout semble également irréel. C'est en fait une simulation virtuelle, et une voix lui explique ce qu'il doit faire. Mais avant d'avoir terminé cette sorte d'apprentissage, la vue de Raimi se brouille et il se retrouve emporté dans un monde un peu plus réel, où une petite fille du nom de Cigy lui apprend la triste vérité : il n'est plus qu'un fantôme, sa mémoire a été partiellement effacée et s'il ne veut pas disparaître à jamais, il va devoir posséder les corps d'autres personnes en espérant retrouver le sien un jour pour mettre fin à ses souffrances. Raimi version fantôme apprend alors qu'il peut posséder des objets et même des êtres vivants, à condition de leur faire peur bien entendu.

Avec le soutien de Cigy, il va s'introduire profondément dans les laboratoires de Volks, percer les mystères et les intentions machiavéliques de cette société ainsi que découvrir la triste histoire de la famille qui lui a donné son nom.

L'histoire est donc assez sympathique, voire même assez recherchée. Perso je l'aime beaucoup. Mais j'ai un gros reproche à faire sur le déroulement du scénario : quand on apprend quelque chose, on apprend quasiment tout en même temps. Les mystères ne sont jamais gardés bien longtemps et ce n'est pas au fur et à mesure de nos découvertes qu'on parvient à établir une logique dans tout ce merdier, mais en lisant tout le texte d'une seule et unique cinématique... Ce qui est fortement fâcheux.


Rael sévissait déjà dans les années 20

GRAPHISMES

Les graphismes, que pouvons-nous en dire ? Bah beaucoup de choses et pas que du bon, malheureusement ! Alors commençons sans plus tarder.

La première chose qui cloche, qui fait tache, qu'on pensait avoir éradiqué du monde de l'imagerie 3D depuis l'apparition de la Dreamcast, et qu'on peut admirer dès que la console est sous tension et qu'on revoie une fois la première partie lancée, lors de la scène d'introduction, c'est la modélisation honteuse, brouillon, sommaire et affreuse des personnages. Non seulement ils sont tout carré, tout moche, décorés par des textures pas franchement belles, ils se paient en plus le luxe d'avoir de graves problèmes de collision entre les polygones ! Imaginez, quand vous lancez votre première partie, vous voyez Raimi en train de regarder son ordinateur magique, ses yeux sortant de ses paupières, sa bouche aliasée en manque de vecteurs... franchement, quand à côté de ça on voit des jeux comme Soul Calibur II, ou même Eternal Darkness (qui n'est pourtant pas bien beau) ou encore, soyons fous, Super Mario 64, ça fait un peu pitié ! Et c'est vraiment dès le départ, dès les premières images. Ca laisse sceptique quant à la suite !

    La suite, fort heureusement, est beaucoup moins houleuse. Pour y aller progressivement, je vais poursuivre avec les textures dans les niveaux. Elles donnent une impression de modernisme et de vétusté en même temps. Certains endroits sont complètement différents des autres, c'est d'ailleurs amusant de regarder les différences, car d'un côté on a le super labo vachement Hi tech avec ses textures pixelisées, et de l'autre, la propriété de la famille Volks qui date des années 20 et qui ne se prive pas pour nous le rappeler avec des décors vraiment passés de mode. C'est rigolo. Mais ce qu'il faut retenir de ces textures, c'est qu'elles sont vraiment mal compressées, et c'est quand même dommage quand on sait que le S3TC est l'une des fiertés de la console...

Après, tout ce qui est effets, c'est tout bon ! Les effets de lumière sont généralement bien fichus (même si on peur regretter, niveau ambiance, que les sombres couloirs abandonnés soient aussi clairs alors qu'aucune lampe ne se trouve à proximité...), et les effets de transparence sont vraiment de bonne qualité ! Par contre, y'a un effet qui m'agace, c'est quand on recharge son arme... là... bah on voit plus rien à l'écran. Alors imaginez, vous êtes contre un boss, vous videz votre chargeur, vous pensez donc, en toute intelligence, à le recharger et là, vous voyez deux bras et un fusil qui viennent se mettre devant vos yeux, paf, on voit plus rien, on sait plus où est le boss... Mwaaah ! Énervant, je vous dis !

Et le meilleur pour la fin, l'architecture des niveaux... alors là je dis bravo ! Les niveaux sont vraiment super bien conçus, les machines, les véhicules, les éboulements, les crevasses, et bien sûr les bâtiments... c'est parfois bluffant. En plus, comme le jeu aime assez souvent jouer sur les contrastes, on se retrouve parfois à passer du labo Hi Tech à la vieille cuisine abandonnée infestée de rats et de trouve, avec entre les deux une sorte de hall de réunion en construction à la gloire de Alexander Volks (un sacré nom bien français ça ! ils auraient pu l'appeler Pierre Martin ou Marcel Dupont, mais non...).

Et côté animations, c'est en règle générale très bon, mais malheureusement, on arrive très vite à faire saccader le jeu dès qu'un peu trop de personnages déboulent dans les environs... Le pire, c'est qu'il ne s'agit pas qu'ils soient affichés à l'écran pour faire ralentire le framerate, il suffit jusque qu'ils soient présents dans la pièce...

Bref, côté graphismes, on constate une maîtrise absolument médiocre de la console la plus facile à développer de sa génération, mais beaucoup de goût en matière de textures et de design. Dommage, ça aurait pu être une réussite avec un peu plus de travail.


Quand vous êtes un fantôme, vous voyez tout flou tout bleui comme ça.

MUSIQUES et SONS

Héhéhé, ma partie préférée ^^ Mais pas pour ce jeu, malheureusement...

Bon ici, pas trop d'éloges. Quand on se farcit du Final Fantasy ou du Baten Kaitos à longueur de journée en attendant le prochain Zelda, ça fait un peu mal d'en revenir à des compositions aussi simples. M'enfin l'avantage, c'est qu'elle ne sont pas bourrage de crâne pour autant, et c'est appréciable.

Maintenant, les musiques sont inégales. Autant certaines peuvent être assez jolies (comme celle de l'écran titre que j'aime beaucoup ^^), autant d'autre font mélange pas très subtil de techno musique d'ascenseur années 80 de supermarché... c'est pas génial ! Beaucoup d'inégalités, donc, mais pas au point d'aller brûler des voitures et frapper sur les CRS (oui je crois que je m'embrouille là...)

Les sons, ils sont très bons même s'ils demeurent un peu trop classiques. Mais bon voilà, on fait un univers réaliste, forcément, on fait les sons qui vont avec. Aucune magie, donc. Heureusement qu'ils sont de bonne qualité.

Et les voix, parce qu'il y en a, bah là ça se sépare en deux. D'un côté on a les dialogues lors des cinématiques qui sont vraiment très bien fichus, y'a pas à dire. Et en anglais s'il vous plaît. De l'autre, y'a les voix des personnages lors des phases de jeu... Là c'est moins bon... Ce sont toujours les mêmes cris et les mêmes expressions qui reviennent, c'est quand même un peu trop redondant. On en arrive à en avoir marre d'entendre "sir" quand on parle à quelqu'un...


Contrôler une tourelle de garde... le bonheur !

GAMEPLAY

Après ce noir tableau, venons-en à quelques points beaucoup plus positifs, et heureusement qu'ils sont là puisque ce sont eux qui font l'intérêt du jeu !

Bon, vous l'aurez compris, le but du jeu est plus ou moins de posséder le corps d'autres personnes pour avancer et retrouver votre corps chéri bien à vous. Mais vous pouvez bien sûr posséder le corps d'animaux tels que des chiens, des rats, des chauve-souris et toute la clique. J'aime bien les animaux parce qu'ils ont tous une jouabilité différente, et c'est parfois très intéressant. Dommage qu'il n'y ait pas de moutons, ça aurait été rigolo de faire "bêêêêê" en bougeant le cul pour faire remuer la laine qu'on a sur le dos... Vous pouvez également posséder des objets. Là c'est très varié puisque ça va de la boite de cassoulet à la mitrailleuse automatique en passant par la télé et le four à gaz. La totale, en gros.

Généralement, vous devrez en premier lieu vous incruster dans un objet pour faire peur à un individu. Par exemple, si vous possédez un chariot de ménage comme celui de Counchita, vous pourrez le faire claquer, ce qui risque de faire sursauter le garde qui se trouve à côté. Ensuite, vous devrez, par exemple, faire exploser un pot de peinture ce qui, reconnaissez-le, doit être particulièrement flippant. bref, une fois le personnage suffisamment effrayé, vous pouvez le posséder. Trop bien. Le personnage que vous contrôlez influe sur votre relation avec le monde. Un simple garde n'a pas acès à certaines pièces alors qu'un bon vieux scientifique farfelu pourra aller jusqu'à l'ordinateur qui vous dira tout !

Vous contrôlerez majoritairement des humains, mais les animaux sont indispensables à votre progression, de même que les objets qui servent parfois à déclencher des mécanismes, à amorcer un moteur ou parfois à voir des choses que vous ne verriez pas autrement. Il y en a même qui permettent de tuer tout le monde, huhuhu, c'est génial !

Le problème, concernant cette partie, c'est que le nombre d'objets à posséder est somme toutes assez limité. Imaginez, vous vous trouvez dans une salle, vous voyez un garde à effrayer et ho, seuls trois objets peuvent être possédés (ils sont recouverts d'un faible halo rouge). Et comble de la chance, il faut utiliser ces trois objets pour foutre la trouille de sa vie au garde... Bref, pas de grande liberté. Tel garde s'effraie de telle façon et pas autrement. On appréciera malgré tout l'intelligence de certaines situations qui pourront vous demander un peu de jugeote.


Les lapins voient gris et flou.
y'a pas de raisons que ça soit pas pareil pour vous !

Concernant les contrôles, vous vous déplacez avec le Stick Analogique et regardez avec le Stick C. Ces deux sticks peuvent changer de fonction si vous choisissez telle ou telle configuration de manette. Tout dépend du joueur que vous êtes, certains préféreront straffer avec le gris, d'autres avec le jaune... Ici, cependant, la dissymétrie du pad GameCube pose un grave problème... Puisque vous devez vous servir des deux sticks pour viser correctement, ça n'est pas très naturel de le faire avec un pouce orienté vers le haut et l'autre vers le bas... Mais bon, la manette n'est pas bien adaptée aux FPS comme ça. Un lock automatique (plus ou moins précis) aurait peut-être été le bienvenu...

Pour le reste, c'est surtout le bouton A qui va vous servir, puisque c'est en quelques sortes le bouton d'action. Une icône apparaît à l'écran disant si vous pouvez regarder, parler, prendre, appuyer, ouvrir etc... Là encore un petit problème, il faut se trouver à bonne distance de l'objet sans quoi l'icône disparaît... on s'y fait, mais ça fait encore un problème de plus dans ce jeu de malheur, scrogneugneu ! Les autres boutons servent à recharger votre arme, à tirer, à sortir de votre hôte... mais bon, ça sert à rien que je détaille tout ici ^^

Sinon, le gros des combats se résume à tirer sans réfléchir. Vous n'avez pas de limite de munition (y'a juste à recharger votre arme de temps en temps), donc quand vous êtes devant un boss avec un fusil mitrailleur, mettez un scotch sur votre gâchette et roulez jeunesse. Et c'est sans compter que l'intelligence artificielle (intelligence superficielle ?) vraiment très basse du jeu. Imaginez, vous possédez une hôte et vous infiltrez mine de rien dans un endroit. Personne ne vous remarque jusqu'au moment où vous sortez votre tromblon et canardez la secrétaire. Là, vous fuyez comme un lâche et abandonnez votre hôte pour en prendre un autre. Bah même en ayant changé d'hôte, les gardes continuent à vous tirer dessus, comme s'ils parvenaient à voir votre fantôme se déplacer à travers les murs de 3 mètres d'épaisseur... pas bien foutu, ça ! Et y'a des personnages qui sont franchement pas fut-fut, hein ! Encore celui qui fonce sur votre mine et l'autre qui laisse traîner ses grenades... tss tssssss.

Le déroulement du jeu, maintenant. Il se déroule en missions. Vous pouvez consulter vos missions depuis votre menu (et j'ai pas envie de vous expliquer comment on s'en sert). Vous avez une mission principale, des missions intermédiaires et des objectifs à accomplir. C'est le schéma type. Les objectifs apparaissent au fur et à mesure. Soit vous les devinez seuls (ce qui arrive la plupart du temps) soit vous les consultez de temps à autres. Mais de toutes façons, le jeu est tellement linéaire que vous n'en aurez franchement pas besoin :-) Bon, j'exagère un peu, il est pas si linéaire que ça, mais on a déjà vu mieux niveau complexité des parcours. Et comme ça fait encore un défaut de plus, bah j'avais envie de le dire ^^


Elle est entourée d'un léger halo bleu, vous voyez ?
Elle n'a pas encore assez peur pour être possédée.

DURÉE de VIE

Comme je viens de vous le dire (à croire que vous n'écoutez rien), le jeu est assez linéaire. Quand on quitte une zone, on peut rarement y retourner ensuite. Donc on avance, on avance, et on avance toujours. D'ailleurs j'en profite pour râler sur un truc qui me tient à cœur, c'est le fait de ne pas pouvoir refaire les missions qu'on aime :'-( Moi j'aime bien quand on va dans le menu et qu'on se dit "tiens je vais refaire le 3ième niveau parce que je l'aime bien". Là non, si vous voulez refaire une mission, faut recommencer tout le jeu, hin hin hin, bien fait pour vous, sacripants !

Concernant le temps que vous mettrez, ça peut dépendre. D'un côté, il y a ceux qui aiment traînasser un petit peu et regarder s'il n'y a pas des trucs cachés (et ho, il y en a justement ^^), au centre il y a ceux comme moi qui sont tellement tête en l'air qu'ils ne parviennent pas à repérer les bonnes choses au bon moment (oui je suis nunuche et je l'admets :p) et de l'autre, ceux qui vont toujours droit au but. Dans ce cas là, imaginez une durée de vie allant de 20 heures pour la première catégorie à 10 heures pour la dernière en passant par 15 pour celle du milieu. 15 heures ne moyenne, c'est la durée de vie normale d'un jeu, de nos jours, aussi triste que cela puisse vous sembler.

Heureusement, pour combler tout ça, il y a un mode multijoueur et là, je dois le dire, c'est la seule bonne surprise du jeu ! Certes, il n'est pas parfait, mais il est quand même bien sympathique et pourrait même avoir l'air d'un chef d'œuvre à côté de la daube qu'ils ont osé nous intégrer dans Metroid Prime 2 Echoes. Grosso modo, vous commencez en fantôme et vous devez contrôler des hôtes qui se trouvent un peu partout sur le terrain. chaque hôte possède sa propre arme, alors attention à bien choisir entre le fusil mitrailleur et le poseur de mines. Avec un peu de maîtrise, vous pourrez vagabonder entre les hôtes, mais attention car votre hôte est vulnérable pendant quelques secondes après votre départ et si elle se fait tuer, vous perdez un point (hé ouais). Donc un jeu multi bien sympathique que je vous recommande fortement. Son seul défaut : il n'y a pas de bots... M'enfin si c'est pour faire ramer le jeu dès qu'il sort son arme, autant s'en passer, ouais...


Le mec pas paniqué qui tient son Beretta à deux mains ^^

EN BREF...

Avec un test comme ça, vous devez vous dire "ouais, bah nan, tu vois, c'est bon, Geist c'est de la merde, très peu pour moi - en plus il est interdit aux moins de 18 alors ma maman elle voudra jamais". Mais pourtant non ! Moi j'irais même jusqu'à recommander Geist, car une fois qu'on a fait le tour des défauts et qu'on les a accepté, on découvre un jeu vraiment plaisant ! Alors notons et concluons avant de faire la fête !

HISTOIRE : 17/20
L'histoire est géniale, mais elle est super mal menée. Les mystères ne tiennent pas longtemps et les révélations sont trop hâtives. Dommage !

GRAPHISMES : 12/20
Les personnages sont moches, les textures mal compressées, l'animation faillible... y'a que le design des niveaux et des monstres qui fait remonter la note. Franchement, aucune maîtrise de la GameCube, c'est déplorable en cet an de grâce 2005 !

MUSIQUES et SONS : 16/20
Les musiques sont inégales. Certaines se laissent écouter et d'autres... on aurait pu s'en passer. Les bruitages sont réalistes (no comment) et les voix très bonnes.

GAMEPLAY : 17/20
L'idée de base du jeu est excellente, mais malheureusement mal exploitée. La jouabilité souffre de la dissymétrie du pad et la linéarité du jeu ne joue malheureusement pas en sa faveur... Mais bon c'est sympa à jouer quand même !

DURÉE de VIE : 16/20
15 heures de jeu dans une aventure palpitante (j'en palpite encore) en solo et un mode multijoueur qui s'avère être la bonne surprise de la semaine. A savoir, à moins de ne pas accrocher au genre, vous ne lâcherez pas Geist avant de l'avoir fini !

NOTE FINALE : 16/20
Voilà, moi je pense qu'il mérite cette note et non pas juste la moyenne en s'appuyant sur des arguments irréfutables comme "c'est moche". Nan ! Geist n'est certes pas en mesure de rivaliser avec Halo ou même de faire oublier l'inoubliable Metroid Prime, il mérite quand même de trôner fièrement sur notre GameCube, déjà parce que c'est un FPS et qu'il n'y en a pas beaucoup, mais aussi parce qu'il est quelque peu original, avec son système de possessions. Malheureusement, de gros problèmes de réalisation viennent souiller ce bô tableau, et ça aurait franchement pu être évité ! Je sais pas, moi ! Avec Metroid Prime, on a carrément EAD et Intelligent Systems qui se sont liés à la fête pour offrir l'un des plus beaux chef d'œuvre de cette génération, alors pourquoi Nintendo n'a-t-il pas poussé un peu N-Space au cul ? Ca en aurait vraiment valu le coup en tout cas !
Bref, Geist n'est pas un jeu qui peut convenir à tout le monde ! Déjà il est classé 18+ et en plus il est moche. C'est clair qu'une bonne parti du public qu'il vise sera refoulé par ce deuxième argument inébranlable. Mais passé ces détails, on entre dans une aventure comme on en vit rarement. Posséder le corps d'autres personnes, c'est un peu un fantasme qui sommeille en chacun de nous (n'avez-vous jamais rêvé de prendre le contrôle de votre vile prof de français pour qu'elle vous mette un 20/20 en dictée ? n'avez-vous jamais rêvé de prendre le contrôle de votre pire ennemi pour qu'il se tape la honte devant tous les enfants de la maternelle ?), voici une concrétisation ma foi fort sympathique, défoulante et parfois troublante (j'adore le scénar moi ^^).

Akin


Test Yoshi’s New Island sur Nintendo 3DS
Test Donkey Kong Country Tropical Freeze sur Wii U
Test Nes Remis sur eShop Wii U
Test Assassin’s Creed IV Black Flag sur Wii U
Partenaires :
- Advance Wars Experience - All Soluces - All-Nintendo - GamerObs - Next Nintendo - Nintendo Wii - Wiiz - WireJess -