NintenDomaine à la pointe de la technologie:



Je vous l'avais dit que je ressemblais pas à mon Mii
Thomas/Yoshi, qui affirme sa personnalité



Jump Ultimate Stars

Jump, quel nom idiot pour un magazine… Bon vous m’direz, nous avons bien un magazine du nom de « Elle » mais c’est justifié vu que ce mensuel est un truc de gonzesses.
Mais Jump… Saute, ça parlerait de cul, je comprendrais mais là c’est LE mag’ japonais des licences Manga !
Bref ! Les héros de Jump ne se limitent pas au super, ils veulent être les Stars ultimes, le méritent-ils ? Réponse dans le pavé d’en dessous.

Rédigé par Fire Rafou
27/12/2006

PRÉSENTATION

Jump est un magazine japonais hebdomadaire lancé en 1968, une véritable mine d’or pour les Geeks Otakus, c’est dans ce bouquin vendu en librairie que paraissent chaque semaine les derniers chapitres de séries à grand succès comme One Piece, Naruto, Bleach, Kenshin…etc
Quand dans les préfaces de manga les auteurs vous parlent d’un travail monstrueux, c’est parce qu’ils doivent pondre un chapitre par semaine pour Jump.

Jump fait donc l’objet d’un jeu vidéo développé par Nintendo et Ganbarion où, suivant le principe de Super Smash Bros., leurs licences s’affrontent dans des arènes jusqu'à quatre. Bien sûr, même des séries arrêtées comme Busô Renkin ou Black Cat sont de la partie.

Parlons de l’histoire du jeu… ^^
Euh… mes connaissances en japonais étant très limitées, je dirais même inexistantes, on voit qu’un truc a détruit le Jump World du premier volet, pour en faire balader les morceaux (bien évidemment répartis par série, c’est logique…) dans ce qui va s’appeler la J-Galaxy.

Comment ?
Oui, c’est ballot en effet !

Mwalà ^^ En gros vous devez vous balader dans la galaxie pour accomplir les missions et tout et tout. 

Les Licences

Pas moins de quarante licences, c’est dire si y a le choix !

LES MENUS

Huit menus, dont un caché déblocable une fois le mode Aventure fini. Le jeu comportant quelques mots d’anglais, on arrive à se démerder ^^

Voici ces menus, dans l’ordre de lecture occidental (de gauche à droite et on revient à la ligne) :

Mode Aventure

C’est là que vous débloquez au fil des missions les personnages sous leurs formes primaires ainsi que des carrés de couleur qui vous permettront d’acheter les évolutions des personnages.
Vous vous baladez donc à travers la J-Galaxy, où chaque série est regroupée en monde comportant des missions avec plusieurs objectifs (tels que « butez les tous », « ne perdez pas de vie », « finir l’objectif en moins de 40 secondes »…etc)
Certains vous proposent des challenges autres que la baston pure et dure comme « péter tout les murs » ou « collecter toutes les étoiles » (ce dernier demande quand même de buter les autres pour les avoir :p).
Enfin, certaines missions vous imposeront un deck.

Versus

Le mode baston. En entrant dans ce menu vous pourrez y faire des tournois contre la machine, divers missions du mode Aventure, de l’entraînement (à la manière de SSBM) et une bataille classique avec choix de prendre ou non des objectifs comme ceux des étoiles.
Vous affronterez des decks créés par la machine mais aussi des decks déjà rencontrés en Wi-Fi ou en LAN.

Wi-Fi

Je fais court, vu que tout sera expliqué en détail sur NintenDomaine Wi-Fi Compétition ^^
Ici vous pouvez affronter des adversaires en LAN (4 joueurs en multi et une cartouche) et botter des Jap’ en Wi-Fi sur le net !

Quizz

Uniquement pour les connaisseurs de la langue malheureusement, des quizz basés sur les séries du jeu, déblocables de la même manière que les évolutions des personnages. Entièrement en japonais, dommage, j’aurais aimé voir mon niveau de connaissance dans mes séries…

Deck Maker

C’est ici que vous créez vos deck avec tous les persos que vous avez débloqués, votre deck devra comporter au moins un perso jouable, un koma et un koma d’aide (ceux d’une case), vous devez choisir aussi un Leader (celui qui apparaîtra au début des matchs) pour ce faire : X, R, on prend l’icône « Leader » et on la place sur un perso jouable (l’icône « Leader » est obligatoire).

Shop

C’est là que vous dépensez vos carrés de couleur pour obtenir les évolutions de vos personnages. Chaque petite tête se divise en plusieurs branches, celle du milieu, c’est le jouable, en haut, le koma d’invocation et en bas d’autres trucs, comme sa compatibilité avec tel ou tel personnage ou l’évolution qu’il peut lui apporter (Zengetsu à Ichigo par exemple), ou diverses autres choses.

Fiche Jump

Ta fiche perso, avec pseudo, heures de jeu et d’autres trucs très geek mais malheureusement en japonais. Mais ce n’est pas tout, vous pouvez voir ici les vidéos d’intro de chaque série, une description des mangas (en japonais), les musiques du jeu…etc
Tout est bien sûr déblocable avec les évolutions des personnages !

Options

Normal : niveau du son, bruitages…etc.


Un beau bordel à la JUS !

GAMEPLAY

Jump Ultimate Stars, de par sa ressemblance avec Smash Bros., offre un gameplay à peu près identique.

Tout d’abord les contrôles primaires, vous vous déplacez avec les flèches, A pour sauter (appuyez deux fois pour un double saut), B pour les coups normaux du style coup de poing/pied, Y pour les coups puissants du style combo ou coup propre au personnage (Chewing Rafale de Luffy par exemple) et X pour les coups spéciaux puissants des personnages (Naruto Rendan par exemple).

Ces derniers coups sont limités par une jauge bleue en dessous de la vie du personnage, vous partez avec, par exemple, 5 jauges et vous en perdez une à chaque utilisation du bouton X. Bien sûr vous pouvez regagner de la jauge en tapant les adversaire ou en chopant le masque du pirate (logo de Jump).

Le Gameplay, bien qu’identique pour tous, diffère en fonction du personnage.

Bien que la plupart gardent dans leurs évolutions des coups B et Y identiques, les coups X changent selon la puissance de la case, inutile de dire que le Getsuga Tenshou d’Ichigo est plus puissant quand il est en forme Bankai qu’en forme Shinigami tout simple.

Tout comme dans Super Smash Bros., les coups ne se limitent pas à une simple pression de bouton, chaque touche possède 3 coups différents que vous déterminez avec la croix directionnelle. Par exemple, avec Luffy (One Piece) lorsque vous appuyez sur Y il vous fait une Chewing Rafale, avec Y + une pression sur haut il fait un Chewing Punch en diagonale (un coup assez sympa ^^) puis, avec un Y + gauche/droite il vous fait un Chewing Bazooka.

Cela marche aussi pour les coups B et les coups X (bien qu’il n’y ait pas de coups gauche/droite pour ce dernier).

Grande nouveauté par rapport au précédent épisode, vous pouvez désormais vous accrocher aux rebords (comme dans SSBM) et certains persos (comme Naruto) rebondissent contre les murs !

Maintenant, concernant le deck.

Un deck doit comporter trois types de case :

A vous ensuite de faire vos deck en fonctions de vos goûts, personnellement dans une de mes teams portants le nom de « Laklass Team », Train est là pour le combat à distance et Sandy (One Piece) quand il faut foncer dans l’tas. Ensuite, durant la baston, vous pouvez à tout moment choisir de changer de personnage ou de faire appel à un koma d’invocation, soit en cliquant sur sa case, soit lui assignant un des boutons R ou L.

Pour acheter des évolutions, c’est beaucoup plus simple que dans Jump Super Star, vu qu’il y a carrément un menu fait pour. En récoltant des carrés de couleurs pendant les bastons, vous pouvez ensuite les dépenser pour vos personnages. Ensuite dans le menu Shop, vous cliquez sur un personnage et vous achetez ses évolutions ! Si sur la case c’est écrit « OK » vous pouvez, si vous voyez une croix rouge, c’est que nan.

Durant les bastons, vous trouverez beaucoup de bonus :


Avouez que vous aimeriez qu’on vous colle une étiquette leader hein ? ^^

GRAPHISMES

Là où les dèvs’ se sont pas foulés, ce sont les mêmes que dans le précédent opus qui était déjà du niveau Game Boy Advance.

Des graphs en 2D et des persos très bien foutus, bref c’est pas de la merde 3Disé. Vous reconnaîtrez au premier coup d’œil tous vos personnages et même ceux que vous avez vaguement aperçus un d’ces quatre.

Les décors sont pareils, en 2D, le personnage se bat sur des plates-formes avec un fond assez modeste. Dans certains terrains, le décor peut vous jouer des tours, comme le canon dans le niveau One Piece, les balles chez EyeShield 21, les plates-formes qui se cassent et j’en passe.

Un petit détail sympa et assez racoleur, c’est la couleur de l’ennemi qui vire au noir et blanc lorsqu’il n’a presque plus de vie. Je dit racoleur car ça nous incite bien sur à lui donner le coup de grâce et récupérer le point ^^

Ils y a deux sortent d’arènes :

J’ai parlé de vidéos tout à l’heure. Ces vidéos sont en fait des cases des moments forts du manga, en noir et blanc sans aucune 3D. Faites attention, en regardant la vidéo de Busô Renkin j’ai eu un putain de spoil -_-

Le seul point noir du jeu c’est que des fois ça rame énormément (surtout quand ça pète de partout) et ce problème était absent dans Super Star…


Tiens, j’ai du feu pour ta clope.

MUSIQUES et SONS

Pouah ! Encore pire que dans Super Star.

Le ton est donné dès la vidéo d’intro du jeu, avant la musique était bien entraînante et restait dans ma tête, là nan, au début on croit que ça part bien mais nan ^^ Pareil pour les thèmes des arènes, déjà que ceux du premier étaient nazes là on en vient même à les regretter, bon y en a quand même un que j’aime bien, c’est le thème d’Ichigo 100%.

La musique de la J-Galaxy est passable ; par contre celles des menus Shop et Deck maker sont très soûlantes au bout d’un moment, donc ne tardez pas à faire votre deck. Seule la musique de l’écran des menus donne de l’ambiance.

Pour les sons c’est un peu l’vide. Il n’y a pas de voix, en même temps c’est mieux, sinon v’là l’espace pris pour mettre des pôv’ voix digitalisées qui auraient donné un bordel sans nom pendant les bastons. En fait quand le perso fait une grosse attaque, il gueule l’attaque dans une bulle à côté (en japonais évidemment…) donc y a pas besoin de voix ^^
Les seuls sons qu’il y a ce sont les coups, allant du tir à l’onde de choc en passant par le kunaï et le coup d’épée, bref du varié à l’image des séries.

Une partie un peu courte… m’enfin j’vais pas m’étendre là-dessus, le jeu ne m’a pas à un moment forcé à enlever le son (je déteste jouer sans son, ça enlève toute l’ambiance) comme un certain Mario Kart DS.

DURÉE de VIE

J’ai le jeu depuis un peu plus de deux semaines et j’en suis à 15 heures de jeu.

La J-Galaxy ne vous tiendra pas très longtemps si vous n’êtes pas un joueur 100%, comportant seulement 5 mondes (dont un de « How to play ») avec un nombre de niveaux pouvant varier de 4 à 9 qui incluent environ 3-4 missions (les missions comportent toutes 5 objectifs plus un spécial caché).

La non maîtrise du japonais est bien sûr un énorme frein, mais il y a évidemment des solutions :

  1. Assurez-vous d’avoir Internet… MOUAH !
  2. Allez sur www.gamefaqs.com
  3. Tapez « Jump Ultimate Stars », puis sur « FAQ » pour tomber sur une énorme page avec les objectifs et divers trucs traduits en Anglais, ce qui est quand même plus facile à comprendre que le japonais ^^

Comme je le disais, la J-Galaxy vous prendra assez de temps si vous voulez débloquer tous les personnages du jeu !

Le second mode (Versus) peut aussi vous occuper une fois que vous en aurez marre de la J-Galaxy, il propose d’ailleurs assez de modes pour passer l’temps, comme le mode tournoi par exemple.

Par contre pour trouver des adversaires avec qui jouer en LAN ça va être dur sachant que le jeu ne sortira jamais en France. Il y a aussi la possibilité du Wi-Fi mais comme vous vous en doutez, les serveurs du jeu sont japonais et ça RAME ! Comme avec tous les jeux import pas sortis en France, pas moyen de faire du pulsage de Japonais.

Ensuite, c’est un jeu de baston, donc on y revient ou pas. Celui-ci étant avec des persos de manga, il suffit d’un retour d’une période otaku pour s’y remettre ^^

EN BREF...

HISTOIRE et LICENCES : 12/20
De nombreuses licences disponibles et quelques unes rajoutées par rapport à SuperStar, bref y en a pour tous les goûts. L'histoire, par contre... ça doit être intéressant ^^

GAMEPLAY : 18/20
Rien à déplorer, tout est très simple à comprendre et vous deviendrez bon très vite. Le japonais ne bloque en aucun cas la maîtrise du gameplay.

GRAPHISMES : 14/20
Le gros point noir du jeu c’est les ralentissements durant les parties, sinon tout est bon une belle 2D non pixélisée, c’goody better !

MUSIQUES et SONS : 9/20
La plupart des ziks d’arènes sont affreuses et je ne parle même pas du thème du menu Shop… Seuls les bruitages des armes sont retenus dans le jeu et c’est mieux comme ça.

DURÉE de VIE : 17/20
Comme tous les jeux de ce style, vous y reviendrez si l’cœur vous en dit.

NOTE FINALE : 18/20
N’allez pas croire qu’il est moins bon que Super Star (voir le test de Frostis), c’est juste mon point de vue ^^
Un jeu à ne louper sous aucun prétexte si vous êtes fan de manga, comme la plupart des jeux à licences japonaises, c’est le même que le précèdent mais en more better : plus d’arènes, plus de persos, plus de modes…etc Laklass en gros ! 
A ceux qui seraient réticents parce que c’est en japonais je répondrai que si moi j’ai compris, c’est que c’est à la portée de tout le monde, sauf si vous vous appelez Schlaq ^^
Bon allez, moi j’y retourne…

« J’VAIS FAIRE L’MENAGE BORDEL !! CHEWING FESTIVAL ! PIVOINE DOREE !! »


Test Yoshi’s New Island sur Nintendo 3DS
Test Donkey Kong Country Tropical Freeze sur Wii U
Test Nes Remis sur eShop Wii U
Test Assassin’s Creed IV Black Flag sur Wii U
Partenaires :
- Advance Wars Experience - All Soluces - All-Nintendo - GamerObs - Next Nintendo - Nintendo Wii - Wiiz - WireJess -