NintenDomaine à la pointe de la technologie:



J'ai pris La Nouvelle Maison du Style vu que j'ai déjà Mario et Layton :D
(Nens, qui va à nouveau disparaître du forum pendant un an)



Meteos

Après avoir quitté HAL Laboratory, Masahiro Sakurai, le papa de Kirby et de Super Smash Brothers, revient vers nous à bord de Q Entertrainment et nous propose un jeu de réflexion d'un nouveau genre : Meteos. A côté d'un Zoo Keeper devenu hyper boosté à l'aide du stylet et d'un Polarium aussi original que Tetris en son temps, Meteos a fort à faire pour se faire remarquer : nouvelle licence, nouveau développeur... Encore fallait-il que Bandai accepte d'éditer le jeu pour le compte de Nintendo. Maintenant, voyons ce que ça donne.

Rédigé par Akin
24/09/2005


Ca pète à moitié, non ?

HISTOIRE

Hé oui, c'est pas très courant, mais il y a une histoire dans ce jeu de réflexion. Si dans des jeux comme Tetris ou Columns on se contentait d'un petit décors qui replaçait le jeu dans un univers (la russie et la Grèce antique), ici, on a non seulement droit à une histoire pas banale mais également à un univers riche et intéressant. Voyons voir ce qui se passe par delà les étoiles.

Aux confins de la galaxie, il existe une planète nommée Meteo. C'est de là que vient Patrice Drevet, donc vous imaginez la gueule des habitants... C'est une planète affreusement méchante puisqu'elle a décidé de semer la mort partout autour d'elle. Comment ? Bah non, ce n'est pas à coups de bombes atomiques ou autres attaques nucléaires, mais à coups de petits cubes nommés meteos. Le principe de l'attaque : Meteo envoie des milliers de petits cubes qui s'empilent jusqu'à encombrer tout l'atmosphère et détruire la planète. Simple non ? Mais bigrement efficace puisque de nombreuses planètes ont déjà été annihilées (dans le jargon, on dit qu'elles sont subi la Nova Planète).

Mais un beau jour, alors que les meteos s'apprêtaient à envahir et détruire la planète Geolitia, trois meteos de même couleur se retrouvèrent accidentellement les uns à côté des autres... et sous les yeux ébahis de la population en crise d'apocalypse, ces trois meteos repartirent vers les cieux en emportant avec eux tous les autres qui suivaient... La solution était là : il fallait assembler trois meteos ensemble pour les faire repartir dans l'espace.

La nouvelle se répandit très rapidement et chaque population trouva un moyen de contrer l'attaque en fonction de ses moyens. Pour certains, c'est à grands coups de cordes et de ficèles qu'il fallait assembler les meteos, pour d'autres, c'était à coups de rayons télékinésiques (ouaaah !) que ça marchait. Un groupe parvint même à se créer un petit vaisseau du nom de Metamo Ark, construit à partir de meteos. Le but de l'opération : créer quelque chose qui soit aussi puissant que la planète Meteo afin d'aller la combattre.

Vous embarquez alors dans ce magnifique engin et partez sauver les planètes de l'entourage à coups de stylet et espérez un jour parvenir jusqu'à Meteo, où vous pourrez peut-être mettre fin à cette menace.


Voici vos écrans de jeu.

GAMEPLAY

Comme dans tout jeu de réflexion qui se respecte, le principe du jeu est archi simpliste à assimiler. Le plus difficile est de le maîtriser pour pulvériser vos scores. Et comme tout bon jeu de réflexion Nintendo DS, ce même principe est archi compliqué à expliquer. Voici donc grossièrement ce que ça donne.

L'action se déroule sur l'écran tactile. Les meteos tombent du haut de l'écran plus ou moins rapidement (leur vitesse dépend du mode de difficulté et de votre avancée dans le jeu - plus votre partie dure, plus la vitesse augmente). Avec le stylet, vous devez les faire glisser verticalement dans le but de les assembler trois par trois (vous pouvez également les aligner quatre par quatre ou cinq par cinq si vous en avez l'occasion). Lorsqu'ils sont alignés verticalement (donc seulement 3), la colonne fonce vers le ciel et disparaît presque à coups sûr. S'ils sont alignés horizontalement (donc par 3, 4 ou 5), vous ce qui se trouve au dessus de votre alignement s'envole.

Ca, c'est vraiment la base, parce que après, d'autres facteurs peuvent venir vous embêter. Des objets tombent parfois du ciel en même temps que les meteos. Certains n'influeront en rien votre montée, mais d'autres pourront alourdir le chargement, ce qui fait que l'ensemble des meteos ne pourra pas remonter jusqu'à l'espace. Et comme seuls ceux qui sortent de l'écran sont détruits, ceux qui restent retomberont doucement sur l'écran. A vous de trouver le compromis idéal, soit en alignant 3 nouveaux meteos, ce qui fera redécoller votre chargement, soit en faisant en sorte qu'il tombe à côté d'un nouvel alignement, ce qui le fera décoller de nouveau.

Si une colonne parvient jusqu'en haut de l'écran, un signal sonore retentira et la colonne se mettre à clignoter. Vous ne disposerez plus que de quelques petites secondes pour tenter de la faire disparaître sans quoi, vous subirez le terrible châtiment de l'annihilation ! vous perdrez ainsi la partie et n'aurez plus qu'à recommencer, hin hin hin, bien fait :-p

Notez que vous pouvez également jouer avec la croix et les boutons à la place du stylet, mais personnellement, je vous le déconseille fortement, le jeu est beaucoup moins plaisant ainsi.

Ca, c'est le gameplay vraiment archi basique du jeu, celui que vous utiliserez pour vous entraîner dans certains modes. Parce que les choses peuvent allègrement se compliquer si vous prenez un autre mode. Alors voyons voir tout ça !


Faites-en décoller un maximum !!

MODES de JEUX

L'une des principales qualités de Meteos, c'est sa diversité. Même si le concept reste le même quelque soit votre mode de jeu, des éléments varient et viennent vous perturber pour rendre la partie plus difficile. Voici ce à quoi vous aurez droit.

Le mode Normal

C'est de loin le plus intéressant, et certainement celui sur lequel vous passerez le plus de temps, ne serait-ce que pour vous entraîner ou même si vous n'avez que 5 ou 10 minutes pour vous faire une petite partie.

Ici, tout est paramétrable. Vous pouvez vous assigner de 1 à 99 vies ou bien choisir un temps de jeu (entre 1 et 99 minutes) et régler la difficulté. Vous pouvez également régler le niveau de l'ordinateur et créer des équipes si jamais vous choisissez de mettre des joueurs IA, ce qui n'est pas obligatoire (ca vous pouvez également jouer seul et absolument seul).

Le jeu se déroule donc très simplement comme je vous l'ai expliqué plus haut. La principale nouveauté se trouve si vous choisissez de mettre des joueurs ordinateur. Là, vous prendrez toutes les caractéristiques du versus, ce qui englobe plusieurs choses : Quand vous envoyez un certain nombre de Meteos dans l'espace, l'un de vos adversaires les recevra sur son écran. Bien évidemment, vous aussi pourrez vous en prendre. Pour les envoyer, il faut sélectionner l'adversaire sur le côté gauche de l'écran et appuyer sur votre réserve de Meteos à droite (si vous avez réglé votre jeu en mode gaucher, ça sera l'inverse ^^).

Le mode Hyper Espace

S'il n'est pas celui qui vous tiendra le plus longtemps en haleine, il est celui qui répond le plus à l'histoire du jeu. Au départ, vous choisissez votre planète d'origine et vous embarquez dans le Metamo Ark. Vous partirez alors sauver les planètes de la galaxie jusqu'à atteindre Meteo, votre destination finale de la mort qui tue.

Après avoir réglé la difficulté, trois modes de jeu s'offriront à vous : la ligne droite, l'arborescence et la multi. La ligne droite est bien sûr la plus simple : vous foncez sans vous soucier de votre prochaine destination qui vous sera directement assignée par l'ordinateur. Arrivé au bout de votre 6 missions, la planète Meteo vous accueillera les bras ouverts et vous fera plein de mamours, comme vous vous en doutez.

L'arborescence est de difficulté moyenne ou modulable. 6 planètes à sauver avant d'atteindre Meteo, mais cette fois, c'est à vous de choisir lesquelles. Enfin presque. Quand vous terminez une mission, on vous en propose deux autres. Vous choisissez et ainsi de suite jusqu'à Meteo. La difficulté varie en fonction de votre parcours. Les planètes du haut sont plus faciles que celles du bas, alors à vous de trouver le compromis qui correspond à vos quanlités de joueur dont je ne doute guère.

Et enfin, le multi est le plus difficile des trois. Vous voguez dans l'espace mais cette fois, non seulement vous devez sauver la planète, mais en plus, Meteo n'est pas votre seule ennemie : d'autres planètes vous envoient des meteos, et vu qu'elles sont un peu méchantes sur les bords, elles sont toutes liées contre vous (quelles saletés !). De plus, sur chaque planète, il faudra accomplir une petite mission pour débloquer une deuxième voie qui vous permettrait de choisir plus ou moins votre parcours. A la fin, c'est encore Meteo qui terminera votre périple.

A savoir, il y a plusieurs fins à découvrir, en fonction de votre mode et de votre parcours.


Nan mais voilà à quoi ressemble le menu !

Le Défi Chrono

Comme son nom l'indique, il s'agit plus ou moins d'un contre la montre... Mais le plus con dans l'histoire c'est que ce nom a été super mal choisi :-p

Vous avez quatre options de jeu : le défi 2 minutes, donc comme vous vous en doutez, vous devez tenir 2 minutes sans perdre ; le défi 5 minutes, pareil (et c'est déjà dur !), puis le défi 100 Meteos dans lequel vous devez éjecter 100 meteos dans l'espace, et enfin le défi 1000 Meteos dans lequel... je ne vous ferai pas l'affront de vous expliquer.

Dans les deux défis contre la montre, le but est d'obtenir le plus de points en éjectant un maximum de Meteos sans perdre une seule vie ; dans les deux Défis Meteos, le but est de réussir la mission le plus rapidement possible. Ensuite, ça sera à vous d'attaquer vos propres scores ou non.

A savoir, votre console porte votre nom ou votre pseudonyme (moi elle s'appelle Akin - la saleté, elle m'a piqué mon pseudo copyrighté !!!), donc tous vos résultats sont notés à votre nom. Si vous prêtez le jeu à un pote, ses résultats porteront le nom de sa console. C'est simple, mais si on prête la console à un pote on fait comment ? Faut changer le nom de la console ? Trop dur pour moi !

Le mode Déluge

Tout simplement : vous disposez d'une vie, à vous de tenir le plus longtemps possible.

Le mode Multijoueur

Ici, quelque chose de vraiment excitant. De 2 à 4 Nintendo DS avec 1 ou 4 cartes de jeu, à vous de choisir la combinaison gagnante. Le principe sera alors le même que dans le mode normal avec IA : vous éjectez ces saloperies de meteos et vous les balancez à la figure de vos adversaires, sauf que cette fois les adversaires sont des humains.

A savoir, si vous jouez en multi-carte, vous obtiendrez une sauvegarde de vos meteos, qui vous serviront dans les menus à débloquer des planètes, des musiques et des objets. En revanche, si vous jouez en mono-carte, rien ne sera sauvegardé. Ca aurait été trop beau X-(


Les blocs gris sont cramés,
on ne peut pas les utiliser pendant un petit moment.

GRAPHISMES

On n'est pas dans la prouesse technique et on se limite à de la 2D. Mais c'est quand même très joli.

Déjà, c'est très coloré, hein ! Étant donné que les couleurs jouent un rôle fondamental dans le jeu, il fallait qu'elles soient bien distinctes les unes des autres, qu'on n'aille pas confondre le orange et le bleu par exemple (en même temps ça doit être dur, mais sait-on jamais ,avec un coup dans le nez...). Après, il y a l'arrière plan, très joli. chaque planète propose son propre arrière plan, histoire de donner un peu de variété dans ce monde de brutes. Généralement, ces arrière plans sont très jolis.

Sinon, il n'y a pas spécialement d'effets de lumière à déplorer, ça reste assez simple de ce côté là.

En revanche, quelque chose qui vous fera parfois enrager jusqu'à ce que vous connaissiez le jeu dans les moindres recoins : si chaque planète propose un décors différent de sa voisine, la forme des meteos y est également différente. Ainsi, sur une certaine planète, ce seront des cubes ; sur une autre, ce seront des formes... L'important est de se concentrer sur la couleur.

On peut également placer ici la présence de cette jolie petite cinématique en images de synthèse qui ouvre le jeu au démarrage de la console, vraiment très bien réalisée, elle place bien le contexte du jeu, en plus. Ca fait plaisir, huhuhu ! Le plus difficile étant bien sûr de suivre l'image sur l'écran inférieur et le texte sur le supérieur... vous aurez besoin de la voir deux ou trois fois avant d'être sûr de n'avoir loupé aucun passage :-)

En revanche, on peut déplorer quelques malheureux ralentissements en cours de jeu... Quand l'écran commence à être trop chargé et que de trop nombreux effets s'enchaînent, on ressent parfois de la saccade, ce qui est plutôt gênant pour un jeu de précision comme celui là. Fort heureusement, ça n'arrive pas souvent.


Effet de lumière bluffant de réalisme !!
On rigole, mais en attendant ça bouche la vue !

MUSIQUES et SONS

Là c'est plutôt inattendu ! Généralement, dans les Puzzle Games, on a une petite musique d'ascenseur toute jolie (ou toute moche dans le cas de Polarium) et des bruitages rigolos... Ici, on passe carrément à la vitesse supérieure avec des musiques entraînantes façon StarWars dans la cinématique d'intro de dans les menus et des musiques bizarroïdes couplées avec les sons dans les tableaux. Je m'explique.

Pour la musique qui sert un peu de thème et qu'on retrouve dans le menu et la cinématique d'intro, le mot stéréotype me vient à l'esprit. Le genre de musique Space Opéra rythmée tirant sur le classique qui vous rappellera aussi bien la Guerre des Étoiles que StarFox ou même le multijoueur de Wario Ware Mega Party Game$ sur GameCube... Franchement, c'est à croire que le compositeur a d'abord voulu se foutre de la gueule de ces classiques là. C'est rigolo, en gros.

Dans les tableaux, là, c'est la cacophonie. D'un côté, on a la musique pas très discrète, mais qui se voit vite débordée par des bruitages des pièces qui tombent, ou des blocs qui s'envolent. Parce que quand les meteos s'envolent, ils ne font pas Prrrrshuiiiiiiiiiiiiiit comme on pourrait le penser, il font Tiouloulouloulouloulou ou même Welouwelouwelou selon la planète sur laquelle ils atterrissent. Dit comme ça, on pourrait facilement croire que ça donne un mélange maladroit à vous faire couper le son une fois pour toutes, or il n'en est rien, c'est affreusement délirant et limite harmonique ! Le seul défaut, c'est que quand le tableau commence à s'éterniser, on finit par se lasser d'entendre les mêmes sons revenir régulièrement. M'enfin faut déjà être arrivé à 10 minutes de jeu pour ça, et c'est pas tous les jours que vous tenez 10 minutes sur le même tableau.

Or, vu que les musiques et les bruitages sont différents sur chaque planète (donc sur chaque tableau), vous obtenez une jolie playlist composée de 29 musiques et 29 types de sons différents, si je ne me trompe pas... hé ouais, ça fait beaucoup pour un jeu comme ça, non ?

Du coup, on peut largement pardonner le coup de la musique d'intro stéréotypée par cette recherche évidente du côté des tableaux qui vous tiendront en haleine le plus clair de votre temps. Une réussite.


Space Invaders, le retour !

DURÉE de VIE

Avec des modes de jeux variés et novateurs à difficulté paramétrable couplés avec un mode multijoueur excellent qui ne réclame qu'une seule cartouche, Meteos a de quoi vous tenir en haleine pendant un bon bout de temps que vous soyez seul et sans amis ou entouré de Nintendo DS. A côté de ça, on pourra apprécier de nombre de petits trucs à débloquer, que ce soient des planètes hôtes ou des musiques à écouter dans le Sound Test.

En gros, vous n'êtes pas prêt d'en faire le tour !

Et comme c'est un jeu basé sur le Score Attack, vous chercherez sans cesse à améliorer vos scores minables et à devenir le joueur ultime de Meteos en vue de me foutre la pâtée du siècle le jour où vous me croiserez dans la rue (et croyez-moi, c'est plus facile de me foutre une raclée que de me croiser dans la rue ^^).

Vôtre achat sera très largement compensé, sauf bien sûr si vous n'accrochez pas tellement aux Puzzle Games... M'enfin il faut avouer que celui là a un petit quelque chose de sympathique qui vous fera jouer même si vous n'accrochez pas au genre.


Ouaaaaaaaaais !
Mais nan ! Moins y'en a, plus c'est dur !

EN BREF...

Pfiouh ! J'avoue que je n'aurais jamais pensé faire aussi long sur un Puzzle Games ! C'est quand même incroyable, vous trouvez pas ? Bon, maintenant que tout ça est dit, va falloir passer aux notes parce que c'est bien connu : l'ensemble du texte n'est que de la décoration : ce qui importe le plus, ce sont les notes ! (tss tsssssss !)

HISTOIRE : 17/20
Mettre une histoire d'une telle envergure dans un jeu comme ça tient de la folie. Comme quoi les fous peuvent parfois être des génies. L'histoire est sympathique et l'univers riche. Une excellente initiative.

GRAPHISMES : 18/20
Avec des images et des cinématiques sympathiques et des puzzles hurlant de beauté et de couleurs, on regrette de devoir déplorer quelques défauts, notamment des rares ralentissements.

MUSIQUES et SONS : 19/20
Je voulais pas mettre plus vu que ça a tendance à se répéter un peu à long terme, mais dans l'ensemble, le brouhaha qui sort de votre Nintendo DS n'a absolument rien de désagréable ou d'agressif.

GAMEPLAY : 20/20
Comment saluer autrement cette innovation ? Certains reprochent au jeu d'être répétitif, m'enfin ne perdons pas de vue que c'est un Puzzle Game, donc forcément...

DURÉE de VIE : 18/20
Avec ses modes variés, son multijoueur, son univers attachant et le système de Score Attack, vous risquez vite de ne plus compter les heures passées devant ce jeu (heureusement que la console le fait pour vous :p). Encore faut-il aimer le genre...

NOTE FINALE : 18/20
Polarium a trouvé son maître et Nintendo n'a qu'à bien se tenir ! Meteos a tout pour devenir une référence durant quelques temps en matière de Puzzle Game sur Nintendo DS parce qu'il ne possède presque pas de défauts (il est fou !). Pour une première ponte, Q Entertrainment a de quoi être largement fier de lui !
Si vous êtes adeptes des jeux de rapidité, d'agilité et de Score Attack, vous n'avez plus qu'à vous acheter cette merveille. Sinon, essayez quand même, vous pourriez trouver ici votre nouvelle vocation. Et soyons réalistes : c'est pas comme si c'était un jeu pas novateur du tout qui coûtait 10€ de plus sur une console fragile remplie de temps de chargements ;-p

Akin


Test Donkey Kong Country Tropical Freeze sur Wii U
Test Nes Remis sur eShop Wii U
Test Assassin’s Creed IV Black Flag sur Wii U
Test de Batman Arkham Origins sur Wii U
Partenaires :
- Advance Wars Experience - All Soluces - All-Nintendo - GamerObs - Next Nintendo - Nintendo Wii - Wiiz - WireJess -