NintenDomaine à la pointe de la technologie:



Je me suis aussi mis à LaTeX de mon côté. Je l'utiliserai peut-être pas pour tout, mais je vais tenter mes gros rapports avec ça.
(Itooh, qui a fait un petit tour au quartier Pigalle pendant les vacances)



Ah, Wii Sports… Jeu ou démo, quoi qu’il en soit, Wii Sports premier du nom a été l’ambassadeur de la Wii, se permettant même de dépasser Super Mario Bros. au niveau des ventes et de se classer tout en haut des jeux les plus vendus de l’histoire. Et ce, malgré ses énormes défauts ! C’est donc une très lourde tâche qui attend Wii Sports Resort. Partir avec l’handicap des déceptions des joueurs avec le premier épisode n’est pas chose facile, mais il est accompagné du Wii MotionPlus. Alors, est-ce que cela change tout ? Est-ce un bon jeu ou alors une énorme bouse ?

Rédigé par Rédigé par Frostis Advance, Akin et Micke
03/08/2009

Elle est où la salle de sport ?

Je ne vais pas vous faire un état des lieux de Wii Sports premier du nom. Tout le monde connait le succès planétaire de celui-ci, malgré de très gros défauts (vous pouvez lire le test ici, pour plus de renseignements, au cas où.) D’ailleurs, son plus gros défaut, avec sa jouabilité hasardeuse, ce n’est pas tellement son graphisme, mais plutôt son absence de vie. Un pauvre menu et ensuite, bah, c’est « téléportation » dans un terrain de baseball, un court de tennis, une salle de bowling ou un terrain de golf. Or, avec ce nouvel épisode, c’est tout le contraire. L’absence de vie a été comblée par une idée toute bête qui sort tout droit de la tête de Shigeru Miyamoto : l’île Wuhu. Avec ce « concept de l’île » en tête depuis plus de 10 ans, il a enfin réussi à trouver le jeu où le mettre en place ! Déjà mise en scène dans quelques activités de Wii Fit, là, l’île Wuhu revient, mais transformée en station balnéaire, avec quelques ajouts supplémentaires. C’est franchement très agréable, même si j’aurais aimé me balader dans l’île avec mon Mii et choisir mes activités, sans passer par un horrible menu. Ca aurait été aussi l’occasion d’y mettre des tableaux de scores, puisque ceux-ci ne sont consultables qu’uniquement après avoir terminé une épreuve. Pas top.
Mais faut avouer que cette île fait effet et donne de la vie. Ce Wii Sports sent moins le renfermé !

Sachez tout de même qu’il sera possible de retrouver cette île dans d’autres jeux, vu que Miyamoto compte en faire une licence, comme un personnage à part entière.


Lîle Wuhu !

Le Wii MotionPlus, késako ?

Tout d’abord, il faut savoir que Wii Sports Resort n’a pas été développé comme un simple jeu, tout seul sans rien, mais bien comme un ensemble incluant le Wii MotionPlus. Le premier jeu était là pour être l’ambassadeur de la Wii, celui-ci est l’ambassadeur du WM+. C’est d’ailleurs pour cela qu’on ne peut jouer au jeu sans ce nouvel accessoire.
Celui-ci a germé dans la tête de plusieurs têtes pensantes de Nintendo, dont Miyamoto évidement, mais aussi des personnes travaillant dans l’ombre (donc beaucoup moins médiatisées), à l’instar de Genyo Takeda, directeur du groupe de développement n°3, ou encore Junji Takamoto, le chef de projet et responsable de l’accessoire. Mine de rien, ça fait depuis début 2008 qu’ils bossent dessus !

La principale faiblesse de la Wiimote actuelle se trouve être sa reconnaissance de mouvement. Un comble quand on sait que la Wiimote est le concept de cette lacune. En gros, l’accéléromètre de la Wiimote ne comprenait uniquement que des déplacements droits, sur les axes x, y et z. Des coups latéraux de haut en bas, de gauche à droite, etc.… Des mouvements assez simplistes, mais qui fonctionnent plutôt bien sur beaucoup de jeux. Malheureusement, c’est aussi son principal handicap, avec des gestes très scriptés, frustrant dans pas mal de situations, et surtout, une non reconnaissance des angles de frappe et donc une Wiimote non reconnue dans l’espace. D’où le fait du nombre de jeux très simplistes sur Wii et autres ratages complets.

Avec le WM+ collé au cul de notre manette, il est maintenant possible de faire des gestes très précis, sur 6 axes différents, en tenant compte des rotations et torsions de la Wiimote, sans compter que la vitesse est aussi prise en compte. Un véritable plus qui se voit dès sa première utilisation et qui change véritablement (en bien) l’expérience de jeu.

L’accessoire en lui-même n’est pas bien gros, mais permet à notre manette de s’agrandir un tout petit peu pour une meilleure prise en main, à deux mains. Et mine de rien, c’est vachement pratique pour le golf par exemple ! En tout cas, la finition est quasi-parfaite, avec une « capote » un peu plus grande. Ah oui, si vous aviez pris l’habitude de jouer sans protection, il va falloir prendre les bonnes habitudes !


Impossible de ne pas savoir mettre son Wii MotionPlus.

Les sports !

Bon. Hé bien quand faut y aller, faut y aller ! Trois rédacteurs pour 12 sports, le compte est rond et ça tombe bien. Et pour ne pas faire de jaloux, on va se le faire dans l’ordre du menu du jeu.

Sabre

(Akin)

Jeu pour 1 à 2 joueurs… ou pas.
Le principe est simple : vous avez un sabre entre les mains. C’est un sabre japonais traditionnel : le Wimôto. Cherchez pas sur Wikipédia, ça n’existe pas, contentez-vous de prononcer à haute voix et vous comprendrez.

Grâce à la fabuleuse technologie révolutionnaire venue tout droit de la planète Xorgk à travers la porte des Etoiles, la Wii reconnaît maintenant vos mouvements avec une amplitude accrue. Et y’a pas à dire, ça change la vie. Ici, vos mouvements seront représentés à l’écran avec une précision plutôt chouette. De la place de votre paume (à condition de tenir la Wiimote à l’endroit) à l’inclinaison de vos doigts… tout ceci sera symbolisé à l’écran par une p’tite boule : n’oubliez pas que vous jouez avec un Mii. Celui-ci est d’ailleurs un proche cousin de Rayman puisqu’il a bien des mains (les fameuses boules) mais pas de bras.

Là où c’est sérieux, c’est que vous pouvez vous amuser à faire tournoyer votre sabre un peu n’importe comment, à priori, il n’y a pas de raison pour que ce ne soit pas retranscrit à l’écran. Moi je m’amuse parfois à faire tourner le sabre au-dessus de la télé, même pour voir si ça marche. Résultat : ça fait fuir mon chat.

La console vous demandera assez souvent de recentrer la Wiimote sur l’écran. C’est assez pénible, mais c’est aussi l’une des preuves que le WM+ a ses limites. A ce que j’ai entendu, c’est le jeu de sabre qui a le plus de chances de faire en sorte que votre Wiimote perde la boule. Pour ça, pas de soucis, le bouton + est votre ami.

Trois modes de jeu sont à votre disposition :

Le duel
A ma gauche, un Mii, à ma droite, un autre Mii, contrôlé soit par l’ordi, soit par un pote. Le but est de parvenir à éjecter son adversaire hors du ring. Mais pour ce faire, point de coups spéciaux façon Smash Bros ; juste votre sabre en plastique (pour ne pas faire mal à votre adversaire). Bougez astucieusement votre bras, orientez judicieusement votre main et donnez un coup dans le vide, ça fera bing dans la télé. A chaque coup porté, votre adversaire recule… sauf s’il a eu la bonne idée de se protéger en appuyant sur B, le petit fripon. Mais une fois qu’il a appuyé sur B, il n’est pas en totale sécurité pour autant : s’il tient sa Wiimote à l’horizontale, il peut parer rapidement les coups verticaux… Mais les coups horizontaux un peu moins. Alors imaginez un bon coup en diagonale bien placé… Imparable !

Si par malheur vous frappez dans le sabre de votre adversaire alors qu’il est bien protégé derrière son bouton B, vous serez étourdi pendant une petite seconde. Protégez-vous bien vite à votre tour puisque votre adversaire peut en profiter pour vous pourfendre tel un preux chevalier de l’Empire Ming qui a traversé les plus dures épreuves qui l’ont conduit du tombeau de ses ancêtres, là où était caché son sabre, jusqu’à la légendaire île Wuhu.

Le gagnant est celui qui fait tomber son adversaire du ring.

Le Laido
En tout bon geek, vous devez prononcer à la japonaise : La-i-do. Si vous prononcez Lait d’eau, c’est que vous êtes un casual. Compris ?

Jeu d’adresse et de rapidité. Votre Mii vous montre ses fesses, votre adversaire aussi. Face à vous, un juge impartial et incorruptible. Celui-ci vous balance des objets tout ce qu’il a de plus banal (brioche de 3 mètres de haut, pastèque de 2 mètres de diamètre…) et vous devez les couper avant votre adversaire. Attention cependant, il y a un sens pour couper. Certains objets se coupent de gauche à droite, d’autres de droite à gauche. De haut en bas, de bas en haut, en diagonale dans un sens ou dans l’autre… Je n’ai pas encore réussi à trouver s’il y a un ordre quelconque ou une logique pour parvenir à couper les objets avant qu’ils ne touchent le sol. Mais je persévère !

Le gagnant est celui qui parvient à trancher 10 objets plus rapidement que son adversaire.

Le seul contre tous
Vous êtes seul, ils sont tous. Heureusement, il y en a parmi eux qui ne sont pas très malins et qui n’ont pas encore vu le bouton B pour se protéger (les pauvres, ils ne sont pas venus sur NDM et n’ont pas lu ce test !).

Votre Mii se déplace seul. Vous ne maniez que ses bras. La musique est géniale, elle réagit en fonction de vos mouvements, des déplacements de votre personnage, du stress dû à l’approche de la fin ou du stress dû à votre « j’ai plus de vie ! »

Vous avez en effet 3 cœurs et une bonne cinquantaine d’ennemis à battre. Si vous vous faites touchez, vous perdez un cœur.

Heureusement, comme je l’ai dit, ils ne sont pas toujours bien futés. Et on les remarque facilement : ceux qui sont habillés en vert, y’a qu’à donner un p’tit coup et hop ! D’autres en revanche, sont habillés en rouge, en violet (miam !), en jaune, en noir… Et ceux-là savent ! Ils savent utiliser le bouton B, ils savent se protéger et en plus ils savent vous attaquer quand vous êtes dans les vapes. Alors méfiance !

A la fin de chaque stage, un personnage un peu plus costaud que les autres vous attend. Suffit d’avoir buté tout le monde pour gagner… et passer au stage suivant.

Wakeboard

(Akin)

Un de mes jeux préférés ^^ Le concept est pourtant super simple.

Vous êtes un Mii. Qui dit Mii dit que vous êtes tout laid. Tellement laid que vous amiis ont décidé de vous attacher derrière un bateau et de partir à fond la caisse pour faire le tour de l’île Wuhu en moins de 5 minutes.

De ce côté-ci de l’écran, vous tenez votre planche dans vos mains. Cette planche est une Wiimurf. Ne cherchez pas dans le Wiktionnaire, ça n’existe pas.

En vous déplaçant vers la gauche ou vers la droite, votre personnage se déplacera, comme vous l’imaginez, vers la gauche ou vers la droite. Votre objectif est alors de passer dans le sillage du bateau, là où il a fait des vagues, et de bondir dessus. Comme vous êtes le meilleur, vous parvenez à soulevez votre planche en même temps (levez la Wiimote d’un coup sec, quoi ^^) et votre personnage effectuera une figure. Ca ne s’arrête pas là, il est maintenant question de se réceptionner. Au début ça va, il suffit de ne pas bouger, mais plus vous enchaînez les sauts, plus il devient difficile de bien se réceptionner. Gardez bien un œil à l’écran pour orienter votre Wiimote de manière à ce que la planche de glisse soit bien droite, prête à embrasser l’onde aqueuse et liquide de la mer océanique.

Enchaîner les sauts vous fera gagner de plus en plus de points. Alors restez bien concentrés.

Si vous jouez seul, vous jouerez simplement en score attack. Mais vous pouvez aussi jouer jusqu’à quatre avec une seule Wiimote. Le jeu se déroule en effet chacun son tour. Le but sera alors de faire plus de points que ses adversaires.

Faites attention avec ce jeu : vous tenez la Wiimote à l’horizontale, avec les deux mains et à bout de bras. C’est extrêmement fatiguant, voire mauvais pour les triceps. Mais ce n’est qu’après avoir terminé qu’on se rend compte qu’on s’est fait mal. Le jeu insiste très souvent pour vous inciter à faire une pause, ici, je vous conseille vivement de l’écouter, que vous soyez un casual ou un core gamer qui joue depuis qu’il est dans le ventre de sa môman chérie : on est tous égaux devant les faiblesses du corps humain.

Frisbee

(Akin)

Je me souviens encore de ma réaction lorsque ce jeu a été dévoilé : « Aaaaah ! Nooon, ils ont même fait des chiens Miis !!! » et j’ai eu peur ! Normal, me direz-vous.

Il est donc question de jouer au frisbee avec un chien. Heureusement, ce chien est plus intelligent que les adversaires verts du sabre. Sinon ça serait pas drôle.

Il existe deux modes de jeux, mais les contrôles sont relativement similaires. Ici, pas besoin de pointer ou de réfléchir. Vous avez un frisbee dans la main, vous le tenez entre votre Wiimote et votre bouton B et vous visez. L’orientation de la chose dépend complètement de celle de la manette. Vous étendez votre bras comme pour lancer un frisbee et vous lâchez B et voilà, c’est parti.

Il va de soi qu’il est fortement recommandé d’accrocher la dragonne à double tour contre votre bras pour être certain que votre Wiimote n’aille pas empaler votre télé. Déjà que la Wiimote seule fait des ravages, imaginez-la avec un Wii MotionPlus au cul…

Petite précision, comme pour la plupart des jeux de Wii Sport Resort, l’utilisation abusive est déconseillée !! On serait pourtant assez tenté d’enchaîner les parties pour s’améliorer, mais là… votre épaule va s’en souvenir. Et il vaut mieux arrêter de jouer avant d’avoir mal !

D’ailleurs je voudrais adresser quelques mots à mon rédac chef qui m’a poussé à jouer intensivement à ce jeu, là. Bah si j’ai mis du temps à écrire tout ce tas de texte, c’est parce que j’ai super mal au bras ! La WiiTendinite+ de la légende va arriver !

Frisbee canin
C’aurait été trop beau si le but du jeu était de lancer ce sale chien Mii à la manière d’un frisbee. Nan, nan, nan !! Ici, c’est un concours. Un à quatre joueurs à tour de rôle et avec une seule Wiimote pour les plus radins d’entre vous. Vous pouvez même jouer en équipe pour permettre à ceux qui ne savent pas manier le frisbee (ou ceux qui jouent assis, comme moi ^^) de gagner quand même.

Une flèche apparaît sur le sol, là, devant vous. Alors vous orientez votre buste bien en face, vous enroulez votre bras et vous lancez le frisbee. C’est pas compliqué.

Il s’envole, dévie comme il faut bien et vient se poser délicatement sur le sol. Si vous l’avez envoyé bien droit, il est possible que votre sale clébard le rattrape au vol. Et là paf, fanfare, objectif accompli et 100 points en plus ! Plus votre frisbee se pose près de la flèche, plus vous marquez de points : 10 points si vous êtes un peu loin, 50 si vous vous approchez, et 100 si vous le collez.

Au bout d’un certain moment, des ballons apparaissent. Faites les péter avec votre frisbee et vous gagnerez 50 points. C’est tout. Juste du score attack en gros. Perso, chuis pas fan…

Frisbee golf
Là c’est un peu plus rigolo. Vous vous retrouvez sur les circuits du jeu de golf. Vous retrouvez donc ceux de Wii Sport et de Wii Sport Resort. Mais point de clubs ni de balle, seuls 3 frisbees vous sont proposés. L’un pour les longues distances, un autre pour les distances moyennes et un dernier pour les courtes. A vous de tirer le meilleur parti de chacun de ces accessoires pour arriver dans le green en un minimum de coup. Comme au golf, vous pouvez faire un par. Et comme au golf, plus vous marquez de points plus vous avez de chance de perdre.

Comme dans le frisbee canin, le jeu peut se jouer jusqu’à 4 en versus ou en équipes. Chaque joueur joue à tour de rôle.

Parmi les paramètres à prendre en compte pour bien calculer votre lancer, si le frisbee tombe hors des limites du terrain, vous devez recommencer votre lancer et gagnez un point… argh. Après, l’herbe que vous foulez importe peu puisque le frisbee… vole (ça vous la coupe, hein ?). L’autre paramètre, et pas des moindres, c’est le vent. Sitôt celui-ci latéral, vous pouvez être certain de tomber exactement là où vous ne vouliez pas.

Voilà grosso modo.

Tir à l’arc

(Frostis Advance)

Mon épreuve préférée, loin devant toutes les autres. Je trouve même que c’est l’épreuve qui est la plus impressionnante, au niveau de la maniabilité. En clair, si quelqu’un vous voit jouer sans regarder l’écran, il va très vite comprendre que vous faîtes du tir à l’arc. Vraiment impressionnant. Il suffit seulement de tenir notre Wiimote à la verticale, le bras tendu. Le Nunchuk dans votre autre main, collé à la Wiimote. Une fois bien fixe, une pression sur A pour armer notre arc, puis, il faut appuyer sur Z ou C (et le garder enfoncé), et simplement mimer le fait de bander l’arc. Ouais je sais, bander. Pour ceux qui ne connaissent pas l’expression, c’est le fait de tirer la flèche vers l’arrière. Donc ne vous inquiétez pas les filles, vous pouvez jouer à cette épreuve !
Bref, une fois que vous avez bien bandé (heu…), il suffit de relâcher Z ou C pour lâcher la flèche. Et là, paf dans l’mille ! Sauf si évidemment, vous n’avez pas visé votre cible. Puisqu’en effet, un cercle de visée se forme, puis rétrécit au fur et à mesure de notre attente. Mais il ne faut pas trop attendre, sinon, il faudra recommencer.

En clair, c'est vachement bien foutu. Précis, sympa au niveau maniabilité, on s’y croirait presque !

Par contre, une petite déception au niveau des parcours, puisque seulement trois sont disponibles. J’aurais aimé en avoir un peu plus. Mais une fois votre parcours choisi, c’est parti pour 4 cibles, avec 3 flèches pour chaque. Evidement, le high score est vite limité dans cette épreuve, puisqu’une fois qu’on a tiré trois fois dans le centre de la cible (10 pts), sur chacune des cibles, on se retrouvera avec le score le plus haut, soit 120 points. Mais n’espérez pas le faire si facilement ! Puis le vent change à chaque fois, les distances grandissent et les obstacles arrivent dans le niveau expert. Bref, de quoi rester dessus quelques heures avant de taper les 120 points dans chaque niveau de difficulté.

Par contre, c’est clairement une épreuve solo, même si elle est jouable jusqu’à 4, au tour par tour. Elle demande pas mal de concentration, donc mieux vaut rester tranquille tout seul dans son salon.

Basket

(Frostis Advance)

En gros fan de basket que je suis (enfin, que j’étais, dans ma jeunesse), j’étais un peu septique avec cette épreuve dans le jeu. Bah ouais, j’ai beau être fan, je me dis que faire semblant de tirer des ballons, c’est quand même un peu spécial. Surtout que les épreuves ne se bousculent pas au portillon : seulement deux.

Tirs à 3 points
Celle-ci est la première, jouable seul comme à 4, chacun son tour. Pour ceux qui n’auraient jamais vu un All Star Game de la NBA avec des tirs de fou de Ray Allen ou la précision d’un Steve Kerr, il s’agit tout simplement d’un concours de tirs.
5 rangées de 5 ballons sont disposées tout autour de la ligne des 3 points. Pour votre culture, sachez tout de même que la ligne des trois points dans la ligue NBA (basket américain) est à 7,23 m du panier, alors qu’en France, elle n’est qu’à 6,25 m. Quant aux ballons, les 4 premiers d’une rangée valent 1 point, mais le dernier en vaut 3. Le tout est évidemment soumis à un chronomètre, histoire qu’on se magne un peu.

Côté maniabilité, c’est quand même assez bien fait, même si ça fait bizarre de tirer dans le vide (mieux vaut bander avec son arc). Pour choper un ballon, il faut baisser notre Wiimote vers le bas et presser B. Ensuite, c’est comme en vrai, mais sans ballon : un petit balancement du bras au dessus de la tête (enfin, pas tout à fait, c’est plus vers le front en fait), puis un lancer vers le panier, et hop, le ballon s’envole.
Ensuite, soit c’est un joli tir avec le ballon qui file dans le panier dans toucher le cercle. Soit c’est une brique parce qu’on a tiré comme un porc, ou alors un vieux bide parce qu’on n’a pas tiré assez fort. En clair, il faut doser son tir, mais aussi l’orientation de celui-ci. Pas évident, surtout si en plus on se met à sauter en même temps. Mais mine de rien, c’est quand même assez réaliste, donc fun.

3 contre 3
Cette épreuve est dans la plus pure tradition du basket dit « Playground ». En gros, on joue que sur une partie du terrain, donc sur un panier. Normalement, on peut y jouer en 1 contre 1, jusqu’à 5 contre 5, mais là, pas le choix ce sera du 3 contre 3, avec deux joueurs maximum. Et moi qui me faisais une joie de pouvoir bouger mon Mii, je me suis mis le ballon de basket dans l’œil ! Les Mii bougent tous seuls, et les possibilités sont assez réduites. N’espérez pas taper un vieux crossover, puisque nos Mii sont aussi rapides que des escargots. Non, ici, il nous est simplement demandé de faire des passes, puis de marquer.

J’ai pas trouvé ça vraiment bon. D’ailleurs, je trouve même ça plutôt nul. Bref, une épreuve un peu ratée, mais qui s’oublie facilement avec le concours de tirs à 3 points.

Tennis de table

(Micke)

Haaaaa ! Vous l'attendiez celui-là ! Alors je ne vous ferais pas plus languir : oui, il est bien ! Le format Wiimote est d'ailleurs bien plus adapté au Ping-pong qu'au Tennis. Contrairement au Ping-pong présent dans Wii Play, ici, c'est bien le mouvement de la Wiimote qui est pris en compte et pas le viseur. Avant chaque partie, vous devez calibrer le Wii MotionPlus en appuyant sur A en visant l'écran. J'avoue que c'est un peu relou au départ et puis on le fait sans s'en rendre compte au bout d'un moment. Les gestes sont tous bien retranscrits à l'écran, et en direct ! Quand on fait un revers, c'est un revers ! Il est même possible de faire de petits effets en relevant la raquette vers le bas ou vers le haut en tapant la balle. Mais tout n'est pas parfait et il arrive que le Wii MotionPlus ait des petits ratés. Dans ce cas, il faut le recentrer en visant l'écran et en appuyant sur le bas de la croix ou alors carrément en mettant le jeu en pause et laissant la Wiimote immobile quelques secondes. Heureusement, ça arrive très rarement. En général, le Wii MotionPlus foire quand vous jouez comme un bourrin et que vous avez bougé la Wiimote n'importe comment.

Deux modes de jeux sont disponibles : la partie normale à un ou deux joueurs et le retour gagnant à un ou quatre joueurs chacun son tour. Le retour gagnant consiste à renvoyer le plus de balles possibles. La partie s'arrête quand vous en ratez une.

C'est une valeur sûre de Wii Sports Resort, un jeu ultra simple d'accès, qui est sympa à jouer à deux et qui permet aussi de faire des scores.

Golf

(Frostis Advance)

Et hop, le golf revient ! Après m’avoir gavé au possible dans Wii Sports à cause de sa maniabilité hasardeuse et chiante, il revient. Et attention, je l’attendais au tournant, club de golf à la main, prêt à taper. Bon déjà, golf oblige, il faut de l’espace. Donc les épreuves se déroulent sur une autre île, au sud-ouest de l’île Wuhu : l’île Wedge. Je sais, ça n’a aucune importance mais j’avais juste envie de caler ce détail dans le test.

Alors niveau maniabilité, ça parait être exactement la même chose que dans Wii Sports. Parait, seulement. Parce que Wiimote en main, ce n’est pas vraiment la même chose ! En effet, même si le sport est le même, la position du joueur aussi, et que les boutons d’interactions n’ont pas changé non plus, la maniabilité est beaucoup, mais alors beaucoup plus précise !

La vitesse, la force, mais aussi l’angle et la courbe de notre geste, tout est pris en compte de la plus belle des manières. Une véritable bouffée d’air, alors que dans le premier, j’avais juste envie de jeter la Wiimote par la fenêtre. Là, si notre balle part dans une direction franchement pas voulue, ce n’est pas à cause des faiblesses de la Wiimote, mais bien de votre swing qui s’est terminé d’une façon assez moisie. Et pareil quand nous sommes sur le green : notre put (le petit coup à donner pour mettre la balle dans le trou qui est à quelques mètres) doit être parfait. Maintenant, avec le WM+, nos coups faibles sont pris en compte, donc plus besoin de feinter pour faire un put en un coup.

Je passe le fait que différents clubs sont disponibles, suivant où l’on est placé sur le parcours. Tiens, en parlant de parcours, Nintendo a eu la bonne idée d’en faire trois nouveaux, mais aussi d’incorporer les anciens, que nous avons connus dans le premier épisode. Et évidemment, en 3, 9 ou 18 trous. De quoi passer le temps quand on ne sait pas quoi faire l’après-midi !

Bowling

(Akin)

Waiiii ! Mon jeu préféré dans Wii Sports est de retour ! Et il n’est pas content. Quel que soit le mode de jeu que vous choisirez, vous pourrez jouer seul, à 4 chacun pour soi ou en équipe.
Le système de jeu est sensiblement similaire au premier épisode… à se demander si c’était vraiment utile de le remettre là… M’enfin comme on aime bien le bowling sur Wii, on va en toucher quelques mots.

Tout d’abord, prenez garde à ne pas vous faire une élongation des muscles de votre avant-bras. Groumph ! On va finir par me faire croire que ce jeu est dangereux… Mais sérieusement, moi qui suis ambidextre, j’utilise pourtant exclusivement mon bras droit pour jouer à tous les jeux ici présentés et… je souffre le martyre. Le Bowling Wii est réputé pour faire mal au bras après une bonne soirée, alors prenez garde, là encore.

Le jeu se joue de la même manière que dans le premier opus : déplacez votre personnage avec la croix, appuyez sur A et orientez votre tir avec la croix javel et tirez. Pour ce faire, bah appuyez sur B et imitez le geste. Ca va, vous suivez ?

C’est au moment du lancer que tout se joue. L’orientation de votre Wiimote, la précision de votre mouvement et votre rapidité d’action sont passées au crible du Wii MotionPlus et influent sur le déplacement de votre boule. Dans Wii Sports, c’était déjà perceptible (genre les droitiers avaient une fâcheuse tendance à dévier vers la gauche et vice et versa), dans Resort, c’est encore pire. Perso, je suis meilleur dans le premier Wii Sports que dans celui-là. Donc je préfère largement Wii Sports vu que là c’est de la merde vu que je suis pas bon. Greuh ! Je hais ce jeu, moi !

Petite annonce : vds WiiSportsResort. Contact Akin

Alors passons aux modes de jeux.

Le jeu de 10 quilles
Vous prenez le test de Wii Sports, vous lisez et vous saurez tous.

Le jeu de 100 quilles
Vous prenez le test de Wii Sports, vous changez le 10 en 100, vous lisez et vous saurez tout.

Nan plus sérieusement, le principe est exactement le même, mais en même temps, ce n’est pas le même. Car il n’y a plus 10 mais 100 quilles ! D’où le titre du mode de jeu. Vous comprenez, maintenant ? Heureusement que chez NDM, on pense à votre place.

Ne soyez pas impressionnés par le nombre de quilles, elles tombent comme des mouches et vous n’aurez aucun mal à en faire tomber plus de 70 du premier coup. Ce qui est dur, en réalité, c’est d’en faire tomber 100. 90 c’est presque facile. 99, allez, chuis dans un bon jour. Mais 100 ! Rha !!!! Le strike (100 quilles en un lancer), c’est une légende urbaine ! Et le spare (100 quilles en 2 lancés), je pense qu’il est même plus difficile à faire que le strike ! Car admettons que vous en fassiez tomber 94 au premier coup, vous reste 6 quilles à faire tomber. Imaginons qu’il y en a 5 d’un côté et 1 de l’autre. C’est fréquemment le cas.

Alors bon courage et surtout, ne persévérez pas trop parce que la WiiTendinite+ est toujours cachée là, quelque part !

Le jeu avec obstacles
Ceux qui nous ont pété des scores au premier Wii Sports vont être ravis de voir qu’une petite difficulté peut s’ajouter si on le souhaite. Mais je conseille aux novices de commencer par éclater les 200 points au jeu de 10 quilles avant de s’attaquer au jeu avec obstacles.

Ici, la précision est de mise. Au début, un petit obstacle apparaît, vous n’y faites pas attention et vous faites votre strike, comme d’hab. Deuxième tour, il y a maintenant deux obstacles. Arf, vous n’arrivez à faire qu’un spare. Troisième tour, il y en a toujours deux, mais ils bougent. Ensuite il y en a trois et ça se complique à chaque fois… sauf que vous enchaînez les gouttières vu que votre balle se retrouve coincée devant un obstacle.

Vraiment un jeu réservé aux pros du Wii Bowling ; ceux qui sont frustrés parce que le jeu est trop facile et qui font des strike à chaque fois.

Motomarine

(ou encore véhicule nautique à moteur)
(Micke)

La moto marine, c'est du scooter des mers, qu'on ne s'y trompe pas. C'est avec le Wakeboard, le mini jeu qui utilise la partie la plus « ambitieuse » de ce Wii Sport. En effet, alors que dans Wii Sport 1, on se limitait à des arènes de jeux très petites avec seulement le pouvoir de contrôler la main d'un personnage, le champ de jeu de Wii Sports Resort est bien plus vaste. On peut d'abord visiter toute l'île grâce au survol en avion et les développeurs ont logiquement utilisé la mer qui encercle cette île pour y placer des minis jeux.
Il y a 6 circuits différents disséminés sur la carte. C'est peu et ils sont courts mais il est possible de naviguer en mode libre pendant des sessions de 5 minutes. Pourquoi pas plus de 5 minutes? Demandez à Nintendo. Le gameplay est simple mais efficace. Vous tenez la Wiimote et le Nunchuk comme si c'était le guidon, vous appuyez sur A ou B pour accélérer et vous donnez un petit coup de Wiimote pour avoir un turbo. C'est assez déroutant au départ car la maniabilité est sensible. Mais quand on s'y est fait, c'est très précis et c'est super agréable de piloter l'engin. Je regrette tout de même de devoir appuyer sur un bouton pour accélérer. J'aurais aimé qu'il suffise de tourner la Wiimote comme un guidon de moto.
Le moteur physique de l'eau est vraiment bien foutu, on retrouve un côté Wave Race 64 et c'est pas pour me déplaire. D'ailleurs, l'ambiance fait fichtrement penser à ce dernier. C'est sans doute le côté « île paradisiaque » qui veut ça. Les premiers circuits ne vous poseront pas trop de soucis et vous n'aurez qu'à passer à travers les balises qui sont assez espacées. Mais les derniers niveaux demanderont un minimum de dextérité. Les vagues sont de plus en plus nombreuses et vous déportent facilement de votre chemin, certains anneaux en hauteur ne pourront être franchis qu'en ayant combiné un turbo devant une vague et les balises vous demanderont parfois des virages à 90° pour les traverser.

Au niveau des modes de jeux, le mode Slalom vous propose de jouer seul ou à quatre chacun son tour, pour faire des records. Le mode Versus, quant à lui, vous permet de jouer à deux en même temps. Le gagnant est celui qui a franchi le plus de balises. Un mode quatre joueurs en versus n'aurait pas été de refus.

Bref un mini jeu vraiment réussi, avec un bon gameplay et de bonnes sensations, mais la durée de vie risque d'être bien limitée avec seulement 6 petits circuits. Reste le mode libre, mais il est moins amusant de parcourir l'île avec le scooter des mers qu'avec l'avion.

Canoë Kayak

(Frostis Advance)

Alors là, épreuve multi ou rien pour ma part. Jouable jusqu’à 4 et dans deux sous-catégories, je n’ai pris absolument aucun plaisir seul (alors que je bande à mort avec mon arc). Mais à plusieurs, c’est franchement une bonne tranche avec de la confiture de rigolade.

Toujours plus loin
Comme son nom l’indique, le mode toujours plus loin n’a pour but que d’aller le plus loin possible. Pour se faire, il faut pagayer comme un fou pour tenter d’aller le plus loin possible dans le temps imparti. Niveau sensation, c’est top parce que le mime est vachement bien foutu et que la maniabilité suit au poil. Un coup à gauche, un coup à droite, et ainsi de suite pour aller tout droit, mais évidemment, les circuits ne sont pas qu’en ligne droite. Après, il faut avoir la forme et un peu de technique pour aller loin. Ce qui n’est pas si évident que ça.

Course VS
Clairement le mode de jeu à faire en multi. Sérieusement, la première fois que j’y ai joué seul, j’ai juste trouvé ça nul. Alors j’ai invité Micke et un pote de NintendojoFR pour se faire une petite course à trois, dans le but de traverser 5 cordes (le premier qui en traverse 5 a gagné), sur un circuit. Et là, la grande folie furieuse avec d’innombrable coups de fourbes et autres coups de pagaies. Ca s’est terminé au coude à coude avec Micke, mais ma puissance dans le bras droit (beaucoup d’entraînement avec l’arc…), m’a propulsé à la première place.

Cyclisme

(Micke)

Drôle d'idée que ce mini jeu qui vous propose de pédaler avec les mains...
Dans ce jeu, vous tenez la Wiimote et le nunchuk comme deux épées tenues glorieusement pointes vers le ciel et vous les secouez ridiculement pour pédaler. La subtilité c'est que vous avez une jauge de fatigue de trois cœurs. Si vous pédalez trop fort, la jauge diminue jusqu'à ce que ne puissiez plus avancer pendant un court laps de temps. Vous pouvez également profiter de l'aspiration des adversaires pour récupérer de votre fatigue. Vous vous dirigez en penchant légèrement vers la droite ou la gauche. Cette manière de tourner n'a rien de naturel et par conséquent enlève toute précision au contrôle. Bizarrement, si vous ne tournez jamais la Wiimote et le nunchuk, le vélo se dirige tout seul. Du coup, le gameplay est tellement étrange et inconfortable qu'on ne prend plus la peine de se diriger, on se contente de gérer le pédalier et la jauge de fatigue. La caméra a un comportement bizarre qui perturbe également le gameplay. Elle se tourne par moment sans prévenir pour vous filmer de profil. C'est sans doute pour rendre la mise en scène plus dynamique, mais on ne sait plus trop de quel côté tourner quand la caméra change de position et c'est vraiment désagréable.
Le seul intérêt de ce mini jeu, c'est de pouvoir parcourir l'île sous différents angles et de plus près qu'avec l'avion ou le scooter des mers. Mais l'intérêt est bien maigre pour donner envie d'y revenir.

En mode course sur route, vous pouvez jouer seul, bien sûr, mais aussi à deux sur le même vélo. En tandem donc. Là, ça devient un peu plus intéressant puisqu'il faudra une excellente coordination pour gagner de la vitesse. En course VS par contre, c'est chacun pour soi, chacun sur sa selle ! Bref, le cyclisme est sans doute le jeu qui jouit du potentiel fun le plus bas. En même temps, moi et les jeux de pédales...

PS : vous auriez aimé une seconde image du cyclisme? Et bien, dites un grand merci à tous les sites qui mettent leur logo à la con sur des images officielles, ou à ceux qui pensent que 100x150 c'est une bonne résolution. Dommage que Nintendo n'a pas prévu pour d'images...

Jeux aériens

(Micke)

Les jeux aériens ont ceci d'original que la Wiimote remplace l'ensemble de votre corps ou encore un avion complet. Elle ne remplace plus un accessoire sportif tenu par votre main.

Wii Sports Resort commence directement avec un mini jeu en guise d'intro. Celui-ci vous place dans un avion et vous demande de sauter en chute libre en direction de l'île Wuhu. Pendant le saut, vous dirigez le corps tout entier en bougeant la Wiimote dans tous les sens. Le personnage reproduit fidèlement les mouvements que vous faîtes faire à la Wiimote et c'est vraiment amusant de le faire bouger et descendre en piquet vers le sol. Pendant le saut, vous pourrez essayer de vous rapprocher des autres Mii en chute libre pour faire des photos en plein vol. A la fin du saut, il faudra passer à travers des anneaux avant d'ouvrir le parachute.
C'est un mini jeu tout bête, certainement celui sur lequel vous reviendrez le moins souvent, mais il faut avouer que le principe est plutôt cool et que c'est vraiment grisant cette descente en chute libre. Le fait de voir le personnage répondre au doigt et à l'œil y est sûrement pour quelque chose ! Mais, encore une fois, je suis un peu déçu que Nintendo fasse les choses à moitié, par exemple, en faisant défiler les photos prises durant le saut à la fin du jeu mais en n'offrant aucune option permettant de les garder ou de les partager.

Le deuxième mode de ces jeux aériens est sans doute mon préféré ! Le survol de l'île en avion ! WOUHOU ! Wuhu plutôt.

Au premier abord, aucun but, aucun challenge. Juste le plaisir de contrôler l'avion en tenant la Wiimote comme un avion en papier. Chaque mouvement de Wiimote est instantanément reproduit à l'écran par l'avion et ça devient alors un vrai jeu de petit garçon. Peut-être que pour certains, ce mini jeu leur semblera anecdotique ou inutile, mais je prends réellement un plaisir fou à faire virevolter ce vieux zinc au dessus de l'île. C'est aussi l'occasion de voir les Mii dans leur habitat naturel ! C'est d'ailleurs très drôle de s'approcher des maisons et d'entendre des bruits de Nes ou encore d'entendre les Mii gueuler et faire la fête à bord d'un bateau sur lequel on passe de la musique irlandaise. Il y a plein de petits détails à découvrir lors de chaque vol. Le seul point noir vient de la vitesse de l'avion vraiment lente. On est clairement dans la balade et pas dans le sport extrême...
En jouant, on se rend vite compte qu'il y a finalement certains objectifs à accomplir. Il y a un tas de petits logos « i » à recueillir sur l'île. Chaque logo renferme une information sur une partie de l'île qui n'est jamais dénuée d'humour. En recueillant un certain nombre de ces logos, vous débloquerez au fur et à mesure des options comme la possibilité de survoler l'île au crépuscule ou de nuit. Un autre objectif vous demandera de tirer sur le plus de ballons possible pendant une partie. Sachant que chaque habitant de l'île possède un ballon, il y a de quoi faire.
Les objectifs se remplissent assez rapidement, mais on revient toujours avec plaisir pour survoler l'île sans but précis. C'est un mini jeu à réserver aux personnes pour qui le plaisir de contrôler est ce qui importe le plus dans un jeu vidéo.

Le troisième mode est un face-à-face d'avion sur le principe du survol de l'île. Chaque avion possède un ballon qui rapetisse à chaque fois qu'il se prend un tir. Bien entendu, le premier qui n'a plus de ballon perd. Il y a toujours des items sur l'île pour récupérer des ballons. C'est peut-être ce qui gâche les parties. Le jeu est vraiment sympa et on se cherche sur l'île pour se tirer dessus, mais finalement la bataille se transforme vite en course aux items et il n'y a aucune option permettant de les retirer du jeu. A noter que l'on peut également jouer avec le Nunchuk. Pour les batailles, c'est plus pratique de tirer en appuyant sur le bouton Z plutôt que d'essayer de chopper le bouton A en faisant tourner la Wiimote dans tous les sens.

Graphismes

Les plus cyniques d'entre vous se questionneront sur l'utilité d'une catégorie « graphismes » dans un test de jeu Wii, mais je ferai fi de ces commentaires trollesques et j'irai jusqu'au bout.

Les graphismes, donc, de ce Wii Sports Resort, sont seyants.
Mais encore !

On pourra dire ce qu'on voudra, Wii Sports Resort est plus travaillé que son prédécesseur. Bien sûr, on reste dans le même esprit de graphismes extrêmement simples. L'environnement ouvert de l'île apporte une vraie fraîcheur. En avion, on a loisir de la contempler et c'est vraiment loin d'être moche. L'eau est vraiment réussie avec un style graphique cartoon et un comportement crédible. L'île en elle même avec son volcan, sa ville, ses éoliennes, etc. est agréable à regarder et le style simple pleinement assumé ne choque pas. On a même droit à quelques effets de chaleur (dans le volcan) ou à des effets de flou par-ci par-là. Les terrains de golf sont aussi particulièrement soignés et l'ensemble est toujours attrayant.

En revanche, quand on regarde de plus près, on se rend compte que Wii Sports Resort est beau de loin, mais loin d'être beau. Les Mii, par exemple, ont eu le privilège de récupérer des bras et des jambes, mais seulement pour certains minis jeux. En règle générale, ils ont toujours cette grosse boule ridicule à la place des mains. Les Mii spectateurs, quant à eux, sont vraiment misérables, on dirait des hommes troncs...
Au niveau des décors, quand on regarde plus près, on s'aperçoit à quel point les graphismes sont rudimentaires. Il y a l'essentiel, mais pas plus. Tout est carré et anguleux et les arbres rappellent l'ère de la N64 avec deux plaques de texture qui s'entrecroisent pour former les feuilles.

Mais ça n'est pas très important pour ce genre de jeu. On se concentre plus sur le gameplay et on oublie très vite la qualité toute relative des graphismes en jouant. Même si on se rend compte que de nombreux détails auraient pu être plus aboutis ou que le style est peut-être trop simpliste, l'ensemble est suffisamment soigné et chatoyant pour plaire. Il n'y a pas trop d'aliasing, pas de texture baveuse, le ciel est bleu, la mer aussi, il semble faire beau et chaud, l'ambiance est vraiment à l'été, bref : on est pas mal sur l'île Wuhu !

Musiques et sons

Kazumi Totaka s’était occupé de composer les musiques du premier Wii Sports. Il faut croire que depuis Wii Music, il a décidé de se terrer au fond d’une grotte avec un ours et d’y passer quelques hivers puisque c’est Ryo Nagamatsu qui s’occupe des musiques cette fois-ci.

Pas si étonnant que ça si j’ai eu l’impression d’entendre un peu de Mario Kart puisque son précédent travail était, justement, sur Mario Kart Wii (vous savez ? le jeu tout pourri pour casuals ^^)

Concrètement, le thème principal du premier opus a été repris et remanié sauce Nagamatsu. Il est plutôt chouette. Et comme dans le premier opus, on le retrouve dans chacun des jeux, joué avec des instruments différents.

Seul bémol, quand on a choisi son jeu et que l’on choisit, par exemple, son terrain, la musique se fait accompagner par un pauvre instrument fantomatique qui fait penser au générique de l’inspecteur Barnaby. Je peux vous dire que vous n’allez pas vous attarder bien longtemps sur ce menu. A moins d’être un méga fan de Barnaby frustré qu’il ait été détrôné par Louis la Brocante sur France 3 !

A chaque jeu sa « trame sonore » dirais-je. La plupart des jeux ne comporte q’une faible musique d’ascenseur ou bien pas de musique du tout. Hé ouais, on vous l’avait pas dit, mais Wii Sports est un jeu où il faut se concentrer. En fait, certains jeux font tellement de bruit qu’on n’aurait pas entendu la musique, donc autant ne pas en mettre.

En revanche, si on devait trouver une forme de qualificatif pour cette musique, c’est le mot « grand spectacle » qui me vient à l’esprit. Des rythmes plus soutenus, des instruments plus variés et une utilisation parfois abusive des trompettes et autres tambours donnent un aspect feu d’artifice à certains djingles. Esprit d’Intervilles, si tu m’entends.

A noter que toutes ces jolies musiques sont synthétiques. J’avoue que je n’aurais pas boudé un peu d’acoustique, notamment en repensant au golf dans le premier Wii Sports dont la musique est devenue ici un peu trop sophistiquée à mon goût. Par contre, qu’est ce que j’adore la musique du Seul contre tous au sabre ! Hohoho ^^ La preuve : c’est, je crois, le jeu qui fait le plus mal au bras et moi, juste pour entendre la musique, j’y joue sans arrêt. Résultat, je n’ai plus de force dans le bras droit. Quel con. Pire que la branlette, ce truc !

Côté sons, pas grand-chose à dire. Pas mal de sons digitalisés… Je ne vois pas vraiment quoi dire là-dessus si ce n’est qu’ils ne sont pas spécialement choquants malgré l’univers Miiique du jeu.

Restent alors les sons émis lorsque l’on réussit un truc. Là, j’aurais envie de dire que le mec qui les a faits a dû se faire plaisir. Franchement, j’aurais pas fait mieux. Entre le « Tsiiin » digne des plus belles orchestrations de l’orchestre Philharmonique de Prague et le tadam de taré façon Windows, y’a pas à dire… y’a pas à dire… y’a pas… en fait je sais pas quoi dire, moi. Et puis on s’en fout, non ?

Putain, le mec, il arrive à nous pondre 500 mots sur les musiques de Wii Sports… Vous pouvez chercher, vous ne trouverez pas d’autre site sur le web qui puisse en dire autant !

Bref, la suite.

Durée de vie

Avec ses 12 jeux différents, la plupart étant encore divisés en 2 ou 3 jeux annexes, Wii Sports Resort a d’excellents arguments pour vous tenir en haleine un bon nombre d’heures. Bien sûr, il est peu probable que vous les aimiez tous. Mais sur le nombre, il y en aura qui sortiront du lot et que vous préfèrerez aux autres. Chacun ses goûts (et chacun ses envies de se péter tel ou tel muscle). Avec ses objectifs, propres à chaque mode de jeu, Wii Sports Resort a de quoi vous forcer à revenir. Et comme tout jeu de score attack qui se respecte, à chacun de faire en sorte d’y revenir pour se perfectionner.

Sinon, quasiment tous les jeux et minis jeux sont jouables à plusieurs. De quoi agrémenter vos soirées entre amis ou vos journées de grève.

Le seul bémol à cette durée de vie, c’est qu’on a vraiment un sacré risque de se faire mal ! Oui, de se faire mal. C’est pas juste se faire une petite tendinite au bout de 3 ou 4 heures de jeu, c’est vraiment se faire mal au bout de 20 minutes. Aussi faut-il espacer les parties et surtout ne pas oublier de se dégourdir le bras après avoir joué.

En bref...

Pas vraiment de notes spéciales pour chaque section concernant ce test. Mais les notes finales sont toujours présentes !

Note finale d’Akin : 16/20
Le jeu a beau être attirant et sympathique, il n’en demeure pas moins une simple démo technique librement orientée casual gamers. On se surprend parfois à trouver quelque chose de compliqué, mais nan. Tout est simple, instinctif, et en plus, on nous explique vraiment tout. Bref, bien du plaisir, mais pas vraiment de casse-tête… C’est ce que j’aurais à reprocher pour ma part.

Note finale de Micke : 16/20
Loin d'être sans défaut, ce Wii Sports Resort nous offre pourtant quelque chose que l'on avait pas eu depuis longtemps : des promesses tenues. L'évolution qu'apporte le Wii MotionPlus est vraiment significative et malgré quelques ratés, on est loin du gameplay totalement aléatoire qui en a désappointé plus d'un sur Wii Sports. Ici, les gestes s'effectuent naturellement et instantanément à l'écran. Pour peu qu'on joue le jeu et qu'on ne se contente pas de bouger nonchalamment la Wiimote, avachi dans un canapé, on s'amuse vraiment ! Je suis d'accord, le Wii MotionPlus et Wii Sports Resort, c'est ce qu'on aurait dû avoir il y a 3 ans. Oui, on a le droit de le gueuler. Mais maintenant qu'on l'a, pourquoi s'en priver?

Note finale de Frostis Advance : 16/20
Sans voir la note de mes collègues, j’ai mis 16 aussi. Comme quoi, il le mérite son 16/20 le Wii Sports Resort ! Une grosse bouffée d’air dans la maniabilité, une utilisation quasi-parfaite du Wii MotionPlus, pas mal d’épreuves, des modes multijoueurs excellents, et une grosse partie d’high score. Par contre, ne vous attendez pas au blockbuster de l’année, mais plutôt à la très grosse démo technique du Wii MotionPlus. Mais en attendant les vrais gros jeux qui l’utilisent à fond, ce Wii Sports Resort remplit son contrat d’une fort belle manière.

Frostis Advance : introduction, présentation du jeu et du WM+
Akin : musiques, sons et durée de vie
Micke : graphismes


Test Donkey Kong Country Tropical Freeze sur Wii U
Test Nes Remis sur eShop Wii U
Test Assassin’s Creed IV Black Flag sur Wii U
Test de Batman Arkham Origins sur Wii U
Partenaires :
- Advance Wars Experience - All Soluces - All-Nintendo - GamerObs - Next Nintendo - Nintendo Wii - Wiiz - WireJess -