NintenDomaine à la pointe de la technologie:



Désolé, c'est Twitter qui m'a rendu comme ça.
(Thomas/Yoshi, dont l'épitaphe marquera plus que le pseudo)



LostWinds : Winter of the Melodias

Un an et demi après LostWinds, paisible vent de fraîcheur qui a soufflé sur le WiiWare, vous devez encore vous rappeler du « à suivre », qui a laissé un petit (voire gros) goût amer au fond de la gorge de quelques joueurs. En effet, LostWinds était une petite perle et on n’avait vraiment pas envie d’en voir la fin, surtout aussi vite. Et alors que le premier commençait peu à peu à sortir de nos têtes (j’me rappelais plus vraiment du scénario moi…), voilà que la suite débarque ! Une aventure qu’on nous annonce plus longue, avec quelques plus ou moins grosses nouveautés de gameplay… C’est donc avec un très grand plaisir que je me suis relancé dans cette ambiance si poétique et bucolique.

Rédigé par FoxMcCloud76, à bout de souffle
24/11/2009

Petit rappel pour ceux qui ne connaissent pas forcément le premier LostWinds, ou bien ceux qui comme moi, ne se rappellent plus vraiment l’histoire du un et souhaitent se la remémorer un chouïa avant d’éventuellement entamer le deuxième. C’est l’histoire d’un petit n’enfant, Toku, qu’il est tout mignon avec ses habits tout bizarres (limite péruvien… bref, peu importe). Dès le début, il fait la découverte de l’esprit du vent, Enril, qui se révèle être l’un des quatre Esprits Elémentaires. Mais elle a perdu tous ses pouvoirs, et elle a besoin de Toku pour l’aider à les retrouver ! Derrière tout ça, il y a le méchant Balasar, qui veut tout péter parce qu’il a la haine et que les Esprits Elémentaires n’ont pas été sympas avec lui par le passé. Cette association entre Toku et Enril sera donc l’occasion de lui botter les fesses, pour ainsi sauver le joli monde pacifique de Mistralis. On devra également partir à la recherche des autres Esprits Elémentaires, mais tout ceci sera réparti dans les suites du jeu, car dans le premier on n’en rencontre qu’un en plus d’Enril. C’est un résumé très bref, mais je ne veux pas en dire trop non plus, dans l’éventualité où je sois lu par des gens n’ayant pas fait le premier et désireux d’y remédier.


Le début de l’aventure.
Lui c’est Deo, le vieux qui s’occupe de Toku, et je sais pas si il pue.

Ce second volet commence donc dans la continuité du premier. On incarne toujours Toku, qui, allié à Enril l’esprit du vent, veut contrecarrer les plans de Balasar, et trouver l’aide des Esprits Elémentaires cachés parmi les habitants de Mistralis. En plus de ça (comme si c’était pas déjà assez difficile pour lui), la mère de Toku, qui est une femme qui ne se laisse pas faire, est partie se faire son expédition perso, et elle a eu quelques soucis… Il faudra donc partir à sa recherche, car c’est important, une môman (même pour toi k3v1n, et même si « cette grognasse » veut sans arrêt que tu ranges ta chambre). Il sera aussi question d’aller voler au secours des Melodias, un curieux peuple auquel il est arrivé un « léger » soucis, causé par l’affreux Balasar. Enfin voilà, c’est ainsi que le périple de Toku continue, et après une ascension rapide à dos de Magmok (un géant vert sympa), on se retrouve en plein froid, dans une autre contrée que celle visitée dans le précédent volet. La neige tombe, Toku est frigorifié, et il se doit d’avancer en se frayant un chemin rapidement d’une torche à une autre, pour ne pas terminer sa brève existence gelé comme un mister freeze. Mais ce n’est que le début, cette nécessité disparaîtra rapidement pour laisser place à un gameplay nettement moins contraignant.

Eh bien parlons-en du gameplay, parce que c’est un des gros gros points forts du jeu selon moi ! Avec l’ambiance enchanteresse, mignonne et tout et tout. Donc comme dans le premier, on contrôle Toku avec le joystick du Nunchuck, dans un environnement en 3D mais avec un gameplay 2D. Et dans ce jeu à la jouabilité si étonnante, tout le reste des commandes (ou presque) se fait avec Enril, l’esprit du vent, représentée à l’écran par le pointeur de la Wiimote.


Vous le voyez, le gros pointeur vert en spirale carrée ?

Donc avec la Wiimote, on contrôle le vent, on peut faire bouger les plantes pour recueillir des petits bidules bleus qui redonnent de la vie, souffler sur les gens, faire des sillages de feu pour tout faire cramer quand il y a une torche dans le coin... tout un tas de trucs, je n’explique pas tout ! Mais aussi faire sauter Toku en lui soufflant dessus (et ce plusieurs fois pour aller toujours plus haut ou plus loin) ! Ralentir sa chute, le faire avancer plus vite, le faire glisser sur la glace, le fracasser vers le bas pour le faire rebondir sur un gros champignon, les possibilités ne manquent pas pour interagir avec Toku. Maintenir un objet en l’air sera aussi possible, en faisant un cercle autour de l’objet, ce qui créera un vortex de quelques secondes. Exemple : un mur fissuré vous bloque ? Vous prenez ce rocher qui traîne là, vous l’envoyez en l’air et vous créez un vortex autour, puis vous le poussez avec Enril vers le mur pour le détruire. Bref, globalement, tout ce qui était possible dans le premier est dispo d’entrée dans ce LostWinds 2, c’est pourquoi je recommande hyper fortement d’avoir fait le premier pour être déjà habitué à tout ça. De toute façon, je trouverais ça un peu bête et dommage de commencer avec ce Winter of the Melodias sans rien connaître du premier. Ainsi, la jouabilité, quand on a bien compris le truc car c’est quand même très original, est excellente. Que du bonheur !

En plus des anciennes possibilités de gameplay toujours présentes, ce LostWinds introduit pas mal de nouvelles choses, et j’avoue que j’ai été très content là-dessus. Durant l’aventure, on sera amené à rencontrer Sonté, l’esprit des saisons, qui nous permettra d’intervertir entre l’été et l’hiver au contact d’une de ses nombreuses statues éparpillées un peu partout. Une nouveauté de taille, certes déjà vue, mais qui renouvellera grandement le gameplay et la progression, même si ça n’aura jamais rien de compliqué. Parmi les autres nouveautés, citons la possibilité de créer des boules de neige en hiver, ce qui servira en de nombreuses occasions. Il y a également la tornade, qui permettra de vider un bassin d’eau pour aller le déverser ailleurs, une très bonne idée là aussi. Notons aussi que Toku pourra nager, mais uniquement en été, car en hiver les étendues d’eau seront dures comme du béton, et oui ! C’est peut-être les nouveautés les plus importantes niveau gameplay, même s’il y en a quelques autres. Tout ça dans le but d’apporter toujours plus de subtilités par rapport au premier LostWinds.


Pour passer ce mur gelé, créez une boule de neige en faisant un vortex là où les flocons tombent, et balancez-la dans le mur !

C’est donc avec tout ça que vous allez devoir avancer dans l’aventure, en rencontrant quelques personnes plus ou moins bizarres sur votre chemin et dans les villages, en parcourant quantité de salles et en résolvant les quelques énigmes plutôt variées qui nous sont proposées. En plus de ça le jeu possède également un aspect très plates-formes. Les énigmes sont simples, difficile de rester bloqué dessus. Ou bien si ça vous arrive ça ne sera pas pour longtemps. Car tout est d’une évidente clarté dans LostWinds, le level design est très bien pensé et même si c’est pas un jeu de hardcore gamerz qui va vous en faire baver, c’est un véritable plaisir. C’est simple, mais pas trop, tout en étant loin d’être difficile, c’est compris ? Un jeu cool où on ne se prend pas la tête, et dont on ressort avec une tension et un pouls à toute épreuve ! Un jeu que recommanderait tout bon médecin, assurément.

Avec ça, il y a bien évidemment tout un tas de monstres qui sont là pour vous barrer la route. Des petites boules noires envoyée par Balasar appelées Glorbs, mais ils ne sont même pas dangereux. Juste un prétexte pour s’arrêter et les tabasser un peu avec le pointeur. Par contre il y a des Glorbs plus évolués, certains volent à l’aide de feuilles, d’autres ont trouvé des pierres pour se transformer en crabes bien résistants, et il suffit juste de trouver la technique pour les tuer. Ils sont chiants mais là encore, pas vraiment dangereux pour Toku, vu que c’est Enril qui fait le travail. On a aussi droit aux Glorbs d’eau et à des Glorbs de feu. Là encore y’a une technique simple, par exemple balancer de l’eau pour éteindre les Glorbs enflammés, et ensuite les terminer en les tapant avec des bourrasques d’Enril. Il existe aussi les supers gros Glorbs, qui font un peu office de minis-boss, mais qui ne sont pas ardus non plus à avoir. Les ennemis dans ce jeu, même si c’est bien marrant, ça reste minime niveau challenge, ils sont juste là pour le fun. Pour dire je ne suis jamais mort, et pourtant j’suis pas un PGM… Bien sûr, on aura aussi droit à notre bon vieux boss final, et celui-ci, tout comme dans le premier LostWinds, possède un ou plusieurs points faibles qu’il faudra prendre le temps de trouver, car le combat est plutôt long. Mais je n’en dirai pas plus bien sûr. ^^


Ceux-là sont des Glorbs de base, très faciles à tuer.
Si l’envie vous prend de les rôtir à l’aide de la torche vous pouvez.

N’oublions pas la réalisation du jeu, qui est également un gros point fort. C’est simple, c’est magnifique. Alors faut être honnête, techniquement c’est pas top. On est sur WiiWare, donc les jeux trop gourmands en mémoire sont proscris. Ainsi, les textures sont pauvres, y’a de l’aliasing, c’est pas hyper fouillé, mais on s’en fout ! C’est artistiquement enchanteur, très joliment coloré, le design général est adorable, les animations sont réussies, bref c’est très bien. Pour un jeu WiiWare, c’est magnifique, probablement ce qui s’est fait de mieux en terme de 3D sur le support. Je pense pouvoir dire qu’il est légèrement plus joli que le premier, même si ça reste toujours extrêmement proche. Je vais prendre comme exemple l’effet de distorsion quand on passe derrière une stalagmite, c’est le genre de petits plus graphiques qui je trouve font la différence par rapport à LW1, et qui sont bien plaisants.

En dehors de ça, quelques bugs occasionnels sont à déplorer, mais c’est pour chipoter plus qu’autre chose. J’ai eu affaire une fois à un bug qui a bloqué ma progression, car j’avais fait quelque chose que je n’étais pas censé pouvoir faire, et l’objet dont j’avais besoin a disparu complètement. Mais je m’en suis rendu compte tout de suite donc je n’ai pas été bloqué, j’ai juste relancé le jeu depuis la dernière sauvegarde, rien qui ne m’ait dérangé. ^^


Une magnifique clairière où repose une étrange créature.

Musicalement, pas d’évolution depuis le premier volet, puisque la bande son est la même. Je ne saurais vous dire s’il y a de nouveaux morceaux, c’est bien possible que oui, mais ça reste léger si c’est le cas. Le thème principal, lui, n’a pas changé d’une note ! C’est toujours superbe, musiques d’ambiance reposantes, et c’est un plaisir là aussi. Attention, y’a pas QUE des musiques relaxantes non plus ! Quelques fois ça s’emballe un peu quand il y a des monstres dans le coin, mais ça reste cool malgré tout. Comme je l’ai dit on est sur WiiWare, c’est sûrement la raison pour laquelle il y en a peu de différentes en tout. Donc très bonne bande sonore, même si ça tourne vite en boucle. Pour ma part ça ne m’a posé aucun problème. C’est pas comme si le jeu durait 30 heures non plus, si vous voyez ce que je veux dire.

Concernant les sons et voix dans le jeu, c’est plutôt basique. C’est comme dans le premier pour ceux qui connaissent, et je ne vois rien à redire dessus de spécial, si ce n’est que c’est réussi.

Comme je l’ai dit le jeu est facile, même s’il n’est pas simpliste pour autant. Par rapport au premier, on a la possibilité d’ouvrir la carte du monde en appuyant sur select/moins, ce qui est très utile car on devra se taper quelques allers et retours et il y a pas mal d’embranchements, d’autant plus que le monde à visiter dans ce LostWinds 2 est un peu plus vaste que dans le premier. Niveau quêtes optionnelles (qui sont au nombre de… deux ^^), il faudra retrouver les pages perdues du journal de la maman de Toku, qui nous en apprendront un peu plus sur son voyage et les quelques gros ennuis qu’elle a rencontrés. En plus de ça, on aura l’occasion de récupérer des petits totems sur notre chemin. Il y en a 48 en tout, soit deux fois plus que dans le premier. Mais tous les avoir se révèlera d’une facilité déconcertante, surtout que l’on peut regarder sur la carte dans quelles zones sont ceux qu’il nous manque… Une durée de vie pas énormément rallongée par tout ça donc. Pour réellement comparer, LostWinds premier du nom proposait une quête facile de 24 totems, mais il n’y avait aucune carte à notre disposition et il me semble qu’ils étaient mieux cachés. Malgré tout, ces petits totems servent enfin à quelque chose dans WotM, ils permettent de débloquer un modèle 3D ainsi qu’une petite explication sur bon nombre de personnages rencontrés en jeu, 24 en fait (deux totems = 1 perso débloqué). C’est toujours sympa.


Toku c’est un fou lui, pour passer il crame tout sur son passage.

Et donc le véritable point faible du jeu, comme vous vous y attendez, c’est sa durée de vie. Mais peut-on parler de point faible quand le jeu est proposé au prix assez dérisoire de 10 euros ? Je ne pense pas. Pour rappel, le premier LostWinds je l’ai terminé en 3h30, mais il faut dire que je prenais mon temps, car je savais qu’il était court. Mais c’est pas une raison je prends toujours mon temps quand j’apprécie un jeu de toute manière. Et pour ce Winter of the Melodias ? Bah j’ai mis 4h30 à en voir la fin. Je dirais même que j’ai mis 5 heures de jeu en tout, car j’ai voulu récupérer tous les petits totems cachés (enfin cachés c’est vite dit, c’est ultra simple de tous les avoir), et re-finir le jeu pour voir s’il n’y avait pas une meilleure fin après ça (la réponse est non ^^). Donc comptez une heure de plus par rapport au premier LostWinds, ce qui est vraiment pas mal au final. Et même si la frustration est semblable au premier car j’aurais aimé que ça dure plus longtemps, je ne regrette vraiment pas mon achat. 20 euros pour 7-9 heures de jeu, mine de rien, c’est très correct. On sait déjà que LostWinds 3 est en préparation car l’histoire n’est pas encore terminée, et pour ma part j’ai hâte.

En bref...

Note Finale : 17/20
Au final, c’est un petit jeu sans grande prétention, tout mignon et enchanteur (je sais je l’ai déjà dit), que j’aurais envie de conseiller à tout le monde. Même à ceux qui sont habitués à ne jouer qu’à des jeux de bourrins tiens, ça leur ferait du bien, héhéhé… Un jeu qui ne paye pas de mine à première vue, mais qui se révèle être original et vraiment très sympathique à jouer. Je pense pouvoir dire qu’il est un peu meilleur que le premier opus. Plus long, un poil plus joli avec ses environnements plus variés, plus de possibilités avec Enril, bref que du plus ! J’avais adoré le premier malgré sa durée de vie et sa trop grande simplicité, et là c’est pareil, sauf que j’ai moins à redire sur les défauts, bien qu’ils soient toujours là. Si l’envie vous prenait de vous mettre à ce petit bijou (petit hein, faut pas abuser non plus !), je ne pourrais vous dire qu’une chose :

- Ceux qui n’ont aucun des deux LostWinds, commencez par le premier évidemment, il est toujours très sympa !
- Et pour ceux qui ont vraiment aimé le premier, eh bien vous vous devez d’acheter celui-ci, ça me paraît évident quand même. ^^

Bref, si le jeu avait été vendu au prix fort, il est clair que je n’aurais pas été si gentil, et ses défauts passeraient bien plus difficilement. Au final, le rapport qualité/prix se révèle être très bon, alors je pense que cette note est méritée. Un des meilleurs jeux de la plate-forme WiiWare.

FoxMcCloud76


Test Yoshi’s New Island sur Nintendo 3DS
Test Donkey Kong Country Tropical Freeze sur Wii U
Test Nes Remis sur eShop Wii U
Test Assassin’s Creed IV Black Flag sur Wii U
Partenaires :
- Advance Wars Experience - All Soluces - All-Nintendo - GamerObs - Next Nintendo - Nintendo Wii - Wiiz - WireJess -