Point & Click

Dico par sknot, le

Lointain cousin du RPG, mais qui a gardé des racines communes avec ce dernier, dans la mesure où il est tout aussi chiant, voire beaucoup plus.
On parle de Point & Click pour désigner un jeu d'aventure à la troisième personne dans lequel on dirige son personnage et on réalise les différentes actions uniquement en utilisant le curseur de la souris ; ainsi, on trouvera principalement ces jeux sur PC, bien que des adaptations consoles existent.
On fait bouger son personnage en cliquant au hasard sur l'écran, ce qui aura pour effet de le faire se diriger vers l'endroit où on a cliqué. Logique. Le scénario est habituellement plutôt développé, puisqu'il s'agit ici de suivre son personnage dans toutes sortes d'aventures plus ou moins crédibles.

Les Chevaliers de Baphomet, sur PC, qui est l'un de mes jeux préférés.
Le héros, George, est le blond en jean qui a l'air de se demander comment il a pu atterrir dans un magasin de farces et attrapes en étant sur la piste d'un groupe de néo-templiers.

Dès qu'on arrive dans une nouvelle zone, le principe est de chercher à examiner tout ce qui est visible à l'écran, du chewing-gum écrasé par terre au mégot jeté dans une poubelle, car ici, n'importe quel objet peut se révéler crucial. On stocke ainsi une quantité considérable d'objets dans son pantalon et quand on se retrouve bloqué sans savoir quoi faire, la solution est généralement d'essayer de combiner tous ces objets entre eux, de façon à obtenir ce qu'on cherchait depuis trois plombes. Mc Gyver repassera, ce n'est qu'un amateur à côté de vous.

Une chèvre attaque ! Vite, fabriquons un fusil à pompe avec un briquet et un balai pour chiottes !
(Les Chevaliers de Baphomet)

La durée de vie des Point & Click est plutôt longue, puisqu'ils sont souvent assez difficiles, et certaines énigmes demandent énormément de patience (et de chance - il faut trouver quoi combiner avec le jambon pas frais !). Les différents personnages que vous rencontrez (des milliers) sont souvent très drôles, et vous aurez l'occasion (en fait vous serez obligé) de parler avec eux de tout et de n'importe quoi, le n'importe quoi étant la partie la plus importante si vous voulez avancer dans votre enquête.

Vous pouvez ici admirer l'éventail d'actions qui s'offre à vous, et à droite les objets très utiles que vous avez amassés.
(Monkey Island 2: LeChuck’s Revenge, qui fait partie d'une des séries les plus célèbres de Point & Click)

Quelques exemples de Point & Click :

  • La série Les Chevaliers de Baphomet
  • La série Monkey Island
  • La série DiscWorld
  • Still Life
  • ou encore Maniac Mansion, initiateur du genre en 1987.

Étiquettes :

Partager :  

Une réaction ?

Commentaires(3)

  • Itooh
    Itooh le

    Et Zack & Wiki, alors ? =p
    Faudra que je me mette un peu plus au genre un jour en tout cas. Moi qui aime les dialogues inutiles… Même si pas mal de ces jeux souffrent de défaut pas vraiment engageant aujourd’hui (je pense aux jeu de Sierra et leur cruauté inutile, que LucasArts a heureusement su éviter).

  • sknot
    sknot le

    Pour moi la meilleure introduction possible au genre, c’est la remise au goût du jour de Monkey Island 1 & 2. Magnifiques, drôles et pas prise de tête grâce au système d’indices implémenté dans le jeu (que j’ai utilisé tout au long de la partie parce que les énigmes sont incompréhensibles et sans grand intérêt à mes yeux, j’y jouais pour l’univers et les dialogues).

  • Yohmi
    Yohmi le

    sknot, justement, puisque certaines énigmes de Monkey Island 1 & 2 sont franchement « vieilles », avec des trucs parfois pas logiques du tout et qui sont pas nécessairement marrants à faire (je me souviens de cette histoire de liquide à transporter, là…). Je pense que Les Chevaliers de Baphomet (1 & 2) et Monkey Island 3 sont davantage appropriés pour découvrir le genre, car ils ont été conçus sur une base plus moderne… après, si l’on aime le genre, on peut se plonger dans des titres plus sombres (Nightlong, Beneath A Steel Sky, Sanitarium…), et fouiller dans les vieilleries (Monkey Island 1&2, Day of the Tentacle, Full Throttle…), mais c’est plus vraiment pour le plaisir de jeu à proprement parler, à ce niveau, c’est de l’archéologie :P (car c’est bardé de trucs un peu limite qui collent plus avec notre époque).

    En parlant de remise au goût du jour, la dernière vidéo de DoubleFine au sujet de Grim Fandango montre qu’ils ont juste été capables, a priori, de changer la modélisation des personnages en temps réel. Le reste, c’est que de l’upscaling (et un peu moins de compression quand c’est possible). C’est moche. J’ai pensé, naïvement, qu’ils auraient encore les fichiers 3D des décors stockés quelque part et qu’ils les auraient rendus à nouveau…