Le point sur Pokémon GO !

Compte-rendu par Bidoman, le

Comme hier soir, le Nintendo Treehouse n'en finit plus, mais la session de ce soir fut, en toute logique, bien plus variée, avec même quelques surprises non prévues au planning !

Alors que le showroom s'évertue à jouer à Dragon Quest depuis 20 min, j'en profite pour faire un point sur le jeu qui a ouvert le Treehouse : Pokémon GO.

C'était l'occasion d'en apprendre davantage sur cette application révélée en septembre dernier et restée dans l'ombre jusqu'ici. Le plateau du Treehouse était rutilant, avec 9 intervenants triés sur le volet, parmi lesquels Tsunekazu Ishihara, président de The Pokémon Company, Junichi Masuda de chez Game Freak, Tatsuo Nomura de chez Niantics (la société à l'origine du projet) et même Shigeru Miyamoto en personne. Une belle brochette s'apprêtant à parler pendant 45 min de Pokémon GO.

Coucou !

Pour les deux du fond qui ne suivent pas, déjà, Pokémon GO, c'est quoi donc ? C'est une application sur smartphone que Nintendo et Niantics ont développé en collaboration, permettant ni plus ni moins que de rencontrer autour de soi des Pokémon en réalité augmentée, de les capturer, les entraîner et d'affronter d'autres détenteurs de l'application. En gros, vous vivez Pokémon comme dans les jeux classiques de la saga. Un véritable rêve de gosse.

Depuis plusieurs mois, une version bêta était en test en Australie, aux États-Unis et au Japon. D'ailleurs, le troisième en partant de la gauche sur la photo de classe est un des heureux participants de cette version d'essai. Tout le monde sur le plateau est confiant : la bêta est bien partie et les choses se déroulent bien.

La discussion se poursuit par quelques démonstrations de capture. Une question arrive : quels Pokémon seront représentés ? Dans un premier temps, il faudra se contenter des 151 premiers Pokémon (les meilleurs). Une façon de célébrer dignement les 20 ans de la licence cette année. Mais bien entendu, à terme, toutes les bestioles finiront par être disponibles !

Mais la conversation dérive bien vite sur un petit objet que porte notamment Miyamoto au poignet : le Pokémon GO Plus ! Le petit objet est connu depuis un bon moment mais sa fonction se précise. Pour vous éviter de vous trimbaler toute la journée avec le smartphone à la main (quoique, ça ne changera pas beaucoup la vie des gens, en fait) afin de trouver un Pokémon, le Pokémon GO Plus vous simplifiera la vie. Ce petit accessoire Bluetooth sera relié au smartphone et à l'application, et vibrera lorsqu'un Pokémon sera à proximité de vous. Là, deux choix s'offrent à vous : soit dégainer le téléphone pour tenter une capture à la régulière, soit simplement appuyer sur le bouton central du Pokémon GO Plus afin de tenter une capture automatique. Idéal pour ne pas passer pour un con si un Taupiqueur se ramène alors que vous êtes à un enterrement, par exemple.

La petite diode sur le dessus vous indiquera ce qu'il en est : vert, et votre Pokémon est capturé. Rouge, c'est l'échec. Le Pokémon GO Plus permettra en outre de rencontrer également des PokéStops, des zones précises où vous pourrez récupérer des PokéBalls, des baies et même des œufs de Pokémon ! Seul inconvénient, plutôt léger : 35 DOLLARS le machin. Un prix un poil élevé pour une simple télécommande Bluetooth. Si ça vous intéresse toujours, ce sera disponible fin juillet !

Au fait, vous vous souvenez du 1er avril 2014 ? Sur NDM, facile, on n'a rien fait. Mais sur Google, ils n'ont pas trainé, avec le fameux Pokémon Challenge, où vous deviez trouver les Pokémon éparpillés aux quatre coins du monde sur Google Maps. Si vous ne vous en souvenez pas, demandez à Athanor : il sera fier de vous exhiber son diplôme de dresseur envoyé par Google même, certifiant qu'il a trouvé toutes les créatures (le fou). Bref, lors du Pokémon Challenge, l'icône de position de Google Maps arborait les couleurs d'une PokéBall... Que l'on retrouve sur le Pokémon GO Plus.

Rien d'anormal, puisqu'en réalité, le Pokémon Challenge a donné naissance à Pokémon GO ! C'est suite à cette expérience que Pokémon GO a commencé à voir le jour ! Vous pouvez retrouver quelques détails sur le processus dans cette courte interview !

Mais bref, je m'égare ! Revenons au Treehouse !

Le téléachat par Miyamoto, c'est quand même la classe.

Au niveau du système de jeu, la capture semble être davantage une histoire de visée sur l'écran que de véritable combat. On peut ainsi gérer la trajectoire de sa Ball, sa vitesse, sa force. L'évolution est également au programme, mais se gère différemment. Elle est en effet provoquée par des bonbons, récupérés en capturant des Pokémon. Il vous faudra donc probablement capturer plusieurs fois le même Pokémon pour collecter suffisamment de bonbons correspondants et le faire évoluer !

Concernant l'interaction entre joueurs, rien au programme pour la sortie, mais les échanges arriveront bien entendu par la suite. Il faudra donc se montrer patient. On nous reparle également des grands évènements de capture collective comme présenter dans le tout premier trailer, mais pas plus d'infos là-dessus.

Qu'en est-il de Pokémon Soleil et Lune ? L'équipe du Treehouse l'assure : un lien sera possible entre ces versions et Pokémon GO. Sous quelle forme ? Pas de détail !

Dernier point de détail, et non des moindres : le prix ! Qui dit application, dit deux modèles commerciaux : soit un free-to-play avec des micro-paiements à la chaîne en suivant, soit une application payante une bonne fois pour toutes. On le sait désormais : Pokémon GO sera bel et bien free-to-play. Les micro-paiements seront effectués via les PokéCoins, la monnaie du jeu. Mais les premiers retours des testeurs bêta sont très encourageants : il est possible de jouer plusieurs heures, en capturant des dizaines de Pokémon, sans débourser un centime ! Une nécessité si le jeu veut percer, surtout auprès du jeune public.

En l'état actuel des choses, Nintendo vise une sortie durant le mois de juillet, mais rien n'est sûr. En tout cas, Pokémon GO est bientôt à nos portes et s'annonce plutôt ambitieux, à défaut d'être exceptionnel dans son gameplay. Je prédis surtout un succès monstre à travers la planète : Pokémon est un phénomène social toujours fort, et devenir soi-même un dresseur constitue un véritable rêve. Il sera facile, je pense, de se prendre au jeu et de chercher les Pokémon autour de chez soi, en marchant dans la rue, en allant faire ses courses... Ce qui donnera lieu sans doute à quelques situations assez cocasses dans la vie quotidienne !

Pour les fous qui veulent revoir la partie du Treehouse consacré à Pokémon GO, c'est juste ici !