L’action Nintendo en prend un coup après la conférence Switch

Nouvelle par Bidoman, le

C'était prévisible : les actionnaires sont lunatiques et insatisfaits. Ces derniers mois, à part lors des lancements de Pokémon GO et de sa mise à jour avec la deuxième génération, l'action Nintendo à la bourse de Tokyo n'a pas eu l'occasion de décoller massivement. Même si son niveau actuel n'est pas honteux, loin de là, le moindre pet de travers fait tressaillir les boursicoteurs inconsistants.

Il en a été de même lors de la sortie de Super Mario Run, où le prix de 10€ pour le jeu complet à freiner les achats ("depuis quand on paye pour jouer à Mario ?", ont osé dire certains débiles sur Twitter) et où l'action a chuté, encore une fois.

Hier, à la suite de la présentation détaillée de la Nintendo Switch, rebelote : les cours ont plongé.

Tout allait bien jusqu'à 13h35, les marchés avaient la main dans le slip avant l'annonce, puis ce fut la lente chute. De l'ouverture à 24 910 yens à la fermeture à 23 750 yens, l'action Nintendo perd 5,75%, une baisse relativement marquée et qui traduit bien, encore une fois, que les investisseurs n'attendaient pas ça. Après, ce qu'attendent les investisseurs, on ne le sait pas vraiment de toute façon, sinon, il n'y aurait jamais de krach boursier.

Mais on peut quand même en conclure que la présentation n'a pas déçu que les joueurs : cette chute de l'action traduit aussi une certaine crainte vis-à-vis de l'avenir de la console. Avec un lancement pauvre, un prix relativement élevé pour la console et les accessoires, un cœur de cible mal défini (enfants ? Jeunes adultes ? Familles ? Console de salon ou portable ?), Nintendo n'a pas vraiment convaincu les financiers. Et pour une fois, il est difficile de leur donner totalement tort.

Wait and see, comme disent les vieux : on verra lundi à la réouverture comment l'action évolue après les heures de Treehouse montrant les jeux en détail, et les premiers retours du public lors des évènements du week-end partout dans le monde.