Les origines de Suda 51

Minute du Prof par Fire Rafou, le

Avant de devenir un créateur mondialement reconnu, Suda 51 a fait un bout de chemin, comme tout le monde. Voici comment il est entré dans le monde du jeu vidéo.

A l'origine, Suda était un croque mort, le chemin qui l'a mené à ce qu'il est aujourd'hui commence donc assez étrangement. Étant un fan de jeux d'arcade et de catch, il postule pour un emploi chez Human Entertainment, qui est à l'origine des jeux Fire Pro Wrestling, une aubaine pour Suda qui pense donc allier ses deux grandes passions pour son travail.

Après deux mois sans réponses, Suda, qui n'espérait plus rien, reçoit une réponse favorable pour un poste fixe, c'est la fête !

L'expérience d'un croque mort n'étant pas très utile pour le développement d'un jeu, Suda débute dans le métier en tant que scénariste sur "Super Fire ProWrestling 3 : Final Bout". Poster une offre d'emploi pour trouver un scénariste de jeux de catch, l'idée est assez spéciale et l'entreprise ne devait sûrement pas être en crise. Mais l'affaire fonctionne plutôt bien, Suda enchaîne les jeux de catch et il commencera à se faire une petite renommée grâce à Super Fire Pro Wrestling Special où il met en avant sa discipline préférée (la lucha libre, du catch mexicain) et en orchestrant le suicide du personnage principal.

En arrivant à l'ère de la PlayStation, Human Entertainement et Suda 51 lancent une trilogie appelée Syndrôme, jeu qui mettait en scène des lycéennes japonaises luttant pour leurs survies. La quantité de textes contenus dans le jeu (le rangeant ainsi dans la case malaimée des romans interactifs) et surtout le succès incroyable de Resident Evil précipiteront cette série dans les abîmes de l'oubli.

Tout comme l'a été Shenmue pour Sega, Syndrôme a été une série ambitieuse et qui ne rapporta pas assez, forçant Human Entertainement à mettre la clé sous la porte.
Suda sort triste de cette entreprise, son œuvre n'ayant rien rapporté, ce qui lui fit comprendre par l'expérience ce que les risques d'une entreprise peuvent avoir comme répercussion.

Heureusement pour nous, après 5 années chez Human, il continua malgré tout dans le métier en fondant sa propre entreprise en 1998 qui est l'actuelle : Grasshopper Manufacture.