Link est-il un elfe ?

Minute du Prof par Akin, le

C’est vrai qu’on a souvent tendance à le dire. Qu’en est-il vraiment ?

Tout d’abord, posons-nous la question de savoir ce qu’est un elfe. J’ouvre mon encyclopédie des mythologies du monde à la page des mythologies d’Europe du Nord et d’Europe Centrale et je trouve ici des elfes. C’auraient été, notamment en Islande et en Scandinavie, de petits êtres magiques, probablement comparables à nos farfadets d’occident (Lutins d’Angleterre, Korrigans de Bretagne…) mais certainement plus proches des Nymphes de la Grèce antique. Protecteurs de la nature et de la fertilité, ils avaient une essence divine. Ils étaient des « dieux mineurs ». Les Germains disaient d’eux qu’ils étaient farceurs et espiègles (comme les lutins, les leprechauns, les korrigans, les poulpiquets et toute la clique, donc).

Depuis, leur nom a été emprunté dans plusieurs contes merveilleux. Andersen parlera une fois d’elfes comme étant des êtres minuscules pourvus d’ailes (plus proches des Pixies -fées- britanniques, donc), une autre fois d’elfes comme étant des femmes magnifiques vivant dans les collines verdoyantes.

En musique, Wagner distinguera les Elfes de lumière (Lichtalben) des Elfes noirs (Schwarzalben). Les premiers seraient des dieux Ases (les dieux guerriers de la mythologie Nordique tels que Thor, Odin et compagnie), les seconds seraient des nains forgerons.

Tout cela nous conduit directement à Tolkien qui a réutilisé ces mythes dans ses histoires de la Terre du Milieu (le Seigneur des Anneaux etc…). Chez lui, les elfes sont des personnages semi-divins, grands, beaux et nostalgies voire mélancoliques. Ils sont en opposition avec les Nains qui sont nés les premiers alors qu’il n’était pas prévu que ça se passe comme ça. Leur civilisation est en déclin par rapport à celle des Hommes. Physiquement, ils sont repérables à leurs oreilles pointues.

Par la suite, les elfes de Tolkien seront réutilisés et transformés tantôt en guerriers bien classes, tantôt en mages et autres nécromanciens.

Maintenant, qui est Link ?

Déjà, ici, ça pose problème puisque l’on ne sait jamais dans quel monde Link vit. Tantôt il est un Hylien (Ocarina of Time) tantôt le descendant des Hyliens (A link to the Past, Wind Waker), tantôt un Humain tout ce qu’il y a de plus banal (Twilight Princess, Spirit Tracks)… C’est assez fâcheux.

Ce que l’on sait, c’est qu’il a un long nez et de grandes oreilles pointues. On aurait vite fait de rapprocher ce dernier élément des elfes de Tolkien. Pourtant Link n’est ni filiforme (il est même un peu costaud) ni grand (il fait la même taille que Zelda) et n’a jamais été présenté comme étant beau.

Il n’est pas non plus un farfadet espiègle et farceur (bien que l’on puisse ainsi définir les Kokiris dans Ocarina of Time) ni une génération spontanée issue de la volonté des dieux (dans A link to the Past, il vit chez son oncle, dans Ocarina of Time, il a été abandonné par sa mère, dans Wind Waker, il vit avec sa sœur et sa grand-mère…).

En clair, il ne correspond à rien de ce que j’ai énoncé plus haut. Alors certes, on pourrait me dire que ma définition des « elfes » se réduit à ce qu’il y a de plus connu et de plus commun… Mais si ce que j’ai mis là-haut ne permet pas de retrouver des constantes parmi tous les elfes de l’histoire de l’art, alors nous sommes tous des elfes et le problème est réglé.

Pour en revenir à Link, puisqu’il n’a qu’une seule caractéristique commune aux elfes de Tolkien (les oreilles pointues) on peut aisément se dire entre nous qu’il peut aussi être autre chose qu’un elfe. Sinon on pourra aussi dire que Satan Petit Cœur (Piccolo pour ceux qui n’ont pas connu l’effroyable traduction de la série Dragon Ball ^^) est un elfe.

Bref, parmi toutes les possibilités que nous offre l’imaginaire collectif, nous retenons plus souvent le peuple Elfe pour catégoriser Link. D’un point de vue mythologique, il n’y rien à voir avec eux. Maintenant, je vous laisse vous faire votre opinion sur la chose.