Encore des artworks pour Breath of the Wild…

Nouvelle par Bidoman, le

Allez, on tient le coup. Plus qu'une semaine avant la sortie de la Nintendo Switch et du très attendu (euphémisme) The Legend of Zelda: Breath of the Wild. La pression monte comme rarement elle est montée, le slalom entre les spoils commence à être relativement compliqué, et les journalistes commencent à livrer des premiers verdicts timides avant les tests officiels qui n'arriveront pas avant le 2 mars normalement.

Et autant vous dire que ça chauffe dans les pantalons des testeurs, surtout chez les ricains, qui sont sur la béquille depuis l'allumage du jeu (pour les filles, insérez ici une blague graveleuse à base de serpillère et de bassines). Magnifique, parfait, puissant, dur, impressionnant, renversant, mythique, légendaire, historique : je ne parle pas de ma béquille, mais bien du jeu, car c'est généralement le genre de retours tout en nuance qui commence à se répandre sur la toile.

Pendant que les journalistes se répandent, justement, et en mettent partout, Nintendo continue tranquillement d'égrainer les images et artworks du jeu sur sa page Facebook. Le dernier point a été fait en début de mois : c'est le moment d'une nouvelle session qui fait plaisir.

Y a pas à dire, ça envoie toujours autant. Les trois images dans le jeu montre un chargement sur un âne tout mignon, que l'on retrouve d'ailleurs dans les artworks. Le combat contre le lézard est un classique, et il parait que ces bastons seront plus difficiles qu'avant ! Quant au selfie de Link, hé bien... C'est Zelda qui tient l'appareil ?

Niveau artwork, vous remarquerez qu'une image a été publiée en exclusivité chez Game Informer comme l'indique LE SUBTIL ET TRÈS DISCRET watermark. Celle avec le cœur a été publié, vous vous en doutez, pour la Saint-Valentin. Mais je m'arrête juste une seconde sur celle des Korogu, parce que, vous le savez, j'aime bien les Korogu. On constate très nettement que le personnage de gauche est Fagus (ou Oakin en anglais), un Korogu apparu dans The Wind Waker. C'est le même, y a pas de souci.

En revanche, l'autre à côté est totalement inédit. Et en plus, il porte sur le visage une feuille parfaitement reconnaissable, puisque c'est du Ginkgo biloba ! Voilà, c'est tout, ça ne nous apprend rien de plus. Sauf si on extrapole comme des sauvages : vu son aspect et en sachant que le Ginkgo est un arbre préhistorique qui a résisté à plein d'extinctions de masse et qui est sur Terre depuis presque 300 millions d'années, ça ne m'étonnerait pas que ce Korogu soit un vieux sage ou un truc du genre ! Ce qui correspond bien au reste de son look, avec d'épais sourcils et de la merde partout sur la tête, façon vieil ermite.

C'est tout pour le cour de biologie végétale ce soir ! Conclusion : le 3 mars, c'est loooooin !