Rime arrive cet été, et ça rime avec “se faire enfler”

Nouvelle par Bidoman, le

J'ai failli vous parler de Rime il y a déjà quelques semaines, lorsqu'il a été annoncé sur Nintendo Switch. Puis j'ai oublié.

C'est quoi donc, alors, Rime ? C'est un jeu développé par les studios Tequila Works et Grey Box, prévu pour PS4, Xbox One, PC et bien sûr Switch dans quelques mois. Le jeu en cell-shading est une sorte de puzzle-game, où le héros parcourt une île remplie d'énigmes. De loin, ça me rappelle un peu le fameux The Witness sur lequel tout le monde s'est astiqué l'an dernier.

Y a pas à dire, ça a l'air beau et poétique, surtout, ce qui est un excellent point pour que tout le monde s'astique dessus de même dans quelques mois. J'ai l'air aigri ? Pas le moins du monde. C'est juste qu'avec les kilos de jeux indés poétiques sortis ces dernières années, on commence un peu à tous les confondre. Mais je ne doute pas que ce Rime sera sans doute très agréable à jouer. Je dois même avouer que je suis un peu intéressé à la vue de la vidéo !

De fait, le studio a révélé hier la date de sortie... sur les autres supports. Ce sera donc le 26 mai que le jeu sera disponible, au prix conseillé de 34,99€ en France, en version dématérialisée mais aussi en boîte. Et là, catastrophe : alors qu'on pensait que la Switch serait aussi bien lotie, on apprend que Rime sortira chez Nintendo durant l'été (sans avoir de date exacte) sur la nouvelle console de Nintendo, au prix incompréhensible de 44,99€ ! Dix balles de plus pour l'avoir sur Switch, quel est le fuck ?

Alors là, on se dit : ouais, mais ça s'explique sans doute parce qu'il y aura du contenu en plus. Non non, rien du tout. Même pas un DLC ou quoi, que dalle. C'est juste plus cher parce que voilà, ta gueule. Le studio responsable du portage, Tantalus, qui s'est notamment occupé de Twilight Princess HD sur Wii U, réfléchit à inclure, par exemple, une prise en charge des vibrations HD, mais sans l'affirmer. Et quand bien même, ça fait cher le surcoût pour ressentir le ressac dans un Joy-con qui se déconnecte !

Certains parlent de royalties, d'autres de coût de développement plus élevés, mais ça n'a pas vraiment l'air de tenir la route, car généralement, les portages sont proposés au même prix. Heureusement, la présence d'une version physique permettra au pire d'acheter le jeu en occasion pour moins cher après quelques mois. Espérons cependant que d'autres mauvaises surprises de la sorte ne seront pas trop fréquentes à l'avenir, sans quoi la Switch aura du mal à gagner la confiance du public.

Étiquettes :

Partager :  

Une réaction ?

Commentaires(3)

  • Micke
    Micke le

    Bon ben on prendra la superior version à moins cher sur PS4, pas grave. J’espère aussi que ça ne deviendra pas une habitude. Surtout si le marché de l’occasion est identique que sur Wii U…
    Sinon le jeu a l’air sympa mais il sembre très loin de The Witness :love:

  • Phant
    Phant le

    Personnellement l’excuse que j’ai lue, c’est “sur Switch on peut également y jouer en mode portable”. On paierait donc 10€ de plus pour quelque chose qui est permis par la console et non le jeu lui-même ? J’ai du mal à suivre leur logique… surtout que de ce que je lis sur le net, cette décision marketing n’a pas l’air de leur faire une bonne publicité.

    Dommage, j’étais prêt à laisser une chance à ce jeu… oui, on a plein de jeux indés “poétiques” mais certains te “parlent” plus que d’autre, et il y a quelque chose qui me charme dans Rime… je suis bien conscient que ça risque d’être une suite de puzzles pas forcément tous intéressants, mais dans cet univers, à 35€, j’aurais pu me laisser tenter… mais cette étrange et très discutable décision au niveau des prix me refroidit beaucoup.

  • Smartiris
    Smartiris le

    Rien de nouveau finalement, ce délai s’explique par l’externalisation du portage, qui est effectué par un studio n’ayant rien à voir avec Tequilla Games. Ils se touchent un peu sur les prix, mais j’ai l’impression que l’ambition de distribution n’est pas vraiment comparable à celle de la concurrence, qui voit ce jeu comme un petit indé de plus. Sur Switch, ça sera priorité à la version physique, mise en avant du jeu comme un projet AA, etc… Logique du coup que le tarif soit un poil plus élevé. C’est discutable au niveau éthique, mais ça se tient au niveau commercial.

    Cela dit, confier des portages à des studios spécialisés dans le travail de commande, ce n’est pas une solution à long terme. Certes, ça permet d’enrichir le catalogue plus facilement dans les débuts commerciaux incertains de la Switch, mais ce genre de politique de portage externalisé ne pourra pas durer. Il faut que les éditeurs fassent les portages par eux-mêmes, sans se reposer sur des “aides” qui limitent la prise de risques. Et pour ça, il faut que la Switch cartonne.

    Allez, on va bien voir si Playtonic Games va également chouiner et demander aux pisseurs de code de faire le taff à sa place pour rationaliser les risques.